vendredi 23 octobre 2020
Accueil / A la Une / Affaire Grégory: la décision de la chambre de l’instruction attendue ce jeudi
Palais de justice
Illustration (MG/L'Essor).

Affaire Grégory: la décision de la chambre de l’instruction attendue ce jeudi

Nouvel épisode judiciaire en vue dans l’affaire Grégory ce jeudi 16 janvier. La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris va rendre une décision attendue.

Grégory Villemin, la victime de ce tragique fait-divers (Crédit photo: DR).

Un mois plus tôt, elle s’est réunie pour examiner la validité de pièces relatives à Murielle Bolle, la nièce de Bernard Laroche. Trente-cinq ans après les faits, ses avocats demandent l’annulation partielle ou totale de 198 actes ou passages d’actes contenus dans le dossier.

La justice a relancé le plus célèbre dossier criminel non résolu de France en 2017. Plusieurs gardes à vues et mises en examen, depuis annulées, se sont en effet succédées. La justice s’interroge sur l’existence d’un huis-clos familial sordide qui, sur fond de rancoeurs et de jalousies, se serait terminé par le meurtre de ce garçon de quatre ans retrouvé mort dans la Vologne.

Lire aussi: Affaire Grégory: un arrêt de la Cour de cassation “minimaliste” pour Etienne Sesmat

Demande d’annulation partielle

Pour cet énième rebondissement, le ministère public a requis l’annulation de la garde à vue de Murielle Bolle en 1984. La jeune femme affirmera avoir été sous la contrainte des gendarmes. Une demande logique après l’arrêt de la Cour de cassation, il y a dix mois. Qu’avait alors dit la plus haute juridiction de l’ordre judiciaire français ? Elle estimait que cette garde à vue avait été effectuée en application de dispositions déclarées inconstitutionnelles.

Mais le ministère public a dans le même temps demandé de conserver dans le dossier de nombreuses pièces. A savoir ce qui a été déclaré avant et ce qui a été déclaré dans le bureau du juge d’instruction. “La décision fera certainement l’objet d’un nouveau pourvoi devant la Cour de cassation par l’une des parties”, observe le colonel (ER) Etienne Sesmat, commandant la compagnie d’Epinal au moment de l’affaire Grégory.

En 1984, les déclarations de la jeune fille pousseront les gendarmes sur la piste de son oncle Bernard Laroche. Inculpé dans cette affaire, il sera assassiné par le père du petit Grégory, persuadé de la culpabilité de son cousin germain.

GT.

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. Vanesa

    Cassation encore ? Les derniers fautifs dans cette ignominie ont le temps de mourir… Pauvres parents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.