jeudi 3 décembre 2020
Accueil / A la Une / Affaire Traoré: Une récente expertise médicale exonère de nouveau les gendarmes
Affaire Adama Traoré, illustration L'Essor.
Les gendarmes sont accusés par sa famille d'avoir tué Adama Traoré (Photo: Archives L'Essor)

Affaire Traoré: Une récente expertise médicale exonère de nouveau les gendarmes

Une récente expertise médicale dans l’enquête sur la mort d’Adama Traoré exonère une nouvelle fois les gendarmes. Ce jeune homme noir de 24 ans était décédé en 2016 lors de son interpellation dans le Val d’Oise. Les médecins ont en effet écarté à nouveau la technique d’interpellation des gendarmes dans son décès.

Selon l’AFP qui révèle ce vendredi cette expertise, la conclusion de ces médecins ne souffre d’aucune ambiguïté: “Adama Traoré n’est pas décédé d’asphyxie positionnelle, mais d’un œdème cardiogénique“. Les juges d’instruction chargés de cette affaire, devenue un symbole des violences policières, avaient ordonné cette nouvelle expertise il y a plus d’un an. Un rapport médical précédent, réalisé à la demande de la famille, avait balayé les premières conclusions de l’enquête.

Lire aussi: Affaire Traoré: mis en cause, trois gendarmes ripostent

Cette dernière expertise médicale constitue donc un nouvel épisode dans cette affaire toujours à l’instruction. Les trois gendarmes mis en cause restent témoins assistés pour des faits de “non-assistance à personne en danger“. Le 19 juillet 2016 à Beaumont-sur-Oise, les conditions de l’interpellation d’Adama Traoré avait été particulièrement mouvementée. Il avait fui les gendarmes à deux reprises alors qu’ils s’apprêtaient à mettre la main sur son frère, recherché pour extorsion de fonds.

Six expertises médicales depuis 2016

La famille de la victime a toujours mis en cause la technique de plaquage au sol, employée par les gendarmes. Technique qu’elle désigne comme étant à l’origine du décès d’Adama Traoré. Au contraire, pour les avocats des trois gendarmes, le décès du jeune homme aurait pour origine une maladie génétique, la drépanocytose. Associée à une pathologie rare, la sarcoïdose pulmonaire, elle aurait entraîné une asphyxie à l’occasion d’un épisode de stress et d’effort. Le tout, aggravé par une concentration élevée de tétrahydrocannabinol, le principe actif du cannabis.

Le 10 avril 2019, la justice avait ordonné une nouvelle expertise médicale. La voilà donc révélée, 14 mois plus tard. Au total, six expertises médicales –pour le moment contradictoires– ont donc été réalisées. “Ce n’est que la troisième expertise qui vient conforter l’absence de toute responsabilité des gendarmes”, a réagi Me Rodolphe Bosselut, l’un des avocats des gendarmes.

PMG

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. Fred

    Expertise et contre-expertise, rumeurs et médias, cette histoire prend un tour très idéologique:
    https://www.leparisien.fr/faits-divers/mort-d-adama-traore-une-expertise-valide-l-asphyxie-par-le-plaquage-ventral-02-06-2020-8328549.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.