vendredi 24 novembre 2017
Accueil / A la une / Mutualisations Police Gendarmerie: Gérard Collomb précise sa pensée devant les préfets
Paris, le 18 mai 2017, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, arrive dans la cour de l’Elysée pour le premier Conseil des ministres du gouvernement d’Edouard Philippe. (Photo M.GUYOT/ESSOR)
Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb (Photo M.GUYOT/ESSOR).

Mutualisations Police Gendarmerie: Gérard Collomb précise sa pensée devant les préfets

On en sait désormais un peu plus sur les réformes envisagées au ministère de l’Intérieur. Dans sa feuille de route présentée aux préfets la semaine dernière, ce mardi 5 septembre, Gérard Collomb, détaille les pistes envisagées. Des précisions attendues : depuis sa prise de fonctions, le ministre de l’Intérieur avait lâché plusieurs ballons d’essai. La coordination de la BRI, du GIGN et du Raid, la mutualisation de la police technique et scientifique, et la formation des chiens avaient ainsi par exemple été évoquées, laissant les personnels des unités concernées dans l’expectative.

Issy-les-Moulineaux, le 13 fevrier 2012 lors de l’inauguration de la Direction générale de la Gendarmerie (Photo d’illustration M.G/L’Essor).

La nouvelle feuille de route dévoilée aux préfets confirme sans surprise l’existence de réflexions autour d’une coordination accrue entre Gendarmerie et Police nationales. « Il s’agira de mener jusqu’à leur terme certaines évolutions », précise ce document de dix-neuf pages. L’optimisation des capacités de police technique et scientifique par la mutualisation, la convergence des moyens aériens, l’élaboration d’un « contrat capacitaire unique » et la « rationalisation des modes d’intervention des différentes forces d’intervention » sont ainsi cités. De même, la poursuite des redéploiements territoriaux entre la Police et la Gendarmerie est mentionnée, « parallèlement à la mise en place de protocoles de coopération ».

Les policiers et les gendarmes déchargés de certaines tâches

Cette liste n’est pas nécessairement exhaustive : « le ministère ne s’interdira d’examiner aucune piste de travail pour améliorer la coordination et l’articulation des services », souligne ce document confidentiel. Le secours en montagne ou les formations spécialisées telles celle des motocyclistes, s’ils ne sont pas évoqués, ne sont donc pas à l’abri d’une réforme…

Le ministère de l’Intérieur n’en dit à ce jour pas plus. Il précise cependant sa méthode : ce sera une « démarche ouverte et participative ». La Place Beauvau promet également une « déconcentration des décisions de gestion ». Les responsables locaux de la Police et de la Gendarmerie devraient ainsi pouvoir à l’avenir arbitrer « la gestion de leurs moyens de fonctionnement ». Deux forces qui devraient d’ailleurs enfin être déchargées de quelques missions, les fameuses tâches indues : les extractions judiciaires, les transports à l’hôpital pour examens médicaux, la surveillance des plages, les procurations électorales, la mise en œuvre de certaines polices administratives spéciales et la protection de personnalités.

Gabriel THIERRY.

A voir également

Comment la technologie transforme la sécurité intérieure

« Ce n’est plus Milipol, c’est Milidrones ! » Ce cri du cœur, c’est un gendarme, rencontré au …

7 Commentaires

  1. niout

    Mutualisation effectivement c’est nécessaire et bien pour les missions communes Cela sera bénéfique et bienvenu si dans le travail cela réduit le traitement des données les délais dans les procédures judiciaires.
    Une question cependant est ce que les syndicats de la police nationale seront également “mutualisés”pour les problèmes spécifiques des gendarmes….!!! Je vois déjà des retraits immédiat de percuteurs pour ne pas dire entendre les cris d’orfraie des puristes jugulaires “militaire militaire”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *