vendredi 19 avril 2019
Accueil / A la une / 18 mois ferme et mandat de dépôt pour le gendarme alcoolisé impliqué dans un accident mortel
Photo d'illustration (S.D/L'Essor).

18 mois ferme et mandat de dépôt pour le gendarme alcoolisé impliqué dans un accident mortel

Le gendarme isérois, fortement alcoolisé et impliqué mardi soir dans un accident ayant fait deux morts et un blessé grave à Bourgoin-Jallieu, a été jugé jeudi en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Bourgoin-Jallieu. Il a été condamné à trois ans de prison, dont 18 mois ferme, avec mise à l’épreuve pendant deux ans. Un mandat de dépôt a été délivré à son encontre. Il a été incarcéré à la maison d’arrêt de Lyon-Corbas (Rhône), précise Le Dauphiné Libéré 

Lire aussi sur L’EssorUn gendarme, hors service et contrôlé positif à l’alcool, impliqué dans un accident mortel

Le ministère public avait requis trois ans de prison, avec la moitié de sursis, et deux ans de mise à l’épreuve avec annulation du permis de conduire et mandat de dépôt.

https://platform.twitter.com/widgets.js

Joint par l’Essor, son avocat M° Gabriel Versini, du barreau de Lyon,  a annoncé qu’il n’allait pas interjeter appel du jugement. En revanche, il va demander rapidement un aménagement de peine afin de faire bénéficier son client d’un bracelet électronique.

A l’audience, le pénaliste lyonnais a tenté jusqu’au bout d’éviter le mandat de dépôt, “Mais en quoi le mandat de dépôt permettra à mon client de se repentir plus facilement, et à cette famille de victimes de se reconstruire?“, a lancé l’avocat.

Lors de l’audience, le gendarme a tenu à présenter ses excuses aux familles des victimes, en déclarant qu’il n’avait “pas les mots. C’est une catastrophe. Dans ce moment je pense à elles, aux blessés. Moi, c’est secondaire”, a dit ce maréchal des logis-chef de 35 ans, très bien noté.

Un taux de 2,54 grammes

Le militaire qui roulait dans sa Hyundai i30 N avec un camarade gendarme et leurs deux enfants respectifs avait un taux de 2,54 grammes d’alcool par litre de sang. Il avait bu trois litres de bière lors de retrouvailles dans un restaurant avec des camarades.

“C’est une journée entre gendarmes qui a viré au drame“, a résumé son avocat qui parle d’un militaire “qui travaille beaucoup, qui a été blessé par un gilet jaune et qui a relâché la pression, il  a malheureusement trop bu et repris le volant”.   “Il a failli, il le reconnait. Toute sa vie, il portera ce poids et ce n’est pas en prison qu’il pourra réparer”, poursuit l’avocat. 

Les parties civiles, représentées par Me Erwan Gasté, du barreau de Bourgoin-Jallieu, ont demandé à ce que le prévenu soit déclaré totalement responsable de cet accident.

Avant l’accident mortel, plusieurs automobilistes ont remarqué votre conduite dangereuse, vous leur faisiez des appels de phare pour les doubler. Ils vous ont pris pour fou”, lui a lancé la procureure, citée par France Bleu Isère.   “Je n’avais pas l’impression d’aller vite. J’ai vu trop tard que les voitures devant moi étaient à l’arrêt. Je n’ai pas freiné assez fort…”, a répondu le gendarme qui a passé sa première nuit en prison.

Le tribunal n’a pas prononcé d’interdiction d’exercer dans son jugement mais la Gendarmerie, la peine étant définitive, va enclencher une procédure disciplinaire. Il est d’ores et déjà suspendu.

D.C

 

 

 

A voir également

Tarn-et-Garonne: un motocycliste de la Gendarmerie se tue hors service dans un accident

Marié et père de trois enfants, l'adjudant Didier Terrisse, 50 ans, servait comme motocycliste à la brigade motorisée de Moissac.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !