mardi 2 juin 2020
Accueil / A la une / Athlète de la Gendarmerie, Elodie Clouvel dit avoir contracté le Covid-19 lors des Jeux militaires de Wuhan
Elodie Clouvel et Valentin Belaud, champions de pentathlon moderne au CNSD à Fontainebleau, le mercredi 5 octobre 2016. Crédit : ND/Essor.
Elodie Clouvel et Valentin Belaud, champions de pentathlon moderne au CNSD à Fontainebleau, le mercredi 5 octobre 2016. Crédit : ND/Essor.

Athlète de la Gendarmerie, Elodie Clouvel dit avoir contracté le Covid-19 lors des Jeux militaires de Wuhan

En plus de sa médaille d’or, une gendarme pentathlète serait-elle revenue avec le Covid-19 des Jeux mondiaux militaires d’été qui se sont tenus à Wuhan en octobre 2019? La question se pose après les déclarations d’Elodie Clouvel. “Je pense qu’avec Valentin (Belaud, son compagnon, gendarme pentathlète lui aussi) on a déjà eu le coronavirus, enfin le Covid-19”, a-t-elle en effet expliqué à la télévision locale, Télé Loire 7.

Lire aussi: 14 médailles pour les gendarmes aux jeux militaires mondiaux

Fin octobre 2019, tous deux concouraient à Wuhan, la ville chinoise épicentre de la pandémie de SARS-CoV-2, pour les Jeux mondiaux militaires d’été (JMME). “Il s’avère qu’après on est tous tombés malades. Valentin a loupé trois jours d’entraînement, moi j’ai été malade aussi”, explique la lieutenante dans cet entretien diffusé le 25 mars et passé jusqu’ici inaperçu.

“Beaucoup d’athlètes ont été très malades”

Les athlètes de la délégation française aux Jeux mondiaux militaires de Wuhan, en octobre 2019. (Photo CNSD)
Les athlètes de la délégation française aux Jeux mondiaux militaires de Wuhan, en octobre 2019. (Photo CNSD)

Un phénomène qui, selon elle, a largement touché la délégation de 300 athlètes, dont 52 gendarmes. “Après ces jeux mondiaux militaires, on est tous tombés malade avec les mêmes symptômes”, explique-t-elle. “Il y a beaucoup d’athlètes (…) qui ont été très malades”.

A l’époque, le couple de gendarmes n’y prête pas trop attention. “Mais on a eu contact avec le médecin militaire récemment qui nous a dit ‘je pense que vous l’avez eu parce qu’il y a beaucoup de gens qui ont été malades de cette délégation”. Une assertion démentie par le ministère des Armées. Il a en effet affirmé à L’Essor ce mercredi qu’“il n’y a pas eu, au sein de la délégation française des Jeux mondiaux militaires d’été, de cas déclarés auprès du Service de santé des armées de grippes ou d’hospitalisation pendant et au retour des (Jeux), pouvant s’apparenter, à postériori, à des cas de Covid-19”.

Malgré plusieurs tentatives, nous n’avons pu joindre Elodie Clouvel qui était, selon nos informations, assaillie de sollicitations. Encore disponible ce matin sur le site de Télé Loire 7, son interview n’y figurait plus en fin de journée. A la mise en ligne de cet article, nous étions toujours en attente d’une réponse de la chaîne au sujet de cette suppression.

Fièvre et courbatures au retour des Jeux militaires

Au delà des deux gendarmes, d’autres athlètes font état de symptômes curieux. Sous couvert d’anonymat, un des sportifs de la délégation française a ainsi confié à RMC Sports et BFMTV avoir été cloué au lit par de la fièvre et des courbatures à son retour de Wuhan.

En France, selon Le Parisien, les athlètes ont été appelés par l’armée pour les rassurer. L’un d’entre eux témoigne ainsi dans les colonnes du journal. “On nous dit: il n’y a pas de risque, vous êtes repartis le 28 octobre et le virus est arrivé le 1er novembre”. Pour autant, aucun test ne semble programmé pour les athlètes tricolores.

