L'Essor

Commémorations de la Grande guerre: un marathon présidentiel et gendarmique

Paris, le 18 octobre 2017, discours aux forces de sécurité intérieure d'Emmanuel Macron à l'Elysée (M. GUYOT/ESSOR)

Paris, le 18 octobre 2017, discours aux forces de sécurité intérieure d'Emmanuel Macron à l'Elysée (M. GUYOT/ESSOR)

Emmanuel Macron (Crédit:MG/L’Essor)

Avant d’entamer son “itinérance mémorielle” dans le cadre des commémorations de la fin de la Grande guerre, le président de la République Emmanuel Macron s’était octroyé trois jours de repos en Normandie. Les gendarmes auraient été avisés de prendre exemple sur le chef des armées car leur semaine est, elle aussi, chargée.

Un marathon présidentiel et gendarmique

De nombreuses étapes du déplacement présidentiel se trouvent en effet en zone Gendarmerie. L’Arme est en effet compétente à Morhange (Moselle), Pont-à Mousson et Pompey (Meurthe-et-Moselle), Monthairons, Eparges et Fleury-devant-Douaumont (Meuse), Rozoy-sur-Serre et La Flamengrie (Aisne), Sars-Poterie et Avesnes-sur-Helpe (Nord), Ablain-Saint-Nazaire et Notre-Dame-de-Lorette (Pas-de-Calais), Albert, Thiepval et Péronne (Somme). On le voit, le marathon présidentiel sera aussi gendarmique !

Lire aussi sur L’EssorLa Grande guerre des gendarmes (vidéo)

Toutes unités confondues, 756 gendarmes étaient mobilisés ce mardi pour l’étape de la Meuse. La mobilisation devrait rester au même niveau toute la semaine. Parmi eux figurent les gendarmes départementaux des groupements concernés, réservistes inclus, ainsi que des mobiles, avec cinq escadrons déployés. Ils sont renforcés par des moyens spécialisé, drones de la Gendarmerie, mais aussi les cellules nationales d’appui à la mobilité (Cnamo) et d’observation et d’exploitation de l’imagerie légale (Cnoeil). La Garde républicaine est également présente pour les services d’honneur. 

Au niveau central, le centre de planification et de gestion de crises de la direction générale à Issy-les-Moulineaux est enfin activé chaque jour. L’opération ne connaît pas de répit nocturne car certains des lieux choisis par Emmanuel Macron pour passer la nuit figurent également en zone Gendarmerie. 

Matthieu Guyot