jeudi 23 mars 2017
Accueil / L'actualité Île-de-France / Police et “indics” : garde à vue prolongée pour l’ex-patron de la lutte antidrogue
Panneau Boulevard Exelmans
Photo d'illustration (S.D/L'Essor).

Police et “indics” : garde à vue prolongée pour l’ex-patron de la lutte antidrogue

Version actualisée

Quatre policiers de l’office de lutte antidrogue, dont son ex-patron François Thierry, ont été placés en garde à vue lundi à l’IGPN, la “police des polices”, dans l’enquête sur la saisie record de 7 tonnes de cannabis en 2015. Mardi matin, les quatre policiers ont vu leur garde à vue prolongée. Ils peuvent être interrogés pendant 96 heures, la durée maximale dans une enquête pour trafic de stupéfiants.

François Thierry avait déjà été interrogé en garde à vue début mars à l’IGPN (Inspection générale de la police nationale) dans le cadre d’un autre dossier instruit par des juges d’instruction depuis l’été 2013 après une saisie de cocaïne à l’aéroport parisien d’Orly.

Parmi les quatre policiers convoqués lundi matin à l’IGPN se trouve également l’ancien adjoint de François Thierry à l’Ocrtis (Office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants), a précisé une source judiciaire.

Comme dans le dossier de saisie de cocaïne, les enquêteurs s’interrogent sur les méthodes des policiers de l’Ocrtis en marge de la saisie record de sept tonnes de cannabis entreposées dans des camionnettes stationnées boulevard Exelmans, dans le XVIe arrondissement de Paris.

La saisie douanière, opérée par la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED) et saluée par François Hollande, avait eu lieu le 17 octobre 2015 et l’Octris avait immédiatement été saisi des investigations.

Mais rapidement le parquet de Paris avait découvert que cette importation de drogue s’inscrivait dans le cadre d’une opération secrète de l’Ocrtis pour infiltrer un réseau, explique une source proche du dossier.

Problème: Sofiane Hambli, réputé comme un trafiquant notoire, déjà condamné, était au coeur du dispositif et apparaissait comme un informateur de l’Ocrtis. Dans la foulée, le parquet avait dessaisi ce service au profit de la Brigade des stups de Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *