lundi 19 août 2019
Accueil / A la une / Affaire Adama Traoré, le difficile quotidien des gendarmes du Val-d’Oise

Affaire Adama Traoré, le difficile quotidien des gendarmes du Val-d’Oise

Des caméras pour les uns, une attention accrue pour les autres. Trois ans après la mort d’Adama Traoré, le mardi 19 juillet 2016, les gendarmes du Val-d’Oise vivent au quotidien avec les suites de ce dossier sensible.

Et alors que l’épilogue judiciaire se fait attendre, leur quotidien a bien changé. “Il y a un avant et un après”, résume auprès de L’Essor un sous-officier de ce département. Les gendarmes sont en effet régulièrement confrontés aux suites de l’affaire. Que ce soit le simple port du tee-shirt “Justice pour Adama”, ou en cellule, le signalement de faux malaises cardiaques.

Il y a trois ans, Adama Traoré est mort dans des circonstances controversées après une interpellation mouvementée. Le jeune homme de 24 ans décédera dans l’enceinte de la caserne de Persan (Val-d’Oise). A Beaumont-sur-Oise, il avait fuit les gendarmes à deux reprises, alors que ces derniers s’apprêtaient à mettre main sur son frère, recherché pour extorsion de fonds.

L’affaire en est toujours au stade de l’information judiciaire (lire ci-dessous). Au grand dam des trois gendarmes concernés, placés sous le statut de témoins assistés. Ils “vivent très mal leur mise en cause sur les réseaux sociaux où ils sont présentés comme les ‘assassins d’Adama'”, rapporte Me Rodolphe Bosselut. “Il y a un storytelling à sens unique totalement décorrélé de la réalité du dossier”, poursuit-il. L’avocat défend deux des trois gendarmes, à l’époque gendarme adjoint volontaire et maréchal-des-logis chef.


Afficher une carte plus grande

Poison du soupçon

Face au poison du soupçon, les gendarmes locaux se protègent aujourd’hui en faisant appel au système D. Outre les caméras-piétons, ils utilisent ainsi parfois des caméras Go-Pro. Ils veulent ainsi pouvoir, le cas échéant, se défendre d’une accusation de violences. “Il ne faut pas donner une opportunité à ceux qui disent que la Gendarmerie serait violente”, explique le militaire de la Gendarmerie que nous avons contacté. En clair, les gendarmes ne veulent pas faire les frais d’une vidéo ou d’une photo isolée de son contexte les accusant à tort de violences.

De même, selon ce sous-officier, les gendarmes locaux détailleraient soigneusement, dans leurs échanges radio, les situations rencontrées. Et aviseraient aussitôt le parquet et les services d’urgence en cas de besoin. “Nous ne devons pas laisser la possibilité d’un doute ultérieur”, précise ce gendarme du Val-d’Oise. En novembre 2016, Me Caty Richard, conseil alors de gendarmes, déplorait déjà les conséquences de l’affaire sur le travail des militaires. Ils “ne peuvent plus patrouiller, leur simple présence est perçue comme une provocation”, affirmait-elle.

Violences urbaines (Photo d'illustration/ M.G/L'Essor)
Violences urbaines (Photo d’illustration M.G/L’Essor).

Violences urbaines

En cette fin de semaine, les gendarmes du Val-d’Oise se préparent au triste anniversaire des trois ans du décès d’Adama Traoré. Le comité de soutien de sa famille prévoit sa troisième marche, une manifestation jugée sensible. Et cette année, le rassemblement, sous le thème de la riposte à l’autoritarisme”, devrait se teinter de jaune. Le comité Adama a en effet participé à plusieurs actes des Gilets jaunes.

Il y a deux ans, des incidents, attribués par des gendarmes à des black blocs, ces militants anarchistes, avaient éclaté le soir du rassemblement. Cinq gendarmes sont alors légèrement blessés par des tirs de mortier d’artifice. En 2016, cinq nuits de violences avaient suivi le décès d’Adama Traoré, 24 ans. Treize gendarmes et policiers avaient été blessés dans des incidents allant de la voiture brûlée aux coups de feu.

Gabriel Thierry.

L’affaire toujours au stade de l’information judiciaire

La procédure judiciaire dépaysée à Paris semblait se diriger vers un non-lieu. Mais un rapport médical demandé par la famille a spectaculairement relancé l’affaire au printemps. Les juges d’instruction ont depuis demandé une nouvelle expertise médicale. Le document demandé par la famille contredit en effet les résultats de l’expertise précédente. Cette dernière attribuait le décès du jeune homme à une maladie génétique, la drépanocytose, associée à une pathologie rare, la sarcoïdose, qui aurait entraîné une asphyxie à l’occasion d’un épisode de stress et d’effort. La famille de la victime estime au contraire que la technique de plaquage au sol est à l’origine du décès.

Lire aussi sur L’Essor: Affaire Adama Traoré : une reconstitution dans la caserne de Persan

Absence de responsabilité

Les trois gendarmes mis en cause sont actuellement placés sous le statut sous le statut de témoins assistés pour non-assistance à personne en péril. “Le dossier établit sans aucune ambigüité une absence totale de responsabilité des gendarmes”, martèle Me Rodolphe Bosselut. Pour ce juriste, Adama Traoré est mort des suites “d’un effort physique brutal” effectué en une période de forte chaleur. Si l’instruction judiciaire se poursuit, la justice vient de boucler l’une des enquêtes sur les incidents ayant suivi son décès. Son frère Bagui Traroé sera renvoyé devant les assises pour tentative d’assassinat. Il est accusé d’avoir tiré sur les forces de l’ordre au cours des nuits d’affrontements.

A voir également

La 496ème promotion de Chaumont honore Georges Guillaume, un gendarme fusillé en 1944

La 496ème promotion de l'école de Gendarmerie de Chaumont, dernière de l'année 2019, a été baptisée. Elle honore le gendarme Georges Guillaume, fusillé en 1944.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *