mardi 22 septembre 2020
Accueil / A la Une / Antenne GIGN, PGHM: comment Scorbel, un carrossier du Calvados perfectionne les véhicules des gendarmes
Le Volkswagen du PGHM revu par Scorbel (Crédit photo: Jean-Marc Tanguy)
Le Volkswagen du PGHM revu par Scorbel (Crédit photo: Jean-Marc Tanguy)

Antenne GIGN, PGHM: comment Scorbel, un carrossier du Calvados perfectionne les véhicules des gendarmes

Scorbel, un constructeur carrossier automobile, vient de boucler une belle remise à niveau des véhicules des pelotons de gendarmerie de haute-montagne (PGHM). L’entreprise s’attaque également depuis l’an passé aux cylindrées utilisées par des antennes GIGN, des Psig-Sabre et des brigades.

La dernière réalisation de l’entreprise, c’est la transformation de 17 Type 6 Transporter de Volkswagen. Ce sont les gendarmes de haute montagne qui utilisent ces véhicules. Concrètement, le carrossier a ajouté un demi-plancher pour offrir trois nouvelles places à l’arrière. Cet espace est en fait aménageable à l’envi, grâce à l’implantation de rails de type aéronautique. On peut ainsi ajouter ou enlever un siège en quelques secondes. L’espace peut donc être conservé pour du matériel. Un coffre arrière permet par exemple le stockage vertical des skis.

Lire aussi: Les montagnards pleurent Olivier Renard, secouriste, guide et instructeur

Scorbel, un spécialiste de la transformation

L’an passé, Scorbel s’était attaqué aux Skoda Kodiaq destinés aux unités de patrouilles, et, en version banalisée, aux Psig Sabre et antennes GIGN. Le Kodiaq est un puissant 4×4 animé par un moteur de 150 cv (190 cv pour les antennes GIGN et les Psig Sabre) à boîte 6 rapports. La Gendarmerie a réceptionné l’an passé 500 engins reliftés. La série va continuer en 2020.

“La transformation d’un Kodiaq prend une journée. Le véhicule arrive la veille. Un technicien l’équipe dans la journée suivante. Chacun est responsable de l’assemblage de son véhicule”, explique Jimmy. Il présentait les véhicules à l’occasion de la dernière édition du salon de la sécurité intérieure Milipol. “On intègre la sérigraphie, l’antenne, la rampe lumineuse, des housses étanches à l’arrière et le film de protection sur les vitres” ajoute ce salarié de la société. Ces films permettent à la vitre de résister à trois impacts d’une masse d’environ 4,5 kg.

Créée en 1990, la société basée à Moyaux (Calvados) s’est spécialisée dans la transformation de véhicules et utilitaires légers. L’entreprise de 12 salariés équipe également la Police nationale, des polices municipales, les Douanes, l’Administration pénitentiaire, ainsi que la Marine nationale. Elle réalise les sérigraphies, signalisation lumineuse, le pré-équipement radio, l’équipement électrique, la protection des vitrages et le blindage léger. En matière d’équipements spécifiques, elle a, outre les secours en montagne, développé des solutions pour la cynotechnie, le déminage, la surveillance et le contrôle de la vitesse.

Jean-Marc Tanguy

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. FERANT Jean-Pierre

    Bonsoir Je suis retraité de l’arme et je suis profondément attaché à la sécurité routière.
    Je possède un RENAULT KANGOO que je personnalise.
    Outre les bandes de sécurité rouge et blanche que je colle sur les flancs des portières avant, j’ en mets également sur la porte arrière qui se lève pour l’ouvrir .
    J’ai vu dans certains reportages que la porte arrière était équipée de feux clignotants rouges
    qui clignotent lorsque cette porte est ouverte ce qui accentue la sécurité et une meilleure visibilité des automobilistes venant de l’arrière.
    Tous les véhicules même civils devraient en être équipés.
    En revanche, j’ignore la marque de ces feux car je veux équiper également mon scénic et kangoo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *