dimanche 17 février 2019
Accueil / A la une / Avancées sociales : les gendarmes obtiennent un début de parité avec les policiers
Illustration (MG/L'Essor).

Avancées sociales : les gendarmes obtiennent un début de parité avec les policiers

Alors que la pression commençait à monter du côté des associations de la Gendarmerie, la principale APNM,  Gendarmes et citoyens n’hésitant pas à parler d’une “colère sourde” et à évoquer le spectre de la “grogne de 2001″, le ministère de l’intérieur a apparemment compris que les gendarmes n’accepteraient pas d’être les laissés pour compte du protocole d’accord signé mercredi avec  les syndicats de gardiens de la paix.

Lire aussi sur L’EssorL’Intérieur confirme un coup de pouce social pour les gendarmes

Hier après-midi, lors d’une visio-conférence, le directeur général a annoncé que, comme les policiers, les gendarmes auraient 40 euros dès janvier prochain au titre de  l’AMJG, l’allocation des missions judiciaires de la Gendarmerie.

Pour obtenir les 60 euros restants de l’allocation de maîtrise – 30 en juillet 2019 et 30 au 1 er janvier 2020-  accordés aux policiers mais conditionnés par la mise en œuvre de réformes structurelles d’envergure au sein de la police nationale, les négociations reprendront en janvier.

Jeudi soir, au sortir d’une réunion marathon avec le directeur général en personne et le groupe de liaison du conseil de la formation militaire Gendarmerie (CFMG), seule une mesure était applicable aux gendarmes, en l’occurence la hausse de 1,5 point de l’ISSP avec 1 point le 1er janvier 2019 et 0,5 point le 1 er janvier 2020 pour atteindre 28,5 %.

Le compte n’y était clairement pas d’autant que concrètement, cela représente entre 5 et 10 euros par mois pour un sous-officier… De plus, a judicieusement fait remarquer Gendarmes et Citoyens, la revalorisation était déjà prévue depuis le protocole d’accord 2016 pour atteindre 28 % en 2020. L’augmentation réelle est donc de 0,5 % .

 

Jeudi soir, le secrétaire d’Etat Laurent Nuñez, s’était voulu rassurant avec les gendarmes, mais c’est ce vendredi matin que la direction générale et le CFMG ont obtenu, de “haute lutte” auprès de Christophe Castaner ce premier pas vers une nécessaire et normale parité.

Les gendarmes ont été engagés comme jamais en 2018, Notre-Dame-des-Landes, Mayotte, la Guyane, la Nouvelle Calédonie, et ont été en première ligne face aux gilets jaunes avec 65000 gendarmes au plus fort de l’engagement contre 24000 policiers, ils ne doivent pas être les dindons de la farce une nouvelle fois”  avait réagi ce vendredi matin hier matin Henri Martinez, le président national de l’UNPRG.

Le député Ciotti dénonce une injustice

Avant la décision d’accorder 40 euros aux gendarmes, le député des Alpes-Maritimes (LR) , Eric Ciotti, est intervenu à l’assemblée nationale ce vendredi pour “dénoncer la décision injuste du gouvernement qui refuse de s’engager en détail sur le règlement des heures supplémentaires dues à nos policiers et qui oublie nos gendarmes dans la revalorisation de leur rémunération”.


“Ainsi à ce stade leur rémunération ne bénéficiera d’aucune revalorisation alors que leur engagement sans faille n’est plus à démontrer. Ces hommes et femmes qui nous protègent ont droit à la même considération et à la même reconnaissance de la part de la Nation” a asséné l’élu azuréen.

 

D.C

A voir également

A l'Ecole des officiers de la Gendarmerie ce vendredi 15 février lors de la cérémonie en hommage aux gendarmes décédés en 2018 (Ph: M.GUYOT/ESSOR)

La Gendarmerie a honoré ses 14 morts de 2018 dans toute la France

La traditionnelle cérémonie en hommage aux gendarmes décédés s'est tenue ce vendredi 15 février. 14 gendarmes ont perdu la vie en 2018.

6 Commentaires

  1. Claude ALBERT

    Pour s’abonner quelles démarches. ?? Merci de m e renseigner

  2. LAUNAY

    Malheureusement les gendarmes armant les cellules et bureau renseignement, ainsi que les Corg ne pourront pas en bénéficier…. Car nous n’avons pas cette prime en tant normal ! Et le travail effectué par ces services ne sera pas reconnu. Pourtant nous étions sollicités en permanence et omniprésents . Ces services ne devraient pas être oubliés….. à titre exceptionnel ….. Cordialement.

  3. LAUNAY

    Malheureusement les gendarmes armant les cellules et bureau renseignement, ainsi que les Corg ne pourront pas en bénéficier…. Car nous n’avons pas cette prime en tant normal ! Et le travail effectué par ces services ne sera pas reconnu. Pourtant nous étions sollicités en permanence et omniprésents . Leur travail est aussi fondamental. Ces services de renseignement opérationnel ne devraient pas être oubliés….. à titre exceptionnel ….. Cordialement.

  4. GELECO

    Et le logement gratuit???!?!?!

  5. 40 euros (mensuels, j’imagine), mais sur quel budget ? Celui de la DGGN ou celui de l’Etat (Ministère de l’Intérieur). Si c’est celui de la DGGN, cela va amputer d’autant l’investissement et le fonctionnement. Cela dit, dans un cas comme dans l’autre, je me réjouis pour mes camarades, qui en bavent sérieusement ces temps-ci.
    D’autre part, les policiers râlent pour les heures supplémentaires non payées, mais quid des gendarmes, qui, de par leur statut de militaires, n’ont pas droit aux heures supplémentaires ? (Pas plus qu’à pas mal de compensations dont jouissent les policiers).

  6. ARSILLY Yvan

    Les gendarmes ne sont pas logés gratuitement. Ils bénéficient d’un LOGEMENT CONCEDE PAR NECESSITE ABSOLUE DE SERVICE… avec toutes les contraintes de disponibilité qui vont avec!!!
    De plus, toutes les charges du logement (eau, électricité, chauffage, assurance) restent à la charge du militaire.
    Ce n’est donc pas gratuit!!!
    Les mots ont un sens M. GELECO!!!
    Au revoir M. GELECO.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement notre dernier dossier : « il y a 10 ans, le rattachement de la Gendarmerie au Ministère de l‘Interieur »

Vous n’êtes pas (encore) abonné à notre magazine « L’Essor de la Gendarmerie Nationale », je vous propose de recevoir, gratuitement, notre dossier du mois de janvier, en tiré à part.


Il vous suffit pour cela de nous retourner, en un clic, le simple bulletin ci-dessous :