mercredi 13 décembre 2017
Accueil / Tag archives :

Tag archives :

Ardèche : intrusion de militants de Greenpeace à la centrale de Cruas-Meysse

Centrale nucléaire du Tricastin

Les gendarmes du PSPG les ont interceptés. Un mois et demi après une action à la centrale nucléaire de Cattenom (Moselle), des militants de Greenpeace se sont introduits dans celle de Cruas-Meysse (Ardèche) pour “alerter” les autorités sur la “vulnérabilité” des piscines où sont entreposés les combustibles usagés. L’action a …

Lire la suite >>

Nucléaire : Greenpeace défie EDF avec un tir de feu d’artifice à Cattenom

Centrale nucléaire du Tricastin

Deux jours après une mise en garde sur la sécurité des centrales nucléaires françaises, des militants de Greenpeace ont défié jeudi EDF en s’introduisant sur le site de la centrale de Cattenom (Moselle) afin d’alerter sur le risque autour des piscines de combustible usagé. L’ONG a publié la vidéo du …

Lire la suite >>

Un gendarme blessé par balle par un camarade lors d’un entraînement antiterroriste

  Série noire pour les pelotons de surveillance et de protection de la gendarmerie (PSPG) : une semaine après le gendarme qui a ouvert le feu accidentellement lors d’une allocution de François Hollande, un gendarme a été blessé par balle à la mâchoire Il a été hospitalisé dans la soirée, …

Lire la suite >>

Un gendarme tire accidentellement et fait deux blessés légers lors d’un discours de Hollande

Le président de la République François Hollande (Photo d'illustration. S.D Essor).

(VERSION ACTUALISEE) Le gendarme, qui a tiré accidentellement mardi lors de l’inauguration de la LGV Tours-Bordeaux par François Hollande, a été entendu pendant plusieurs heures en garde à vue, avant d’être remis en liberté ce mercredi 1er mars. Ce maréchal des logis-chef de 33 ans du peloton spécialisé de protection …

Lire la suite >>

Centrales nucléaires : les 19 sites protégés par une unité spécialisée de la Gendarmerie

Une vingtaine de militants de l'association écologiste Greenpeace ont été interpellés ce matin par les gendarmes dans la centrale de Fessenheim dans le Bas-Rhin. Comme les dix-huit autres sites nucléaires français, il est surveillé par un Peloton spécialisé de protection de la Gendarmerie chargé de lutter contre les intrusions et actes de malveillance. En dernier ressort, c'est le GIGN qui se tient prêt à intervenir.

Lire la suite >>

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !