mercredi 28 juin 2017
Accueil / A la une / Moselle: retranché depuis 24 heures un forcené découvert mort par le GIGN
L'antenne du GIGN d'Orange. (Photo d'illustration /Jean-Pierre Amet pour "L'Essor")
L'antenne du GIGN d'Orange. (Photo d'illustration /Jean-Pierre Amet pour "L'Essor")

Moselle: retranché depuis 24 heures un forcené découvert mort par le GIGN

Photo d'illustration (GIGN).
Photo d’illustration (GIGN).

L’homme, lourdement armée,  s’était retranché samedi et avait ouvert le feu sur les forces de l’ordre dans faire de blessés. Il s’est suicidé d’une balle dans la tête.

Un forcené qui s’était retranché chez lui depuis samedi midi à Merten (Moselle), avec des armes, et qui avait tiré sur les forces de l’ordre sans faire de blessé, a été retrouvé mort d’une balle dans la tête dimanche, a-t-on appris auprès de la gendarmerie et de la préfecture et du Républicain Lorrain.
“On vient de le retrouver mort, une balle dans la tête”, a indiqué à l’AFP, en début d’après-midi, un responsable de la gendarmerie.
L’homme de 35 ans, “sans activité depuis trois ans”, s’était retranché dans sa maison samedi vers midi, après une altercation avec ses parents qui habitaient la même maison que lui, a expliqué le sous-préfet de permanence, Christophe Salin.
Le forcené était seul mais la menace a été prise au sérieux “parce qu’il avait des armes, notamment un pistolet mitrailleur, un fusil à pompe et plusieurs armes de poing”, a indiqué la gendarmerie. Selon M. Salin, ces armes étaient détenues “illégalement”.
Un périmètre de sécurité a donc été établi et quelques riverains (dont les parents de l’individu) ont été mis à l’abri. Le GIGN est ensuite intervenu, avec des négociateurs qui sont entrés en contact samedi après-midi avec le forcené.
Vers 19h00, l’homme avait tiré en direction des forces de l’ordre, mais sans faire de blessé, selon M. Salin.
Plus tard, vers 01h10, les gendarmes ont entendu un coup de feu qui pourrait être celui par lequel l’homme a mis fin à ses jours. Son corps n’a cependant été découvert que vers 12h30 dimanche, lorsque les gendarmes, qui n’arrivaient plus à entrer en contact avec lui, ont finalement décidé de pénétrer dans la maison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *