samedi 14 décembre 2019
Accueil / A la une / Affaire de la gifle, le gendarme ne méritait pas toutes ces sanctions (Tribune)
Photo d'illustration (S.D/'Essor).

Affaire de la gifle, le gendarme ne méritait pas toutes ces sanctions (Tribune)

Le synopsis du film franco-américain La Gifle sorti en 1974 est le suivant : un père divorcé qui élève seul sa fille la gifle lorsqu’elle échoue à ses examens. J’ai repensé à cette comédie à la suite d’un fait divers qui a défrayé la chronique il y a quelques mois dans le département des Ardennes.

Un adjudant-chef, commandant d’unité, 53 ans, a été condamné le 3 octobre 2018 par le tribunal correctionnel de Charleville-Mézières à trois mois de prison avec sursis, 6 mois d’interdiction d’exercer sa profession et inscription de la dite condamnation au bulletin N°2 de son casier judiciaire au motif qu’il avait, “en tenue de gendarme, giflé un mineur qui s’en était pris à son épouse dans un lieu public”.

Jeunesse en perte de repère

Cette nouvelle décision de justice ne risque pas de participer à l’amélioration des relations entre l’institution judiciaire et les forces de sécurité. A une époque où plus que jamais la jeunesse est en perte de repères et bafoue les règles élémentaires du vivre ensemble, elle encourage ce genre d’incivilités constantes qui, lorsque elles sont signalées, ne font l’objet d’aucune condamnation où tout simplement d’un rappel à la loi, ce qui n’est pas le cas dans cette affaire.

Lire aussi, sur L’Essor: 3 mois avec sursis, 6 mois d’interdiction d’exercer et inscription au casier judiciaire pour le gendarme ayant giflé un mineur

Si on y ajoute une sanction disciplinaire avec des jours d’arrêts et une mutation à la clé, il ne faut pas s’étonner de la recrudescence du nombre important de suicides parmi les forces de police et en particulier dans la gendarmerie. De surcroit, le nombre de tués et blessés en service est en très nette augmentation, c’est la preuve qu’ils sont exposés à une violence extrême entraînant de la fatigue, du stress ou de la peur qui peut les inciter à sortir du cadre légal qui leur est assigné même pour des vétilles comme dans le cas présent.

Sanctions imméritées

L’UNPRG, s’interroge sur certaines décisions de justice qui ne sont pas en adéquation avec les faits. Mis au ban de la société pour avoir voulu défendre son épouse des agissements d’un adolescent dont l’éducation laisse à désirer, ce gendarme ne méritait pas toutes ces sanctions, d’autant que les parents n’ont pas estimé nécessaire de se porter partie civile au procès.

Jean-Pierre Virolet, premier président national adjoint de l’UNPRG

A voir également

Photo d'illustration (PH : MG l'Essor de la Gendarmerie)

28 officiers de Gendarmerie diplômés de l’Ecole de guerre

28 officiers de gendarmes, dont six femmes, sont désormais diplômes de l'Ecole de guerre, passage obligé vers les hautes responsabilités.

17 Commentaires

  1. DRAILLET

    Pour l’adjudant chef c’est lourd très lourd. Et pour l’adolescent c’est quoi la sanction une lettre de féloches peut être ????????????

    • REGRAIN

      Je confirme c’est une honte! En tant que civil je ne peux que constater et vous exprimer mon empathie. Je suis navré qu’un exécutif (un chef) abandonne ses hommes de la sorte. Nous les civils nous pouvons nous faire sanctionner de 6 points et 135€ d’amende pour un piéton en infraction qui déciderait de traverser au mépris des règles. Nous payons très cher un laxisme fortement installé. Je crains le pire pour l’avenir.

  2. martin

    Même la gendarmerie mais on le savait de la justice tombent dans ces travers du politiquement correct. Une aberration de la part de ces deux institutions.

  3. Hirondelle

    L’institution reçoit consécutivement deux gifles dont elle se passerait bien, la dernière touchant aussi la magistrature.
    On doit ainsi pouvoir s’interroger sur la décision prise par le Conseil constitutionnel sur l’absence de garanties offertes à Mme Bolle, lors de sa garde à vue voici 34 ans
    Une mesure de coercition pourtant prise selon les dispositions prévues par le Code de procédure pénale de l’époque.
    Une mesure ensuite objet d’un contentieux conclu par un non lieu confirmé en appel puis cassation comme se plait à le rappeler le directeur d’enquête d’alors : le colonel Sesmat.
    Il semble apparaître sur ce point cette forme de repentance déjà mise en oeuvre par le politique, sur laquelle le général (2S) De Villiers donne son point de vue lors de sa participation à l’émission ONPC de Laurent Ruquier du 17/11/2018.
    Il ne reste plus qu’aux personnes mineures, gardées à vue dans les mêmes conditions, et condamnées à en faire désormais le grief à l’Etat.
    L’égalité devant la loi n’est apparemment pas de mise quant à la gifle donnée par le gradé par rapport à celle reçue par un adolescent, au sens tactile affirmé, de la part d’un politique qui aurait contribué à l’émergence de l’actuel président de la république.
    L’application sans doute de la morale de la fable ”Les animaux malades de la peste”.

  4. wyon

    Difficile de trouver un qualificatif pour une telle décision. Le magistrat qui l’a prise ferait bien de descendre de son piédestal et d’aller au contact de cette France à la dérive et sans repère.
    Tout mon soutien à ce gendarme. Et sa famille.

  5. Lesaigneur

    La France se pourri chaque jour un peu plus et notre bonne justice n y est pas étrangère. Vive la chienlit

  6. C’est vraiment ignoble que le gendarme soit traité ainsi !!!!!!!!! Bravo la Justice française d’ailleurs je ne crois plus en elle car avec vos stupides lois vous laissez le pouvoir à des jeunes qui n’ont aucun savoir-vivre aucun respect…….
    Je regrette qu’il n’Y ait pas eu de pétition pour ce gendarme et pas de mention dans les journaux de 20h car je suis sûr que ce gendarme aurait eu une grande partie de la population avec lui !!!!!!!! Pour le soutenir et l´approuver …..
    BRAVO MONSIEUR LE GENDARME MOI JE VOUS ADMIRE POUR CE GESTE QUI AUJOURD-HUI EST UN GESTE DE BRAVOURE ( ÊTRE RESPECTÉ)

  7. Martigny

    Ancien gendarme j’aurais fait la même chose . Mais je pense que j’aurais fermé le poing. Honte à cette decidion de justice. Quant aurait-il été si cela avait le cas d’une femme de président de tribunal correstionnel ?

    Soutien à toi et à ta famille. Tout mon soutien
    Un ancien capitaine qui aurait pu être condamné plusieurs fois pour les mêmes gestes. Courage.

  8. Agard

    Je me demande de plus en plus si les magistrats ont les pieds sur terre.
    Trop de gens ont en tête le gendarme qui verbalise, souvent avec raison, et non pas celui qui défend l’ordre et dont les gens ne se rappellent que lorsqu’ils ont besoin de lui comme les pompiers d’aileurs.
    L’autorité n’existe plus en France et nos dirigeants font en sorte qu’on l’oublie, ce manque d’autorité commençant dès l’école primaire.
    En voilà un qui étalera son histoire sur les réseaux sociaux et s’en vantera, quant au gendarme qui se souciera de l’affront qu’il subit et dont il aura le plus grand mal à se remettre ?
    J’ai habité en Suisse, là bas les forces de l’ordre sont respectées et si les gens ne jettent pas de papier, ne crachent pas, roulent à là vitesse demandée, c’est grâce aux sanctions appliquées.
    En France les sanctions ne sont pas appliquées ou alors pas aux bonnes personnes et c’est là où le bât blesse, c’est la raison pour laquelle la France est dans un tel état dans tous les sens du terme.
    Arrêtons d’encenser les forces de l’ordre quelles qu’elles soient uniquement en cas de péril comme on l’a vu il y a quelques années
    Je suis écoeuré

  9. Jérôme FERRI

    En tant que citoyen civil, je déplore la décision de justice prise à l’encontre du sous-officier de gendarmerie qui a giflé un jeune et auquel je témoigne de toute ma sympathie et sans aucune animosité contre le jeune concerné. C’est de l’éducation directe, elle est due à la société et au jeune.

  10. harfang69

    Et ce n’est par la femme à Macron qui va arranger les choses!
    Quand à la justice, celle des hommes, donc partiale, ce n’est pas la première fois qu’un “digne” représentant de cette institution se paie un représentant de l’ordre.
    Ca fait du bien de bouffer du gendarme, ça soulage les bas instincts …..

  11. Colin

    Dans cette affaire, la justice n’a manifestement pas été à la hauteur de l’événement en sanctionnant cet A/Chef d’une lourde sanction alors que les faits reprochés dénotent à eux seuls une dérive inadmissible de notre jeunesse. Comprenne qui pourra mais aucun général pourtant assez voire trop nombreux dans la gendarmerie ne s’est manifesté pour défendre et porter aide à ce sous officier commandant de brigade. Il y a là de quoi s’interroger sur la protection des personnels.

  12. BALMES

    FRANCE, tout fout le camp. Ancien sous officier de gendarmerie, à la retraite depuis 20 ans, j’ai vu durant ces dernières années, le délitement de la société. Politesse et respect ont disparu . Les forces de l’ordre ne sont plus considérées et la justice part en brioche. Pour ma part, je n’aurais pas hésité à filer une baffe à ce morveux. Bravo camarade, je suis de tout coeur avec toi

  13. Déplorable. J’ai connu au cours de ma carrière des cas similaires mais bien souvent les grands “Chefs” prenaient ouvertement et publiquement la défense des personnels mis en cause. Mais c’était il y a 50 ans. Pauvre France, je plains les représentants de l’Ordre…..

  14. misanthrope

    L’audience correctionnelle étant publique il doit être possible de publier la composition du tribunal, ministère public compris, qui a requis et prononcé la sanction. Ne serait-ce que pour savoir si un ou plusieurs de ses membres sont les auteurs ou sympathisants du désormais célèbre mur des cons. Car cela aussi est une particularité de l’institution judiciaire française qui réclame à cor et à cri la protection de son indépendance, construire et entretenir un mur des cons. Et bien sûr sans que cela n’émeuve plus que cela ceux et celles qui sont en charge du bon fonctionnement des institutions et nos chers médias si sourcilleux quant au comportement des membres des forces de police et de gendarmerie. .

  15. sanchez

    Il est indiqué dans l’article que les parents n’ont pas jugé utile de porter plainte ??
    Comment les autorités judiciaires ont elle été saisies ?
    J’adresse toute ma sympathie à ce gendarme et bien des époux auraient eu la même réaction, moi le premier.
    J’ajouterai qu’il faut faire, malheureusement, avec les magistrats que l’on a, mais la hiérarchie devrait se montrer clémente dans le prononcé des sanctions.

  16. TOVI60

    c’est vraiment n’importe quoi , elle est belle la justice française et ces magistrats qui n’ont pas hésité
    à sanctionner un représentant de la loi sous officier commandant d’une brigade de gendarmerie.
    Ce gendarme n’est pas arrivé à ce grade et à ce poste par le saint esprit !!! c’est pour dire que la justice française n’a aucun respect des représentants de la loi.
    Les voyous , voleurs voir même des criminels eux sont plus aidés par cette justice.
    Les mineurs s’en donnent à cœur joie et se font un plaisir de narguer et insulter les gendarmes
    car ils savent qu’ils ne risque rien , quand aux parents ils s’en fiche complétement.
    Pourquoi ce gendarme n’a pas été aidé par sa hiérarchie ???
    J’ai 65 ans , dans mon jeune temps rien que la vue des gendarmes, policiers et autres faisaient
    peur et ils étaient respectés.
    Ma fille est actuellement en dernière année à l’ EOGN de Melun ( promotion BELTRAME)
    Quant elle m’a annoncé qu’elle voulait passer le concours d’officier de gendarmerie, j’étais heureux
    (c’était mon rêve) mais je lui ai dit attention, aujourd’hui le métier de gendarme est plus difficile
    que de mon temps , aussi bien au sain de la gendarmerie que de la justice.
    Soutient et Respect à ce gendarme et à sa famille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *