jeudi 24 septembre 2020
Accueil / A la Une / 70 gendarmes mobilisés pour l’interpellation des Gilets jaunes incendaires
Une antenne-relais. Photo d'illustration. (Crédit: Richard Revel)
Une antenne-relais. Photo d'illustration. (Crédit: Richard Revel)

70 gendarmes mobilisés pour l’interpellation des Gilets jaunes incendaires

La justice vient de mettre en examen 14 Gilets jaunes, soupçonnés d’avoir dégradé des pylônes téléphoniques en Alsace. Des arrestations qui font suite à une enquête des gendarmes du Haut-Rhin.

Une nouvelle affaire judiciaire vient de mener les gendarmes dans la mouvance des Gilets jaunes. Après les incendiaires de radars automatiques en Indre-et-Loire, les rançonneurs d’automobilistes dans la Marne, les gendarmes se sont cette fois-ci penchés de près sur les actions des Gilets jaunes du Haut-Rhin. Et ils n’ont pas été déçus.

Lire aussi: 400 gendarmes mobilisés dont une antenne GIGN pour interpeller des rançonneurs d’automobilistes infiltrés dans les Gilets jaunes

Coup de filet dans la mouvance des Gilets jaunes du Haut-Rhin

Ce lundi, 70 militaires du département ont été mobilisé pour un joli coup de filet. Il s’est conclu par l’arrestation de 13 personnes après une première mise en examen en juillet dernier. “C’est une enquête exceptionnelle par sa durée et par le nombre de personnes soupçonnées”, précise le chef des gendarmes du Haut-Rhin, le colonel Alexandre Jeaunaux.

Gilets jaunes à Paris le 8 décembre 2018 (Ph: Olivier Ortelpa/Creative Commons)
Manifestation à Paris le 8 décembre 2018 (Ph: Olivier Ortelpa/Creative Commons)

La justice soupçonne ces 14 Gilets jaunes d’avoir dégradé 9 pylônes téléphoniques dans 8 communes du Haut-Rhin. Les enquêteurs ont mis à jour un mode opératoire bien rôdé. Ils estiment que les mis en cause mettaient le feu aux pylônes grâce à des pneus imbibés d’essence. Les incendiaires les déposaient au pied des coffres électriques. Résultat: plusieurs millions d’euros de préjudice pour les opérateurs, et de grosses perturbations téléphoniques dans les secteurs visés.

Selon la procureure de Mulhouse, Edwige Roux-Morizot, les incendiaires “ont décidé de passer à l’action violente pour marquer sans doute les esprits au regard de leurs revendications”. Une radicalisation qui pourrait leur coûter cher. Ils encourent désormais des peines de 15 ans de réclusion et de 150.000 euros d’amende.

Crowdfunding campaign banner

2 Commentaires

  1. DRAILLET

    Vont ils au moins payer l’amende j’en doute c’est encore une fois le contribuable qui sera le dindon de la farce !!!!!!!!!!!!

  2. Ezeque

    Plus de téléphones donc ces actes dont considérés comme terroristes car impossible de contacter les secours qu ils payent toutes les réparations et 60 années d emprisonnements sans aucunes aides de leurs familles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *