jeudi 3 décembre 2020
Accueil / A la Une / 100.000 gendarmes et policiers mobilisés, une amende de 38 euros portée à 135 euros: ce qu’il faut retenir sur le nouveau confinement
L'allocution de Christophe Castaner sur le confinement (capture d'écran).
L'allocution de Christophe Castaner sur le confinement (capture d'écran).

100.000 gendarmes et policiers mobilisés, une amende de 38 euros portée à 135 euros: ce qu’il faut retenir sur le nouveau confinement

Après le président de la République, le ministre de l’Intérieur a détaillé dans une autre allocution lundi soir les conséquences du confinement mis en place pour lutter contre l’épidémie du coronavirus Covid-19. Ce matin, l’intervention a été suivie d’une visioconférence avec les préfets de zones de défense et de sécurité pour mettre en œuvre ce confinement.

https://platform.twitter.com/widgets.js

“Le confinement, c’est d’abord rester chez soi”

Hier soir, le locataire de la Place Beauvau a réinsisté sur la consigne. Il faut avant tout rester chez soi. Pour contrôler les déplacements, Christophe Castaner mobilise près de 100.000 gendarmes et policiers. Les forces de sécurité intérieure vont mettre en place des points de contrôle fixes et mobiles. Gendarmes et policiers contrôleront les axes principaux et secondaires.

“Toutes les personnes qui circuleront devront être en mesure de justifier leur déplacement“, précise Christophe Castaner. Y compris les piétons qui devront se munir d’une attestation détaillant le motif du déplacement. Les cartes professionnelles peuvent tenir lieu d’attestation, a ajouté le ministre de l’Intérieur.

Les déplacements entre le domicile et le lieu de travail, quand le télétravail n’est pas possible, pour motifs de santé, ou pour motif familial impérieux seront eux tolérés. La violation de cette interdiction est pour l’instant sanctionnée d’une amende de 38 euros. Le gouvernement prévoit déjà de porter ce montant à 135 euros.

Le ministre de l’Intérieur a également annoncé la mise en place de contrôle des contrôles des déplacements transfrontaliers non-nécessaires. Les gendarmes sont en première ligne pour effectuer cette mission.

Lire aussi: La Gendarmerie en première ligne pour le contrôle des flux

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.