dimanche 24 septembre 2017
Accueil / Vie des personnels / Municipales: les politiques unanimes sur le statut de la Gendarmerie

Municipales: les politiques unanimes sur le statut de la Gendarmerie

Notre  journal a posé les cinq mêmes questions (moyens, investissements, répartition des rôles police/gendarmerie, statut militaire …) sur la Gendarmerie à six responsables politiques : Jean-François Copé (UMP), Jean-Christophe Lagarde (UDI), Pierre Laurent (PCF), Marine Le Pen (FN), Jean-Vincent Placé (EELV) et Clotilde Valter (PS).

Tout comme 83% des Français qui émettaient en novembre 2013, dans un sondage Ifop/Gendarmerie, un jugement positif sur la Gendarmerie, ces six responsables, de droite comme de gauche, soulignent la “proximité, le lien social, le rôle primordial ou le travail remarquable” de la Gendarmerie.

Pas de remise en cause du statut militaire des gendarmes

Unanimité également sur le statut militaire de la Gendarmerie que personne ne veut voir remis en cause et sur la répartition territoriale entre la Police et la Gendarmerie.

La réforme de 2009, qui réunit les deux forces sous l’autorité du ministère de l’Intérieur, fait également l’unanimité, sauf pour Marine de Le Pen qui souhaite la réintégration de la Gendarmerie dans le ministère de la Défense. Des divergences apparaissent, en revanche, sur les moyens. Pour MM. Copé et Lagarde, il est possible d’améliorer les résultats sans augmenter les moyens alors que Marine Le Pen se dit favorable au rétablissement des effectifs de la Police et de la Gendarmerie de 2006 “à leur niveau de 2006”.

A voir également

Le gendarme Yves Hamon n’est plus

Plusieurs de ses camarades de la brigade du Croisic où il a servi 20 ans …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *