samedi 23 février 2019
Accueil / A la une / A son procès, le gendarme ayant blessé une militante à Sivens avec une grenade reconnaît une faute (Vidéo). Actualisé avec condamnation
Illustration (SD/L'Essor).

A son procès, le gendarme ayant blessé une militante à Sivens avec une grenade reconnaît une faute (Vidéo). Actualisé avec condamnation

Près de quatre ans et demi après le jet d’une grenade ayant blessé à la main une jeune femme à Sivens, un maréchal des logis-chef du PSIG de Gaillac est jugé depuis ce mardi devant le tribunal  correctionnel de Toulouse pour ” “violences volontaires ayant entraîné une ITT de 15 jours avec arme par personne dépositaire de l’autorité publique”.

Il été condamné à 6 mois de prison avec sursis et la condamnation est assortie d’une interdiction de porter une arme pendant un an.

Le procureur Pierre Couttenier avait requis 8 mois avec sursis. Le représentant du ministère public a également réclamé que le militaire écope d’une interdiction d’exercer des missions de
maintien de l’ordre pour une durée “d’au moins trois ans”.

Lire aussi sur L’EssorSivens : un gendarme mis en examen pour avoir blessé une militante 

Elsa M.  âgée de 25 ans à l’époque, avait été gravement blessée à la main en ramassant une grenade de désencerclement jetée par le gendarme à l’intérieur d’une caravane, où elle s’était abritée avec deux autres manifestants. Les faits sont survenus trois semaines avant la mort dramatique de Rémi Fraisse.

Lire aussi sur L’Essor : Gendarme renvoyé en correctionnelle après la blessure d’une zadiste à Sivens : son avocat ne veut pas qu’il soit le bouc émissaire de l’affaire Rémi Fraisse 

Le gendarme a pour la première fois reconnu “une faute“. “Il n’y avait aucune menace particulière. Je voulais qu’ils sortent de la caravane. C’est une erreur de ma part, une mauvaise appréciation” a t-il dit à la barre, cité par la Dépêche.

Interrogé dans le cadre de l’enquête par l’IGGN, puis par la juge d’instruction, le militaire de 49 ans à la carrière sans tache avait toujours maintenu avoir lâché sa grenade en raison d’un groupe d’opposants “menaçants”.

“C’est une mauvaise appréciation de ma part liée à la multitude des missions et la fatigue”, souligne le sous-officier qui maintient “n’avoir jamais voulu jeter la grenade dans la caravane” a encore déclaré le militaire à la barre.

 

Le procès se poursuit.

A voir également

Guyane : un ancien commandant d’une brigade condamné à 6 mois ferme pour aide à l’orpaillage clandestin mais relaxé pour corruption

Jugé le 10 janvier par le tribunal correctionnel de Cayenne, un ancien commandant de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement notre dernier dossier : « il y a 10 ans, le rattachement de la Gendarmerie au Ministère de l‘Interieur »

Vous n’êtes pas (encore) abonné à notre magazine « L’Essor de la Gendarmerie Nationale », je vous propose de recevoir, gratuitement, notre dossier du mois de janvier, en tiré à part.


Il vous suffit pour cela de nous retourner, en un clic, le simple bulletin ci-dessous :