D’autres cas sont également signalés en Europe. “De nombreux malades ont ainsi été répertoriés au sein de la délégation suédoise”, pointe Le Parisien. Même si “aucune des personnes testées n’a donné de résultat positif”, précise la communication des forces armées suédoises. Plusieurs rapprochement émergent également au sein de la section des sportifs d’élite de l’armée luxembourgeoise. D’après leurs propos, rapportés par le journal L’Essentiel, le nageur Raphaël Stacchiotti avait d’ailleurs été malade sur place.

Les doutes sur une éventuelle contamination lors des JMME de Wuhan touchent également les États-Unis. Selon le journal L’Équipe, une cycliste américaine est en effet la cible de critiques. On l’accuse d’avoir importé le coronavirus aux USA à la suite de sa participation à ces Jeux.

Organisés à Wuhan du 18 au 27 octobre 2019, les JMME ont réunis près de 10.000 athlètes militaires internationaux. Quelques semaines plus tard, la Chine reconnaissait officiellement un premier cas de Covid-19 à Wuhan, daté du 17 novembre. Principal foyer épidémique, la ville est depuis considérée comme le point de départ de la pandémie de coronavirus.

Loïc Picard et Matthieu Guyot

12 Commentaires

  1. Fred

    Cela ne va pas être facile pour cette jeune femme dans les prochains jours.
    http://electrosphere.blogspot.com/2020/04/covid-19-pandemie-infodemie-et.html

  2. Retraite

    Franchement, est-il besoin d’envoyer, avec l’argent des contribuables, une délégation de plusieurs centaines de militaires s’amuser à faire du sport pendant environ deux semaines en Chine.
    En ce qui concerne les gendarmes, le contribuable français attend que les gendarmes soient affectés à des tâches de sécurité publique et non rémunérés pour aller faire du sport en Chine.
    Si l’on veut faire briller la France à l’extérieur sur le plan sportif, que l’on rattache les athlètes au ministère des sports et à son budget.
    Voilà un sujet à creuser par la Cour des Comptes et la représentation nationale.

    • BRUNO CAPEL

      Ceux sont des athlètes de hauts niveaux qui font généralement partie de l’équipe de France dans leur discipline. ils sont rattachés au ministère de la jeunesse et des sports. Mais en plus pour qu’ils ou elles aient un revenu minimum pour vivre, ils signent un contrat d’une courte période et durant cette période, ils ou elles représentent la France pour les forces armées. Exemple : le nageur BERNARD.

    • Les athlètes de haut niveau afin d’avoir un emploi pour vivre ne sont pas qu’en gendarmerie, il y en a dans l’armée, chez les douaniers, dans la police, même à l’EDF, etc … Ils représentent les couleurs françaises à l’étranger, c’est normal qu’ils bénéficient d’un régime particulier.

  3. kidu44

    N’est elle pas astreinte au droit de réserve !!
    Surtout pour dire ce quii semble être une belle connerie puisque non-confirmée par quiconque que de la délégation…

    • Dans le cadre de la santé publique, le droit de réserve ne doit pas s’appliquer et il a fallu plusieurs mois pour que cette vérité sorte. C’est une honte que cette vérité soit cachée et très regrettable qui les prélèvement soient interdits sur les athlètes pour confirmer ou infirmer la maladie. L’armée n’est sort pas grandie.

      • kidu44

        Une honte ??
        Faut il que cela soit prouvé …
        Ce qui ne semble pas être le cas !!
        Ayez le sens critique…plutôt que de jouer le Mélenchon moyen

  4. Becker

    Il est très simple de verifier si elle a été au contact du virus.
    Il suffit de faire un test sérologique.

  5. Lucile Pitault

    La ministre des armées a là une grande responsabilité. Elle doit faire pratiquer un test de sérologie de covid 19 pour savoir si les athlètes français qui ont participé aux jeux à Wuhan ont bien été contaminés et donc positifs au covid. Il me semble que ce serait juste de savoir si oui ou non , ces athlètes sont positifs ou pas. je reconnais le courage de cette sportive de haut niveau, mais je crais beaucoup pour elle, la grande muette en général ne fait pas de cadeau……

  6. Jean Jurte

    Le devoir de réserve est à géométrie variable. “Suivant que vous soyez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront noir ou blanc”. La Fontaine est toujours d’actualité.
    De toutes les manières, ce sont des gendarmes en carton.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *