mercredi 17 juillet 2019
Accueil / A la une / ADN – Le laboratoire mobile d’analyses génétiques de la gendarmerie s’exporte
Le laboratoire mobile d'analyses génétiques de la Gendarmerie se compose de deux grandes tentes blanches juxtaposées à une camionnette. Un dispositif projetable en métropole et en outre-mer. Crédit : M.G/Essor
Le laboratoire mobile d'analyses génétiques de la Gendarmerie se compose de deux grandes tentes blanches juxtaposées à une camionnette. Un dispositif projetable en métropole et en outre-mer. (Photo/MG/L'Essor).

ADN – Le laboratoire mobile d’analyses génétiques de la gendarmerie s’exporte

Unique au monde, le concept de laboratoire mobile et projetable d’analyses génétiques de l’Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale (IRCGN) va s’industrialiser. De nombreuses forces de sécurité se montrent déjà intéressées par ce dispositif permettant d’identifier les personnes, au plus vite, en cas de catastrophe ou d’attentat.

Le chef d'escadron Sylvain Ubac (à l'époque capitaine, en mai 2015), commandant du Service central d'analyses génétiques de la Gendarmerie individus (SCAGGENDI), est l'inventeur du laboratoire mobile d'analyses génétiques. Crédit : M.G/Essor.
Le chef d’escadron Sylvain Ubac (à l’époque capitaine, en mai 2015), commandant du Service central d’analyses génétiques de la Gendarmerie individus (SCAGGENDI), est l’inventeur du laboratoire mobile d’analyses génétiques. Crédit : M.G/Essor.

Il est des inventions, en Gendarmerie, qui contribuent fortement à accroître les capacités opérationnelles de l’Arme et à faire connaître le savoir-faire de l’Institution au-delà des murs des casernes. Conçu au sein les laboratoires de l’Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie (IRCGN), le laboratoire mobile d’analyses génétiques en fait partie. La Direction générale de la Gendarmerie (DGGN) a signé, le 26 décembre 2016, le contrat organisant le transfert de technologies et les conditions d’industrialisation de ce dispositif avec la société Tracip, basée près de Nancy. Objectif pour cette entreprise : optimiser le prototype créé au sein de la Gendarmerie afin qu’il puisse être reproduit à plus grande échelle et répondre à la demande des forces de sécurité dans le monde entier.

Une entreprise française sélectionnée par la Gendarmerie 

Ce dispositif innovant permet, pour la première fois en France, l’établissement rapide et à haut débit de profils génétiques (ADN) hors d’un laboratoire conventionnel, au plus près de la scène de la catastrophe ou de l’attentat et avec la même qualité de résultat.

En particulier, il utilise un outil de prélèvement ADN de nouvelle génération (qui intègre un micro-réacteur biologique instantané ainsi qu’un dispositif analytique spécialement conçu et adapté par l’IRCGN), qui permet de gagner plusieurs heures sur le processus d’analyse classique.

La Gendarmerie transfère donc son savoir-faire technique sur ce laboratoire à une entreprise française bien connue des forces de sécurité. Tracip, dont la spécialisation principale est l’investigation numérique, forme notamment les enquêteurs numériques de la Gendarmerie, appelés N’Techs. La PME dispose désormais d’une licence d’exploitation de cinq ans pour industrialiser et commercialiser le concept et de nombreuses demandes sont déjà en cours.

Nathalie DELEAU

Retrouvez le reportage complet de « L’Essor » sur le laboratoire d’analyses génétiques de la Gendarmerie dans notre prochain mensuel (février 2017).

A voir également

Exemple de conversation avec la brigade numérique (Crédit photo:GT/L'Essor).

Révolution numérique: le nouveau visage de la Gendarmerie (dossier)

[DOSSIER] La Gendarmerie s'empare de l'outil numérique et développe de nouvelles armes et de nouveaux moyen de communications.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *