lundi 1 mars 2021
Accueil / A la Une / Athos : les deux premiers établissements de ce programme de réhabilitation psychosociale ouvrent leurs portes
Athos est un dispositif de réhabilitation psychosociale dédié à l’accompagnement des militaires blessés psychiques (Photo: Armée de Terre)
Athos est un dispositif de réhabilitation psychosociale dédié à l’accompagnement des militaires blessés psychiques (Photo: Armée de Terre)

Athos : les deux premiers établissements de ce programme de réhabilitation psychosociale ouvrent leurs portes

Le dispositif Athos était inscrit comme une des priorités du plan d’action ministériel 2019-2022 de la Défense. Un plan visant notamment “à favoriser une meilleure réhabilitation psychosociale des militaires blessés. Le nouveau porte-parole du ministère des Armées Hervé Grandjean, en a rappelé les grandes lignes à l’occasion du premier point presse de l’année, le 15 janvier dernier.

Les deux premiers établissements Athos viennent en effet d’ouvrir leurs portes à titre expérimental. Le premier à Cambes, en Gironde, et le second à Toulon, dans le Var. Ils accueillent gratuitement des personnels des trois armées et de la Gendarmerie, blessés psychiques en service. Pilotés par l’état-major de l’armée de Terre, les maisons Athos peuvent accueillir jusqu’à 90 militaires. Elles comptent chacune trois accompagnateurs spécialisés.

Volontariat, cogestion et personnalisation du programme

Les pensionnaires y reçoivent un programme individualisé de “réhabilitation psychosociale”. L’expression renvoie à un ensemble de procédés visant à soigner les personnes souffrant de troubles psychiques. En fonction des cas, le programme peut durer de plusieurs jours à quelques semaines. Objectif? Rendre au blessé son autonomie en le plaçant au centre de son propre parcours de réhabilitation. De fait, les maisons Athos fonctionnent sur le volontariat, la cogestion entre l’équipe d’encadrement et les blessés et la personnalisation du programme adapté au rythme de reconstruction du blessé.

Des blessures dont le haut comité d’évaluation de la condition militaire (HCECM) a constaté une hausse significative depuis les opérations en Afghanistan. En outre, la montée du terrorisme et l’intensification des opérations extérieures (Opex) nécessitent une attention soutenue pour ce type de blessures, désormais récurrentes. Pour rappel, les armées ont déploré en 2019 231 troubles psychiques en relation avec un événement traumatisant.

Le projet Athos vient élargir et compléter l’offre actuelle

L’IGESA, institution qui regroupe l’ensemble des établissements sociaux et médico-sociaux relevant des armées, est au cœur du projet. Elle gère en effet la gouvernance et l’aménagement des maisons ainsi que le recrutement du personnel. Le projet Athos vient ainsi élargir l’offre actuelle, comme la reconstruction par le sport proposée par le CNSD, ou la maison des blessés des Invalides.

Lire aussi: Institution nationale des Invalides : nouveau prix de la journée d’hospitalisation au centre médico-chirurgical

Pour Hervé Grandjean, toutes ces initiatives, complémentaires, poursuivent trois objectifs. Il s’agit de “simplifier les dispositifs de soutien et de réparation aux blessés, mieux accompagner leurs familles et renforcer les dispositifs de réinsertion.”

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.