mercredi 23 septembre 2020
Accueil / A la Une / Après les annonces de Castaner et Macron, le maintien de l’ordre sous surveillance
Des gendarmes mobiles, le samedi 20 avril 2019 (Crédit photo:GT/L'Essor).
Des gendarmes mobiles, le samedi 20 avril 2019 (Crédit photo:GT/L'Essor).

Après les annonces de Castaner et Macron, le maintien de l’ordre sous surveillance

Le maintien de l’ordre de la manifestation de ce jeudi 16 janvier devrait être scruté de près. Après le changement de ton de l’exécutif, la gestion de l’ordre public du prochain cortège contestant la réforme des retraites doit être irréprochable.

Ce mercredi, le dispositif de maintien de l’ordre s’annonce similaire à celle du jeudi 9 janvier. Selon nos informations, 46 unités de forces mobiles sont pour le moment prévues, dont 25 escadrons de gendarmerie mobile. Ce volume pourrait évoluer à la marge en soirée. Le cortège des manifestants partira de Montparnasse pour rejoindre la place d’Italie.

L’importance du ″sang-froid″ dans le maintien de l’ordre

C’est sera le premier maintien de l’ordre après les vœux du ministre de l’Intérieur à la Police. Lundi, Christophe Castaner avait rappelé l’importance de ″garder son sang-froid”. “Même face à la provocation, même face à la haine, même face aux coups, ajoutait-il . C’est l’honneur de la Police qui est en jeu, on ne fait pas de croche-pied à l’éthique.″ Quatre jours plus tôt, plusieurs images avaient choqué. Le croche-pied d’un policier à Toulouse, d’une part. Mais également le tir de balle de défense d’un policier à seulement deux mètres de sa cible. Le parquet de Paris a ouvert une enquête à ce sujet.

Lire aussi: Info L’Essor – Gilets jaunes: seuls 10 % des tirs de LBD 40 ont été effectués par des gendarmes

Il y a une exaspération du pouvoir politique face au comportement de quelques unités qui fragilise l’exécutif, décrypte un fin connaisseur du maintien de l’ordre. Le pouvoir attend désormais une attitude parfaite qui corresponde aux principes éthiques et déontologiques.″ Le président Emmanuel Macron attend d’ailleurs rapidement ″des propositions pour améliorer la déontologie”.

Quelles sont les options du préfet de police à Paris ? Il pourrait très bien mettre l’accent sur les unités de force mobile, spécialistes du maintien de l’ordre, en laissant plus en retrait les unités moins spécialisées telles que les Brav-M, mobilisées ce jeudi, ou les brigades anti-criminalité. A suivre demain.

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. GRADLON

    Marre des généralisations sur les chaînes tv sur les manques à la déontologie
    Et le ministre banalise aussi
    La gendarmerie se comporte correctement exemple par rapport au Rio mais malheureusement ne le fait pas savoir
    Ou est la porte parole de la gendarmerie qui n’apparaît pas et laisse le champ libre aux syndicalistes policiers
    Rendez nous la colonelle Karine Lejeune

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *