lundi 23 octobre 2017
Accueil / L'actualité Grand Est / Nucléaire : Greenpeace défie EDF avec un tir de feu d’artifice à Cattenom
Centrale nucléaire du Tricastin
Centrale nucléaire du Tricastin (Photo d'illustration)

Nucléaire : Greenpeace défie EDF avec un tir de feu d’artifice à Cattenom

Deux jours après une mise en garde sur la sécurité des centrales nucléaires françaises, des militants de Greenpeace ont défié jeudi EDF en s’introduisant sur le site de la centrale de Cattenom (Moselle) afin d’alerter sur le risque autour des piscines de combustible usagé. L’ONG a publié la vidéo du feu d’artifice sur son compte Twitter :

EDF a reconnu une intrusion sur la centrale, mais affirme que les militants ont été rapidement stoppés. “Pas d’accès à la zone nucléaire. Pas d’impact sur la sûreté des installations“, a tweeté EDF Cattenom.

Les militants de Greenpeace sont de retour sur le site d’une centrale nucléaire afin de dénoncer les risques qui planent sur ces installations“, a fait savoir l’ONG dans un communiqué diffusé après l’intrusion. C’est la première fois que des militants de l’ONG pénètrent dans la centrale de Cattenom.

Vers 7H, huit militants étaient en garde à vue, ont précisé la préfecture de Moselle et Greenpeace, qui ne donnent cependant pas la même version de l’intrusion.

Selon un communiqué de la préfecture, les militants “se sont introduits dans l’enceinte extérieure” et “l’alerte a été aussitôt déclenchée et a permis au peloton spécialisé d’interpeller les auteurs dans des délais extrêmement courts“.

Selon EDF, ils ont été interceptés par les gendarmes 8 minutes après leur intrusion.

Condamnant “avec vigueur des actions violentes d’un mouvement multipliant les illégalités“, l’opérateur a annoncé qu’il allait déposer plainte. L’alarme s’est déclenchée à 5H45 et l’intervention a eu lieu avant 6H00, a précisé Georges Bos, directeur de cabinet de la préfecture de la Moselle, assurant que “les militants n’ont approché aucune partie sensible du site“.

Une procédure de reconnaissance et de levée de doute était en cours vers 8H45, a-t-il ajouté, afin de s’assurer qu’il ne restait personne sur le site.

Si un feu d’artifice a été tiré, a précisé Georges  Bos, le tir n’a eu lieu qu'”au niveau des portails, soit à l’extérieur du site“.

“Au pied de la piscine” 

Cependant, dans des images publiées sur leur compte Twitter, on peut voir les militants de Greenpeace tirer un feu d’artifice au pied d’un bâtiment de la centrale, qu’ils présentent comme la piscine de combustible usagé. “Nous avons déclenché l’alarme dans la première clôture, mais nos militants ont continué tranquillement, sont allés au pied de la piscine. Ils étaient dans la zone nucléaire“, a affirmé à l’AFP Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire pour Greenpeace France.

Nous étions directement au pied de la piscine“. Or, c’est bien sur la vulnérabilité de ces installations qu’a voulu alerter l’ONG, deux jours après la remise d’un rapport d’experts sur ce sujet.

Dans un rapport, dont les extraits les moins sensibles ont été publiés mardi, sept experts mandatés par l’ONG se sont penchés en particulier sur la capacité de résistance des piscines d’entreposage des combustibles nucléaires usés en France et dans les centrales belges de Doel et Tihange.

Ils ont pointé du doigt ces piscines, qui peuvent contenir plus de combustibles que les cœurs des réacteurs, mais qui ne sont pas protégées comme ces derniers par des enceintes de confinement renforcées.

Avec La Hague et Creys-Malville, la France compte un total de 63 piscines de combustibles usés. Greenpeace accuse EDF de n’avoir “pas procédé aux renforcements nécessaires” malgré plusieurs rapports précédents.

AFP

Les 19 centrales nucléaires françaises en activité sont protégées chacune par un peloton spécialisé de protection de la gendarmerie (PSPG).

Ils sont installés à proximité immédiate de chaque centrale, en application d’une convention signée en 2009 entre la Gendarmerie et EDF, constituant un maillon clé de la sécurité des centrales nucléaires.

Chaque PSPG compte plusieurs dizaines de gendarmes selon l’importance de la centrale à protéger (un ou deux réacteurs).

Les gendarmes des PSPG (800 au total) sont entraînés par le GIGN et équipés de moyens importants (armements, véhicules, moyens vidéo). Leur mission principale est de protéger les centrales des risques d’intrusion terroriste et de sabotage.  Ce qui n’était pas le cas ce jeudi avec l’intrusion de Greenpeace qui a revendiqué très rapidement son action, entraînant une réaction proportionnée du PSPG de Cattenom.

Les gendarmes du PSPG ont pu ainsi s’apercevoir grâce à des caméras de vidéo-surveillance qu’il s’agissait bien de militants de Greenpeace qui ont été interpellés en douceur.

A voir également

Comportement suspect autour du procès Merah : les deux suspects relâchés

Les deux hommes placés en garde à vue, en raison du comportement suspect de l’un …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *