dimanche 20 août 2017
Accueil / Société / Sevran : un policier tire à huit reprises vers ses agresseurs
Photo d'illustration (S.D/L'Essor).

Sevran : un policier tire à huit reprises vers ses agresseurs

Un policier violemment pris à partie lors d’une intervention tendue dans la nuit du 14 juillet à Sevran (Seine-Saint-Denis) a fait usage de son arme à huit reprises pour se dégager, blessant un homme de 18 ans.

Le policier, souffrant de contusions et blessures à la tête, a été hospitalisé, de même que l’homme de 18 ans, touché au ventre, a indiqué le parquet de Bobigny.

Selon le déroulé des faits détaillé par le parquet de Bobigny, vers 00H30 samedi, des policiers du commissariat de Sevran ont d’abord essuyé des “jets de pierres et des coups de barre de fer” lors d’une intervention sur un feu de containers “volontairement déclenché“.

Appelés en renfort, six motocyclistes d’une compagnie de sécurisation et d’intervention (CSI) ont à leur tour été pris à partie par une “cinquantaine d’individus aux visages dissimulés, armés de barres de fer, de blocs de pierre et de bouteilles en verre, qui avaient surgi brusquement de la cité“, a poursuivi le parquet.

Selon le parquet, “trois motards” ont été blessés par ces projectiles. Les individus sont ensuite venus “à leur contact, tentant de les encercler et de les faire chuter“. Cinq des motocyclistes sont “parvenus à s’échapper en accélérant“. Revenus sur les lieux peu après, en s’apercevant que le sixième n’était pas présent, les agents ont fait usage de grenades de désencerclement pour disperser le groupe.

Ils ont alors retrouvé le policier blessé, “à une quinzaine de mètres de sa moto, le visage en sang, le casque cassé et la visière arrachée“, a dit le parquet.

Peu après, un homme de 18 ans a été retrouvé présentant une plaie au ventre “résultant d’un tir d’arme à feu“, selon le parquet. Son pronostic vital n’est pas engagé, mais son état est jugé “instable“. Le policier, lui aussi hospitalisé, présentait de “nombreuses contusions et blessures à la tête et s’avérait très choqué sur le plan psychologique“, a poursuivi le parquet.

Selon les constatations, il a fait usage de son arme à “huit reprises en direction de ses agresseurs“.

Une enquête a été ouverte pour identifier les auteurs des violences contre les policiers. Le parquet de Bobigny a également saisi l’IGPN d’une enquête consécutive à l’usage d’arme. “Les policiers sont devenus de la chair à canon“, a dénoncé le secrétaire national adjoint du syndicat policier Alliance, Loïc Travers.

Alliance a en outre condamné des festivités du 14 Juillet “une nouvelle fois émaillées d’incidents graves, visant les forces de l’ordre et les policiers en particulier“, citant notamment des “attaques de commissariats, guet-apens, jets de mortiers, incendies volontaires“.

Dans ce contexte Frédéric Lagache, secrétaire général adjoint d’Alliance a dit avoir besoin du “soutien de l’Etat“, “qui ferait mieux de renforcer nos moyens plutôt que les diminuer en baissant nos crédits“.

Le gouvernement a annoncé la semaine dernière des mesures d’économies, à hauteur de 526 millions d’euros, dans le cadre d’une diète imposée à l’ensemble des ministères.

A voir également

La Question de “L’Essor”

Le mois dernier, “L’Essor” vous proposait de vous prononcer sur la question suivante : “Les conditions …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *