samedi 17 août 2019
Accueil / A la une / Acte IV des Gilets jaunes: les gendarmes davantage mobilisés que les policiers
Affrontement entre des gilets jaunes et les forces de l'ordre le 1er décembre à l'Arc de Triomphe (Ph: Olivier Ortelpa/Creative Commons)
Affrontement entre des gilets jaunes et les forces de l'ordre le 1er décembre à l'Arc de Triomphe (Ph: Olivier Ortelpa/Creative Commons)

Acte IV des Gilets jaunes: les gendarmes davantage mobilisés que les policiers

Quand la République tremble, qui reste-t-il pour la protéger? Poser la question, c’est déjà y répondre: deux associations de gendarmes mettent les pieds dans le plat, quelques jours après la mobilisation exceptionnelle des forces de l’ordre du samedi 8 décembre. L’Union nationale des personnels et retraités de la Gendarmerie (UNPRG) et l’association professionnelle Gendarmes et citoyens déplorent la faible participation policière à l’opération.

Lire aussi sur L’EssorGilets jaunes : 89000 membres des forces de l’ordre dont 65000 gendarmes et 14 blindés engagés

Lorsque le ministère de l’Intérieur annonce la mobilisation de 89.000 personnels pour l’acte IV des Gilets jaunes, les deux associations retranchent à ce chiffre les 65.000 gendarmes qui y ont participé. 

“Vous aurez vite fait le compte des policiers engagés: 24 .000 sur les 150.000 que compte cette administration”, regrette Henri Martinez, président de l’UNPRG. 

De son côté, Gendarmes et citoyens rapporte le nombre de policiers et gendarmes mobilisés à leur nombre total. “Quand la gendarmerie mobilise 65% de ses effectifs, la police engage moins de 20% des siens”, calcule l’association dans un communiqué publié lundi 10 décembre sur son site.

Lire aussi sur L’EssorLa “guerre” entre police et gendarmerie ravivée après les attentats

Cette forte mobilisation de l’Arme a été rendue possible par le statut militaire des gendarmes, qui leur impose des sujétions exceptionnelles. Le rôle majeur de la Gendarmerie dans cette situation qualifiée d’insurectionnelle ne va passer inaperçue. Il y a deux ans, en pleine guerre des polices, l’intersyndicale Unsa-Police/SCPN raillait un “acteur mineur du champ de la sécurité : la Gendarmerie nationale”. Elle interroge également les choix stratégiques du quinquennat: sur les 10.000 recrutements prévus dans les forces de sécurité, 7.500 ont été attribués à la Police et  2.500 aux gendarmes.

Trois quarts des policiers n’ont pas souhaité se porter volontaires

Pour revenir à l’Acte IV des Gilets jaunes, Gendarmes et citoyens estime que, “a minima, on pouvait s’attendre à ce (que la Police) suspende également les indisponibilités de ses personnels dans une situation aussi grave. Ce ne fut pas le cas”. Pire, constate l’association, “en province, des policiers, sur ordre, ont fermé les grilles de leur commissariat, abandonnant le soin de gérer les manifestations aux gendarmes, dépêchés en urgence pour assurer le maintien de l’ordre sur un territoire dont ils sont exclus habituellement”.

Côté Police, explique Gendarmes et citoyens, “les repos de la sûreté urbaine (n’ont) en aucun cas été suspendus, mais reportés sur la base du volontariat”. “Trois quart environ des fonctionnaires de police ont donc fait ce choix” de ne pas se porter volontaires, regrette l’association qui ajoute que “les maires des communes qui ont connu des débordements gravissimes seront ravis de l’apprendre”.

Un boulet est passé. Il n’est pas dit qu’il n’y en aura pas d’autres

La Police reste un “rempart de la République”, mais elle est “malade de sa cogestion” assure Henri Martinez qui demande que l’on “cesse de nous montrer ces syndicalistes avec une posture et un discours hors du cadre, comme par exemple celui qui annonce qu’après les Gilets jaunes ce seront les gilets bleus de la Police nationale”. 

Regrettant l’obsolescence du parc de véhicules blindés à roues de la Gendarmerie (VBRG) le président de l’UNPRG avertit :“Un boulet est passé. Il n’est pas dit qu’il n’y en aura pas d’autres. Là il faudra peut être que tout le monde, policier ou gendarme, fasse le sacrifice de ses repos et mette un gilet pare balles, faute de blindés pour les protéger !”

Matthieu Guyot

A voir également

Refus d’obtempérer dans le Maine-et-Loire: un gendarme blessé

Un gendarme du peloton motorisé a été blessé ce 15 août lors d'un refus d'obtempérer lors d'un contrôle à Chemiré-sur-Sarthe. (Maine-et-Loire)

6 Commentaires

  1. Chassonnaud

    Comme toujours le militaire de la Gendarmerie est corveable a souhait mais il le sait depuis son entree dans le service !!! La guerre des polices existe depuis des decennies, a mots couverts le plus souvent sauf dans des situations telles que nous subissons actuellement !!! Il faut reconnaitre que le moral du personnel en prend un coup lorsque l’on est continuellement sur la breche mais c’est le metier !!! La reconnaissance ? Elle n’existe pas vraiment il suffit de comptabiliser les plaintes deposees a son encontre pour motif de bavure !!! La hierarchie fait son travail mais difficile puisque c’est dans l’execution des ordres donnes que cela arrive !!! Vieux retraite je reste gendarme jusqu’au bout des ongles et tout ce qui touche l’Arme m’atteint moralement !!! Je souhaite courage a nos hommes et femmes qui se battent pour que notre pays soit digne de qu’il a toujours ete. !!!

    • Jean-Pierre LAETHEM

      Les citoyens avisés savent faire la différence. Vos nobles fonctions sont difficiles et éreintantes, mais vous êtes porteurs de valeurs que d’autres n’ont pas et qui vous honorent. Vous respectez en outre une règle dont vous avez pleine conscience, avec un sens aigu de l’honneur et du devoir.
      Soyez fiers de cela comme nous sommes fiers de vous.

  2. PLANCHER

    Je suis stupéfait et complètement désabusé d’apprendre la faible participation policière dans une situation insurrectionnelle de notre pays face aux gilets jaunes. Silence de “mort” chez les médias. Pour ma part, je fais suivre cette information chez les élus de ma circonscription (Maire, conseillers départementaux et député). Il est nécessaire qu’ils le sachent !

  3. le misanthrope

    Aujourd’hui, sur RTL, dans le journal de l’illustre Fogiel le directeur général de la police nationale n’a eu de cesse de souligner l’engagement des policiers, de saluer leur courage, de les remercier, de les féliciter….. n’en jetez plus ! Et le distingué Fogiel de boire ces paroles, de s’étonner que ces 25 millions d’heures supplémentaires n’aient pas été payées, et de saluer bien bas l’honorable DGPN de lui avoir fait l’honneur de sa visite. Là on est dans l’émotion.
    A aucun moment le mot gendarme n’a été prononcé par l’un ou par l’autre. Dialogue surréaliste quand on connait la réalité des faits.
    C’est vrai que quand on est absent de tous ces débats, quand bien même seraient-ils nuls ou convenus, on existe pas.
    Allez camarades, c’est pour la gloire, c’est pour la France.

  4. CHEVIGNY Gilberrt

    je suis d’accord avec votre article, CORVEABLE, a 21 ans j’ai connu Mai 68, les Grèves des Viticulteurs dans le sud , les sidérurgistes en lorraine,les évènements en NC. et j’en oublie, mais les CRS nous nous apporté des avantages, Primes, IJAT, repas gratuits, équipements, etc. Rappel en 68 augmentation de 2OOFr sur la solde (Indice)j’aurais pu être tente de passer dans la Maison d’en face à 15 de service- avec retraite- mais l’ambiance ne me convenait pas, des camarades ont franchi le pas, donc j’étais au courant des avancées… que je communiquait à l’ESSOR /UNPRG, j’espère en 2O18 un gros plus pour NOEL- B. année// signé GIGI – CHEVIGNY Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *