mercredi 13 décembre 2017
Accueil / A la une / La lettre ouverte d’Emmanuel Macron aux gendarmes
Emmanuel Macron (DR)

La lettre ouverte d’Emmanuel Macron aux gendarmes

Dans une lettre ouverte (à lire ci-dessous), le candidat à la présidence de la République Emmanuel Macron a décidé de s’adresser directement aux gendarmes.

Est-ce une conséquence de notre sondage Ifop/L’Essor qui donnait sa rivale Marine le Pen largement au dessus du candidat d’En Marche au premier tour (51% pour la candidate du Front national, contre 16,5% pour Emmanuel Macron, en deuxième position) ?

En tout cas, la lettre du candidat, qui a été également adressée au Conseil de la fonction militaire Gendarmerie (CFMG), a pour ambition de montrer que le candidat a identifié les problèmes majeurs qui touchent la Gendarmerie.

Dualisme

Comme il l’avait assuré dans ses réponses à notre questionnaire adressé aux principaux candidats du premier tour (Lire “L’Essor”, N°503 de mars 2017), Emmanuel Macron, affirme dans son texte son attachement au dualisme. Avoir deux forces de sécurité constitue, “une chance pour ce pays”, qui “suppose que soient très concrètement préservés les fondamentaux de ce qu’est une force armée”.

Dialogue social

Pour assurer un “dialogue social constructif et responsable”, le candidat assure qu’il rencontrera “régulièrement” les représentants de la Gendarmerie élus au Conseil supérieur de la fonction militaire (CSFM) .

Mutualisation

Emmanuel Macron évoque ensuite la question des “soutiens quels qu’ils soient (logistique, ressources humaines, systèmes d’information et de communication, etc.)” pour lesquels il souhaite “se préserver en la matière de toute vision simpliste ou technocratique”.

Dans son entourage, on précise qu’il souhaite ainsi limiter les mutualisations à celles qui sont nécessaires afin de respecter les spécificités de la Police et de la Gendarmerie..

Temps de travail

En cas d’élection, “des discussions avec la Commission et nos partenaires européens” seront engagées pour que l’application de la directive sur le temps de travail “ne porte atteinte au potentiel opérationnel de nos forces armées en général et de la Gendarmerie en particulier”.

En effet, faute d’avoir transposé un texte européen, la Gendarmerie avait dû abroger, dans l’urgence et à la suite d’un contentieux, “la 1000”, c’est à dire son instruction régissant le temps de travail des ses militaires. Le texte temporaire a dégradé de 6 % sa capacité opérationnelle, estimait le DGGN, le général d’armée Richard Lizurey.

Satisfait de la “feuille de route” initiée par le précédent DGGN, le général d’armée Denis Favier, Emmanuel Macron entend prolonger ce dispositif qui est “un exemple pour l’ensemble des grandes organisations” afin de “poursuivre la modernisation de la Gendarmerie”.

Moyens

Le candidat d’En Marche annonce ensuite un renforcement des moyens des gendarmes.

D’abord via l’accélération du “déploiement des matériels nécessaires à la transformation numérique initiée par le programme Neogend”, une “véritable révolution” dont on “ne mesure pas aujourd’hui toutes les implications”.

Ensuite, “en préservant le maillage territorial auquel les Français sont si attachés” grâce à des “investissements immobiliers” qui seront “consentis par l’Etat et les collectivités locales”.

Emmanuel Macron rappelle ensuite son engagement de “recruter 10000 policiers et gendarmes au cours des cinq années qui viennent”.

S’il ne précise pas la répartition de ces recrues entre Police et Gendarmerie, le candidat annonce son intention de renforcer la sécurité dans les transports en s’appuyant sur “l’expertise” des gendarmes dans le domaine du “contrôle des flux et de lutte contre l’insécurité routière”.

Il souhaite également “donner à la Gendarmerie toute sa place dans la mission de renseignement”, en particulier dans le “suivi des individus susceptibles de s’être radicalisés”. S’il mentionne la commission d’enquête parlementaire menée suite aux attentats de novembre 2015, son entourage précise qu’il ne s’estime pas lié pas ses recommandations.

Gendarmerie mobile et procédure pénale

Enfin, Emmanuel Macron annonce son intention de “rénover les capacités opérationnelles de la gendarmerie mobile”, “instrument par excellence de la gestion de crise de haute intensité”. Pour autant, pas d’engagement précis dans ce texte en terme de création d’escadrons ou de renforcements de leurs effectifs. “Nous avons identifié ces problèmes de capacité des forces mobiles, particulièrement en Outre-Mer”, précise-t-on au sein du “Pôle sécurité” d’En Marche.

Enfin,  Emmanuel Macron annonce une “réforme en profondeur de la procédure pénale”,  qu’il veut “alléger et simplifier” pour que les gendarmes soient “moins accaparés par des tâches purement administratives”.

Matthieu GUYOT

Télécharger (PDF)

A voir également

Charente : l’ancienne gendarmerie mise aux enchères

Désaffectée depuis 2013, l’ex caserne de gendarmerie de Saint-Angeau au nord d’Angoulême est mise aux …

6 Commentaires

  1. Drahceh

    Ne nous y trompons pas, il s’agit d’un courrier purement électoraliste.

  2. 13sep1949

    Supprime-t-il la CSG ? non il l’augmente !
    Revient-il sur la revalorisation des retraites? non
    C’est de la propagande électorale !

  3. thibault

    et que fera t il pour les veuves ou veufs de gendarmes à qui le gouvernement de son mentor “MOI JE” a supprimé la demie part et pour la taxation de la prime pour familles nombreuses qui pénalisent beaucoup de monde. Il est vrai qu’il faut bien entretenir “LES DESERTEURS” de Syrie et des pays en guerre. A côté de ça, les SDF “crèvent” dans la rue. Bien sûr, une fois par an, on fait le bilan, alors que pour “les réfugiés”, c’est plusieurs fois par semaine. J’espère que les gendarmes ne vont pas changer d’avis. Dans ma famille il y avait 6 gendarmes qui se sont battus pour que VIVE LA FRANCE et deux ont combattu en Algérie et maintenant le candidat à l’élection ose nous dire que la guerre d’Algérie était UN CRIME CONTRE L’HUMANITE. Il oublie les 30000 jeunes qui sont morts là bas dans des conditions épouvantables, de plus ils étaient envoyés par un GOUVERNEMENT SOCIALISTE. HONTE A LUI.

  4. Nando13

    Aucune confiance dans cet individu qui n’est que le produit d’un hollandisme incompétent. Ce courrier démagogique et électoraliste est de la même veine que “moi président je m’attacherai à avoir un comportement irréprochable”…oui, on a vu…..

  5. La répartition des effectifs à créer par E.M serait de 7500 policiers pour 2500 gendarmes. Serait ce qu’il faille 3 policiers pour accomplir le travail d’un gendarme ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !