lundi 20 novembre 2017
Accueil / A la une / La Réunion : des chiens de la métropole en renfort pour retrouver Mathieu Caizergues
Mathieu Caizergues (Photo DR)

La Réunion : des chiens de la métropole en renfort pour retrouver Mathieu Caizergues

Les trois maîtres-chiens sont arrivés ce mardi 3 octobre sur l’Île de la Réunion. Selon deux sites d’information de cette île située dans l’océan Indien, trois chiens Malinois spécialisés dans la recherche de personnes vont apporter leur assistance dans les opérations de recherche menées depuis la disparition de Mathieu Caizergues, le 23 juin 2017.

Le jeune militaire de 24 ans , gendarme mobile  de l’escadron 45/3 de Saint-Amand-Montrond (Cher) en détachement dans l’île a disparu au cours d’une randonnée sur le sentier de Mafate. Les chiens du groupe d’investigation cynophyle de Grammat (Lot) ont été engagés sur le sentier ce mercredi. Grace, Juno et Joker traquent, explique IPReunion.com, les odeurs suspectes le long des crêtes du Maïdo. Les trois équipes de maître-chiens doivent rester une semaine sur l’Île.

“Pour l’heure, aucune piste n’est écartée sachant que de récents témoignages laisseraient supposer que Mathieu aurait été aperçu, à plusieurs reprises, dans le sud de l’ile. Pour autant, la thèse accidentelle demeure, et l’arrivée de ces chiens qui était prévue depuis un certain temps mais qui a été retardée suite aux derniers événements qui ont eu lieu aux Antilles (Ouragan Irma) et en Métropole avec la disparition de la petite Maëlys notamment, s’inscrit dans un déroulé classique opérationnel” a précisé la Gendarmerie de la Réunion dans un communiqué. 

 

« Des gens sont persuadés de l’avoir vu, déclare un officier de gendarmerie cité par Clicanoo.re. Nous prenons cette hypothèse au sérieux et avec le même engagement que la piste du décès. »

Un appel à témoins a été lancé sur Facebook

Plusieurs membres de la famille de Mathieu Caizergues poursuivent également les recherches. Selon IPReunion.com, la famille espère que la brigade cynophile pourra se déplacer dans le sud du département où Mathieu aurait été aperçu par des témoins. Les deux compagnons de randonnée de Mathieu Caizergues, un gendarme local et le compagnon d’une femme gendarme,  ont été placés en garde à vue, en juillet et sont visés par une  information judiciaire ouverte pour « non assistance à personne en danger » par le procureur de Saint-Denis, Éric Tuffery.

Les enquêteurs de la section de recherches cherchent à comprendre pourquoi les deux hommes ont tardé à prévenir les secours. Par ailleurs, indique la presse locale, un nouveau juge d’instruction qui a pris ses fonctions en début de semaine a repris le dossier en main.

La mère de Mathieu : “je me prépare à tout “

La mère de Mathieu Caizergues est déterminée ( Photo DR)

Jointe par téléphone ce mercredi dans l’Hérault où elle est rentrée depuis quelques jours, Delphine Caizergues a réagi à la reprise des recherches. «  Ce sont des chiens de cadavre, j’espère qu’ils ne trouveront rien et qu’ils vont exploiter la deuxième hypothèse, celle d’une disparition volontaire suite à un choc ». « En tout cas, j’ai été reçu par le général et les responsables de l’enquête et ils m’ont assuré avoir pris en compte cette deuxième hypothèse, ce qui n’était pas le cas avant » se félicite cette mère courage qui dit se « préparer à tout ». Mais qui espère surtout revoir son fils vivant. Delphine qui a rencontré à la Réunion sept personnes qui pensent avoir vu Mathieu au sud de l’île « Les six membres d’une même famille qui l’ont vu lors d’un pique-nique sont formels, leur témoignage est crédible, tour comme celui d’un autre homme qui est sur de l’avoir reconnu » assure Mme Caizerque qui attend avec une impatience teintée d’appréhension les résultats des analyses ADN pratiquées après des prélèvements sur un bidon d’eau que l’homme vu par les témoins et ressemblant à Mathieu a abandonné. «J’ai quitté un Mathieu, je vais retrouver un autre Mathieu, » pense Delphine. Quand on lui demande comment Mathieu aurait pu survivre depuis sa disparition à l’autre bout de l’île le 23 juin, elle répond que «  tout est possible, il a pu être recueilli par des gens et leur avoir demandé de ne rien dire, là bas , les habitants sont très accueillants ».

Propos recueillis par D.C

A voir également

Val d’Oise : un frère d’Adama Traoré écroué pour l’incendie d’un bus

Yacouba Traoré, un frère d’Adama Traoré mort lors de son interpellation par les gendarmes en …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *