mercredi 24 avril 2019
Accueil / A la une / A son procès, le gendarme ayant blessé une militante à Sivens avec une grenade reconnaît une faute (Vidéo). Actualisé avec condamnation
Illustration (SD/L'Essor).

A son procès, le gendarme ayant blessé une militante à Sivens avec une grenade reconnaît une faute (Vidéo). Actualisé avec condamnation

Près de quatre ans et demi après le jet d’une grenade ayant blessé à la main une jeune femme à Sivens, un maréchal des logis-chef du PSIG de Gaillac est jugé depuis ce mardi devant le tribunal  correctionnel de Toulouse pour ” “violences volontaires ayant entraîné une ITT de 15 jours avec arme par personne dépositaire de l’autorité publique”.

Il été condamné à 6 mois de prison avec sursis et la condamnation est assortie d’une interdiction de porter une arme pendant un an.

Le procureur Pierre Couttenier avait requis 8 mois avec sursis. Le représentant du ministère public a également réclamé que le militaire écope d’une interdiction d’exercer des missions de
maintien de l’ordre pour une durée “d’au moins trois ans”.

Lire aussi sur L’EssorSivens : un gendarme mis en examen pour avoir blessé une militante 

Elsa M.  âgée de 25 ans à l’époque, avait été gravement blessée à la main en ramassant une grenade de désencerclement jetée par le gendarme à l’intérieur d’une caravane, où elle s’était abritée avec deux autres manifestants. Les faits sont survenus trois semaines avant la mort dramatique de Rémi Fraisse.

Lire aussi sur L’Essor : Gendarme renvoyé en correctionnelle après la blessure d’une zadiste à Sivens : son avocat ne veut pas qu’il soit le bouc émissaire de l’affaire Rémi Fraisse 

Le gendarme a pour la première fois reconnu “une faute“. “Il n’y avait aucune menace particulière. Je voulais qu’ils sortent de la caravane. C’est une erreur de ma part, une mauvaise appréciation” a t-il dit à la barre, cité par la Dépêche.

Interrogé dans le cadre de l’enquête par l’IGGN, puis par la juge d’instruction, le militaire de 49 ans à la carrière sans tache avait toujours maintenu avoir lâché sa grenade en raison d’un groupe d’opposants “menaçants”.

“C’est une mauvaise appréciation de ma part liée à la multitude des missions et la fatigue”, souligne le sous-officier qui maintient “n’avoir jamais voulu jeter la grenade dans la caravane” a encore déclaré le militaire à la barre.

 

Le procès se poursuit.

A voir également

Les tags sur la façade de la Gendarmerie de Landivisiau (Capture d'écran le Télégramme)

Des tags appelant au suicide inscrits sur la gendarmerie de Landivisiau (Vidéos)

Des slogans haineux appelant au suicide des policiers ont été inscrits sur la façade de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !