mercredi 24 janvier 2018
Accueil / L'actualité Grand Est / Enquête ouverte après la découverte d’une stèle nazie en Moselle (VERSION ACTUALISEE)
Véhicule de la gendarmerie (Photo d'illustration/Essor).
Illustration (SD/L'Essor).

Enquête ouverte après la découverte d’une stèle nazie en Moselle (VERSION ACTUALISEE)

Une enquête pour “apologie de crimes contre l’humanité” a été ouverte jeudi par le parquet de Sarreguemines après la découverte dans un terrain d’une stèle en l’honneur de soldats nazis à Volmunster (Moselle).

Écusson de l’OCLCH.

La stèle, selon le Républicain lorrain qui révèle l’affaire, célèbre en allemand les soldats de la 17e division blindée SS Götz von Berlichinger. Elle porte la devise de la division. Des SS du bataillon de réserve de la division sont soupçonnés d’avoir tué 124 hommes, femmes et enfants à Maillé (Indre-et-Loire) le 25 août 1944.

C’est le deuxième massacre le plus important en France durant l’Occupation après celui d’Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) lorsque des soldats de la 2e division blindée SS Das Reich avaient massacré 642 personnes, deux semaines plus tôt, le 10 juin 1944.

La plaque à la gloire des soldats la 17e division blindée SS “est située dans un champ, propriété privée d’un Allemand qui vit en Allemagne”, a précisé à l’AFP le procureur de Sarreguemines, Jean-Luc Jaeg.

Elle est visible des promeneurs, mais à l’écart du village situé dans le pays de Bitche, dans l’est du département, a-t-il précisé. L’enquête a été confiée à la brigade de recherches de la gendarmerie de Sarreguemines, ainsi qu’à l’Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité, les génocides et crimes de guerre (OCLCH).

La stèle, dont on ignore quand elle a été posée, a été  saisie par les gendarmes pour les besoins de l’enquête.

La découverte d’un tel monument “n’est pas commune, mais il y a déjà eu par le passé des rassemblements de néo-nazis et de sympathisants du IIIe Reich dans le pays de Bitche”, selon le procureur. Dans un communiqué, le secrétaire départemental du Parti communiste de Moselle, Jacques Maréchal, a exprimé sa “profonde colère et (son) indignation”. Il a qualifié les faits d’“insulte à la République, à ses idéaux et à toutes les victimes de la guerre et du nazisme”. Il a annoncé qu’il déposerait “une plainte dans les prochains jours, au nom des communistes de Moselle”.

Créé en 2013, l’OCLCH est compétent pour les crimes internationaux les plus graves (génocides, crimes contre l’humanité, crimes de guerre, crimes de torture, crimes de disparition).

Dirigé par le colonel Eric Emeraux, cet office compte 19 gendarmes et policiers. Il est actuellement chargé de 72 dossiers sur des crimes internationaux commis notamment au Rwanda, en Syrie, en Irak, en Libye, au Libéria ou en République centrafricaine (RCA).

Il collabore avec de nombreuses organisations ou agences internationales, comme l’ONU, la Cour pénale internationale, Interpol, Europol ou des ONG.

PMG (avec AFP)

A voir également

Prison avec sursis requise contre les époux Scat

Michel et Laurence Scat, l’ancien président fondateur de l’association caritative, et son épouse, trésorière, sont …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *