lundi 11 décembre 2017
Accueil / A la une / Privatisation partielle de la protection de  l’ambassade de France à Bagdad
Employés de la société de sécurité française Anticip près d'un véhicule blindé utilisé pour les escortes (Crédit photo Anticip).

Privatisation partielle de la protection de  l’ambassade de France à Bagdad

Une société privée française protège depuis quatre mois les accès extérieurs à l’ambassade de France à Bagdad en complément du détachement de gendarmerie chargé de la sécurité des locaux et des escortes des diplomates.

Le contrat, effectif depuis le 1er juillet, fait suite à un appel d’offres lancé deux ans auparavant, a dit à « l’Essor » Cyrille de Peguilhan, directeur général d’Anticip.

Ancien sous-officier du GIGN pendant 14 ans, Cyrille de Peguilhan a rejoint Anticip en 2006 à sa création.

L’ambassade de France en Irak est protégée par trois périmètres successifs : le premier filtre est assuré par la police diplomatique irakienne, le deuxième par Anticip et le troisième, à l’intérieur de l‘ambassade, par des gendarmes.

Le détachement de gendarmerie de l’ambassade regroupe : des membres de la Force de sécurité et de protection (FSP) du  GIGN, chargés de la protection et des escortes de l’ambassadeur ; des gendarmes qualifiés TEASS (techniciens d’escorte d’autorité et de sécurisation de site) pour les escortes des autres diplomates ;  des gendarmes qui filtrent les accès à l’ambassade.

Pour le deuxième périmètre de protection, l’équipe d’Anticip se monte à 25 personnes : employés irakiens et expatriés français, comme des anciens du service action de la DGSE ou de la Légion étrangère ou britanniques, venus du 2e SAS, a précisé Cyrille Peguilhan.

A Bagdad, Anticip assure par ailleurs la protection, les escortes et – si nécessaire – l’hébergement sécurisé des salariés de grandes entreprises françaises du CAC 40.

Anticip, dont le centre opérationnel est à Levallois-Perret,  dispose de cinq filiales (France, Nigeria, Emirats arabes unis, Allemagne, Libye). Elle emploie 52 expatriés et du personnel local. Elle a réalisé un chiffre d’affaires de 1,5 million d’euros en 2015.

Une demi-douzaine d’entreprises de services de sécurité et de défense (ESSD), nouvelle appellation des sociétés militaires privées (SMP), se partage en France le marché de la protection des personnes et des biens dans les zones de guerre ou instables.

Pierre-Marie GIRAUD

A voir également

Véhicule de la gendarmerie (Photo d'illustration/Essor).

Gard : un chasseur tué par balles et un autre noyé

Un chasseur de 47 ans a été tué par un autre chasseur samedi à Montaren-Saint-Médiers …

Un commentaire

  1. picard-robson

    jaimerai savoir comment intégré ce métier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !