lundi 11 décembre 2017
Accueil / A la une / Le Sénat rejette les crédits de la mission “Sécurités”
Gérard Collomb, le 5 décembre, lors de l'examen au Sénat de la mission "Sécurités" (Crédit photo: DR).
Gérard Collomb, le 5 décembre, lors de l'examen au Sénat de la mission "Sécurités" (Crédit photo: DR).

Le Sénat rejette les crédits de la mission “Sécurités”

Mention “peut mieux faire”. Sans surprise, le Sénat a rejeté les crédits de la mission “Sécurités” du projet de loi de finances 2018, ce mardi 5 décembre, à l’issue de la séance publique. Budget de la Gendarmerie, de la Police et de la Sécurité civile ont été passés au crible par les sénateurs.

Lire aussi sur L’Essor : Budget de la Gendarmerie : le cri d’alarme des sénateurs

L’éloquence du ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, n’a en effet pas suffit à convaincre les sénateurs. “Les crédits que je vous présente aujourd’hui sont en augmentation de 1,5 % en 2018, explique ainsi le “premier flic de France”. Nous voulons faire de la sécurité une de nos priorités. Le message est donc clair : non seulement nous consolidons les efforts passés, mais nous les accentuons.”

Hausse des effectifs, lissage de la dette immobilière de la Gendarmerie par l’affectation d’une somme de treize millions d’euros par an, réhabilitation du parc, achat de 20.000 gilets pare-balles pour l’Arme… Autant de réformes passées en revue par le ministre de l’Intérieur. “Qui peut encore dire que les sommes consacrées à l’équipement ne sont pas à la hauteur ?”, demande-t-il d’ailleurs.

Une hausse des crédits en trompe l’oeil

Quelques sénateurs ne sont pas de cet avis. Premier à s’exprimer pour l’opposition, le sénateur Philippe Dominati (LR, Paris), rapporteur pour la commission des finances pour la Gendarmerie et la Police, déplore ainsi une hausse des crédits en trompe l’œil sur les trois années à venir.

“En prenant en compte les prévisions d’inflation du gouvernement, l’évolution sera négative, puisque les crédits diminueront de 0,4 %, note-t-il. Cette évolution est surprenante, alors que la sécurité nationale est toujours présentée comme une priorité.”

Le sénateur de Paris regrette également une hausse des effectifs qui s’effectuerait, selon lui, au détriment des moyens de fonctionnement et d’investissement. En clair, Philippe Dominati craint “une paupérisation de nos forces”. Même constat pour le sénateur Dany Wattebled (Les indépendants, Nord), qui a fait marché la calculette : la hausse des crédits de la Gendarmerie, en euros courants, se traduit par une baisse de 0,44% des crédits de paiement en euros constants, en tenant compte donc de l’inflation.

“l’obsolescence de certains matériels”

Les deux sénateurs rapporteurs pour avis pour la commission de la défense n’ont pas une position aussi tranchée – ils appelleront d’ailleurs à un vote favorable sur les crédits de la Gendarmerie. Mais avec des réserves. Ainsi, Philippe Paul (LR, Finistère), s’inquiète “des problèmes posés par l’obsolescence de certains matériels”. Dans son viseur, les véhicules blindés à roues, dont le remplacement par des véhicules tout-terrain se solderait par une facture de 45 millions, et les 26 hélicoptères “Ecureuil”.

“La vétusté des sept hélicoptères du groupe interarmées d’hélicoptères qui constituent un outil essentiel en ce qu’ils permettent au GIGN et au Raid de se projeter pour la défense des centrales nucléaires, est également préoccupante, poursuit Philippe Paul. Il s’agit en effet de vieux Puma des armées de l’air et de terre dont il est indispensable d’envisager le remplacement par des hélicoptères de transport moyen de type Caracal, soit une dépense d’environ 125 millions d’euros dans le cadre du budget des armées, si nous voulons préserver la capacité de projection de nos corps d’élite.”

La Haute assemblée votera dans quelques jours, le 12 décembre, sur l’ensemble du texte du projet de loi de finances 2018. En cas de rejet ou d’adoption avec modifications, une commission mixte paritaire sera convoquée par le Premier ministre. Mais au final, le dernier mot reviendra à l’Assemblée, une chambre où le Gouvernement détient une confortable majorité…

Gabriel Thierry

A voir également

Orne : marche blanche de policiers à Alençon après le suicide d’un collègue

Environ 200 policiers en civil, une rose blanche à la main, ont défilé en silence …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !