vendredi 21 juillet 2017
Accueil / Vie des personnels / Le général Favier réagit à la publication prochaine du livre du général Soubelet
Le général d'armée Denis Favier, Directeur général de la Gendarmerie nationale (BALSAMO - SIRPA Gendarmerie)
Le général d'armée Denis Favier, Directeur général de la Gendarmerie nationale (BALSAMO - SIRPA Gendarmerie)

Le général Favier réagit à la publication prochaine du livre du général Soubelet

« La publication du livre d’un général de Gendarmerie ne peut me laisser indifférent »,  mais « vendre une polémique, instrumentaliser la Gendarmerie et ceux qui la servent, c’est tout ce qu’il ne faut pas faire ».

Ces mots sont ceux du général d’armée Denis Favier qui réagit à la sortie, prévue le 24 mars, du livre du général de corps d’armée Bertrand Soubelet, « Tout ce qu’il ne faut pas dire » (Plon).

Le directeur de la Gendarmerie ne cite à aucun moment le nom du général Soubelet, actuel commandant de la gendarmerie d’outre-mer, mais assure : « Je ne conçois pas que l’un (des grands commandants) accepte de telles fonctions pour les dénigrer ensuite ». Le général Soubelet avait été muté à ce poste en août 2014 à la suite de ses propos tenus, en tant que directeur des opérations et de l’emploi, devant la commission de lutte contre l’insécurité de l’Assemblée nationale le 18 décembre 2013. Il avait notamment émis des réserves sur la politique pénale à l’encontre des délinquants.

Voici, en intégralité, le post du DGGN publié ce vendredi :

« J’ai pris l’habitude de partager avec vous, sans détour ni fausse pudeur, le bonheur, les interrogations et parfois les moments difficiles que je vis à votre tête. Ce blog permet d’écrire ce qu’un message ne saurait contenir et d’y laisser transparaître cette part de sentiments qui fait aussi partie de mes fonctions.

La publication du livre d’un général de gendarmerie ne peut me laisser indifférent. Je pourrais l’esquiver, la cantonner à une question d’ordre statutaire. Mais ce n’est pas ma manière d’aborder les choses.

Il vient un moment où il faut mettre les choses au clair.

La gendarmerie compte quelques grands commandements et celui de la gendarmerie d’outre-mer est l’un des plus sensibles. Je donne toute ma confiance à ceux qui accèdent à ces responsabilités. Je ne conçois pas que l’un d’eux accepte de telles fonctions pour les dénigrer ensuite.

Je crois au courage de dire les choses non pour s’en prévaloir, mais pour faire avancer notre maison dans le souci de l’intérêt général. On peut se battre pour notre budget, nos effectifs et nos moyens, répondre aux mises en cause quand elles sont injustes. On peut le faire sans déformer les faits ni sortir de son rôle. Et pourtant être entendu.

Après une année 2015 telle que nous l’avons vécue et dans un contexte qui réclame plus que jamais, une cohésion et la loyauté de tous, j’ai peine à entendre qu’il y a “urgence à agir”, quand beaucoup agissent depuis longtemps et ne se satisfont pas d’incantations.

Parce que les enjeux de sécurité sont forts, il nous faut être sereins, confiants, concentrés sur notre mission.

Vendre une polémique, instrumentaliser la gendarmerie et ceux qui la servent, c’est tout ce qu’il ne faut pas faire. »

53 Commentaires

  1. Mon général, n’ayant pas encore lu le livre du général Soubelet, je ne peux pas en parler.
    Il semblerait qu’il relate des faits exacts, si j’en crois les informations que l’on peut lire sur certains journaux.
    Je ne doute à aucun moment que vous oeuvrez pour le bien de tous les gendarmes.
    Cependant, je ne pense pas que le général Soubelet instrumentalise notre institution, il fait part de son inquiétude.
    Retraité depuis l’année 2000, je suis l’évolution de la gendarmerie à travers des rencontres, et je constate beaucoup d’amertume parmi nos camarades.
    J’ai confiance en notre institution, mes respects mon général.

  2. Joseph Antona

    Bonsoir mon général. Je ne vais pas m’étendre sur un livre que je n’ai pas lu. En revanche, je pose une question : Pourquoi le politique interroge un général de gendarmerie si c’est pour que ce général se fasse laminer par le politique pour avoir fait preuve de franchise ?

  3. Francius

    le général Favier est une …… qui ne pense qu’a sa carrière comme la plupart des généraux actuels de notre armée sinistrée. Pour ces gens là il ne faut surtout pas polémiquer et se soumettre aux actes irresponsables des politiques de peur de perdre son commandement

  4. furgole

    Petite question, mon général à vous et à tous ceux qui ont encore le front de tenter de nous faire croire que nous vivons en démocratie:

    Si ceux qui savent se voient interdire de prendre la parole en raison de leurs fonctions et si ceux qui ne savent pas se font exclure du débat parce qu’ils n’ont pas accès aux dossiers, votre prétendu débat démocratique se limite à un enfumage savamment organisé par des technocrates aux ordres et par la prêtraille gauchiste qui monopolise nos médias.

    Hommage dès lors à ceux qui osent briser l’omerta !

    • ROUX Gérard

      Mon général je ne suis pas gendarme,je ne suis qu’un petit policier municipal à la retraite,mais j’aurais aimer servir sous les ordres du général SOUBELET car se monsieur a de l’honneur et le sens du devoir,car lui il n’a pas eu peur de ses propos en sachant qu’il mettait fin à une brillante carrière,alors quand je voie que vous le critiquez vous devriez avoir la pudeur de vous taire vous qui préférez penser à votre carrière plutôt qu’à vos responsabilités.

  5. Ex-SO

    Mon général,
    Je suis retraité de l’Arme (2007) et comme beaucoup d’entre nous, je suis tout ce qui touche à la Gendarmerie.
    A “mon époque”, les S.O. n’avaient pas le droit de communiquer. Cela était à minima du ressort du commandant de compagnie. Je me souviens aussi de ces questions et souhaits que nous posions chaque année et qui terminaient dans un rapport sur le moral qui au final disait que tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Ce qui n’était pas tout à fait faux car j’ai été très heureux dans cette Gendarmerie. Mais ça, c’était avant !
    Aujourd’hui, on communique à outrance.
    Tout a changé et quelque part c’est tant mieux. Nous avons même une porte-parole officielle, le lieutenant-colonel Karine Lejeune. Nous lui souhaitons bonne chance pour cette difficile mission.
    Dans une époque où tout part vrille, ou plus personne n’est responsable, bref la chienlit, la seule institution qui tient encore debout c’est l’Armée. Et il me semble indispensable que nos Chefs s’arrogent le devoir de dire la vérité, surtout lorsqu’on les interroge. Si un général n’a le droit de dire que ce que le politique veut entendre, le mieux, c’est de ne pas l’interroger.
    Voir et entendre un général en exercice parler franc, est encourageant. Il emportera l’adhésion de ses hommes qui se sentiront soutenus car il ne leur appartient pas, à eux, de le faire.
    Et si les politiques se sentent morveux, qu’ils se mouchent !
    La France va mal ; les institutions vont mal ; quant aux politiques, je n’en parlerai pas. Alors une chose mon général : pour soutenir notre Arme, soutenez vos hommes de gendarme à général. Je ne doute pas un instant qu’il en soit ainsi. Mais dites-le et faites-le haut et fort.
    Mes respects mon général.

  6. Favier est le DGGN qu’il fallait à la Gie, c’est un Monsieur qui a le respect de tous les gendarmes, c’est certain. Dans le bureau de Parayre, alors DGGN, au sujet d’une explication d’intervention, un simple colonel quadragénaire, qui se permet de dire à un général “tu permets ? j’ai pas fini”, et le général se taisant parce que c’est Favier qui parle, je dis Respects. Les qualités du Gendarme Favier, en tant que militaire, homme d’action ou commandant, sont indéniables, c’est un meneur d’hommes qui serait suivi par la Gie entière s’il appelait à une action d’envergure nationale. Mais voilà, avec sa fonction, il est devenu à la botte du Mindef et du Minint, et lui également, s’il ne marche pas droit (comme l’entend le Gouvernement), il Vallsera. Dommage, pour une fois qu’on avait un mec capable, s’il le voulait, d’un coup d’état, il préfère rentrer dans le rang et laisser les nuls qui nous gouvernent, montrer au peuple, qu’ils restent les patrons, même face au plus grand de tous les gendarmes ! ! Dommage.

  7. Benoit

    Mon général, que vouliez-vous dire par cette phrase: “On peut le faire sans déformer les faits ni sortir de son rôle”.

    Signifiez-vous que Soubelet, dans un livre que personne n’est censé avoir lu avant le 24 mars 2016, déforme les faits? Quels faits? Soubelet serait-il dans son rôle en taisant des faits qui font mal à la France?

    Vous ajoutez: “j’ai peine à entendre qu’il y a “urgence à agir”, quand beaucoup agissent depuis longtemps et ne se satisfont pas d’incantations”.

    Soubelet ferait-il partie de ceux qui n’agissent pas depuis longtemps? Dans ce cas, comment aurait-il pu occuper les fonctions qui furent et qui sont les siennes? Soubelet se serait-il satisfait d’incantations?

    Vous terminez par une note rassurante: “il nous faut être sereins, confiants, concentrés sur notre mission”.

    Qui souhaitez-vous ainsi rassurer? La moitié des électeurs qui ne votent plus? Ceux qui votent pour des partis lamentables, sans plus y croire? Rassurer les victimes de crimes et délits? Rassurer les gendarmes qui tentent souvent du mieux qu’ils le peuvent de les protéger?

    Ou alors pour rassurer ceux qui pourraient vous en vouloir de ne pas être rassurant à la veille de la sortie du bouquin de Soubelet?

    J’avoue ne pas comprendre.

  8. Peraldi

    Pour ma part ces propos ne sont qu’un simple encart pour ne pas perdre sa place et faire du politiquement correct. J’aimerai voir je DGGN axer son activité sans tenir compte des politiques (mais les généraux hélas sont désignés politiquement !!!) et s’il tient tant à l’INSTITUTION son devoir serait de lui éviter doucement mais surement glisser inexorablement vers le ministère de l’Intérieur et se retirer des forces armées. Cette appartenance a toujours la force de la Gendarmerie mais on entend de moins en moins de responsables le dire, c’est un signe vraiment révélateur. Ce que n’a pas osé faire Mitterrand avec son programme commun. Sarkozy et Hollande le font avec l’appui tacite de ces nouveaux chefs !!!!!!

  9. Prisonnierpolitique

    C’est triste d’en arriver là ! Après l’acharnement à peine masqué contre les manifestants pacifistes de 2012/2013, nous voici dans le règlement de compte, lui aussi, à peine masqué entre cadres supérieurs de la GN. C’est bien la fin d’un monde.

  10. lcdsm

    Mon Gal j’aurais préféré que vous ne vous épanchiez pas sur le Gal Soubelet dans ce blog. Votre situation ne vous permet pas de prendre parti pour les déclarations de votre subordonné. Il aurait été préférable de ne rien dire plutôt que de l’accabler. C’est indigne d’un grand chef.

  11. robert

    Mon general je vous parle en tant que simple citoyen. Vous avez raison sur toute la ligne, servir l’État c’est se conformer aux règles établies et se taire. La loyauté et l’honneur ne sont pas négociables.

  12. Nicolas BGT

    La publication de cet ouvrage est la bienvenue si cela peut contribuer à faire bouger les choses. Habitant l’île de Mayotte, 101e département français (sous-département devrais-je dire), nous connaissons ici une délinquance exponentielle. L’Etat depuis des années est dans la complète incapacité d’assurer la protection des citoyens et de leurs biens, au profit de bandes organisées de mineurs qui se savent intouchables. Policiers et gendarmes perdent leur énergie à courir après ces voyous qui sont immédiatement remis en liberté par les tribunaux. Une pétition des citoyens inquiets de Mayotte a réunis quelques 12.000 signatures et a été envoyée à la présidence de la République qui en gros, a balayé d’un revers de main en expliquant qu’une mission ferait un état des lieux…. Il est vrai qu’au niveau électoral, Mayotte n’est pas un enjeu suffisamment décisif pour qu’on s’y intéresse. Merci au Général Soubelet pour son courage ; dommage que des intérêts partisans voir carriéristes, font que certains de ses collègues ne le soutiennent pas. Dans l’attente, notre petite île qui devrait être un paradis est devenu un enfer dans lequel le principal critère d’habitabilité d’un logement est de savoir s’il y a une alarme et des barreaux aux fenêtres… douce France !

  13. Leroy

    Faire le constat de ce qui existe n’est pas le dénigrer! à votre poste vous devriez le savoir…vous avez un peu d’instruction…enfin en principe!
    D’ailleurs, si l’on vous suit, à quel titre prenez vous parti publiquement? on vous l’a peut-être suggéré???
    N’importe quel citoyen de bon sens se rend compte de la réalité des propos qui ont été tenus.
    Mais la vérité dérange certains plans…sinon pourquoi l’aurait-on écarté?

  14. Leroy

    “laisser transparaître cette part de sentiments qui fait aussi partie de mes fonctions.”…un droit pour vous mais pas pour lui???

  15. ANSTETT

    Nous savons très bien qu’il paiera le prix de son courage intellectuel.

  16. Retraité depuis 2006, il me tarde de lire le livre du Général Soubelet.
    Mon Général, vous intervenez en tant que Directeur de la Gendarmerie et c’est votre rôle.
    Je ne sais pas encore ce que contient ce livre à peine sorti mais je pense que la situation politique et judiciaire pour ne parler que de ces deux institutions, est critique dans notre pays.
    Le gouvernement actuel ne fait plus face à rien, le laxisme règne, les décisions de l’exécutif sont bafouées à peine votées si elles le sont d’ailleurs.
    Il n’y a plus aucune autorité, même les lycéens contestent des choses qu’ils ne comprennent pas et sont soutenus par leurs parents béats plus avides de RTT et de vacances à la neige que d’inculquer quelque valeur à leur progéniture contestataire.
    Oui, des voix doivent s’élever, le sort de notre nation dépend de la résistance au désordre que nous devons tous manifester.
    Et alors mon Général, nous serons derrière vous.

  17. Marcel

    “quand beaucoup agissent depuis longtemps et ne se satisfont pas d’incantations.”
    A oui ? et pas le Gal Soubelet ?
    “Vendre une polémique, instrumentaliser la gendarmerie et ceux qui la servent, c’est tout ce qu’il ne faut pas faire.”
    Reste à dire ce qu’il faut faire !
    C’est pas bien d’abandonner ses soldats en plein combat
    C’est quoi déjà l’esquive ?
    Ah oui… C’est çà………!

  18. joffre

    Bravo au général FAVIER. Voila un grand chef comme nous n”en avons jamais eu. Le général SOUBELET n’a plus sa place en gendarmerie et doit prendre sa retraite .On ne denigre pas la gendarmerie que j’ai servie pendant 35 ans.

    • Yann

      Quand on ne sait rien du fond de cette affaire, on ne félicite personne. Le général Soubelet a beaucoup plus sa place chez nous que nombre d’entre nous qui n’osent rien dire alors qu’ils pensent pareil.

  19. Hervé

    ​ LE PREMIER QUI DIT LA VERITE il DOIT ETRE EXECUTE !

    Le premier qui dit se trouve toujours sacrifié

    On lui coupe la langue on le dit fou à lier

    Le premier qui dit la vérité Il doit être exécuté.

    (La vérité Guy BEART)

  20. Mon Général. Pour moi qui suis en retraite depuis 2007, j’ai 27 ans de Gendarmerie dont 17 de Commandement (sous officier-Major). Je n’ai que de l’admiration pour votre rôle ainsi que pour tous mes collègues encore en activité. Les difficultés vont aller en grandissant pour notre Arme. Je sais que vous protégez vos hommes. Merci. Cependant j’achèterai le livre du Général dont vous ne citez pas le nom pour me faire mon opinion. Par contre n’enterrez pas ce Général qui aura la franchise de ses actes et la paternité de ses paroles. Continuez, Mon Général, a dire, comme je faisais à ceux que je commandais “Suivez-moi”. Mes respects.

  21. gargouil,philippe

    la réaction de l’ensemble des intervenants ne comprennent pas la réaction du Général Favier, Faut ‘il tuer le Général Soubelet qui vient de sortir son livre, où il livre je suis sur quelques vérités qui sont pas bonnes à entendre de la part d’un gouvernement aux abois et d’une Direction de la Gendarmerie le doigt sur la couture comme d’habitude. Pauvre France où va t’ont.

  22. ABIVEN

    Mon Général retraité dans un mois et 10 jours, je finis petitement une carrière parceque j’ai osé tenir tête à des sous officiers supèrieurs, honte à eux et qu’ils apprennent à être des hommes avant de nous mettre au pilori, nous les subalternes, victimes de l’indifférence de nos supèrieurs, mais qui avons fait, faisons et ferons la grandeur cette institution…si belle et traditionnellement aimée par le peuple…le peuple qui compte sur nous et qui voit ce qu’il voit…des gens cambriolés jusqu’à 17 fois et qui croisent leur cambrioleur le lendemain dans la rue….libre…alors, je n’ai pas lu le livre du Général D SOUBELET…mais je vois comme tous ceux qui ont un minimum de parties génitales que notre travail ne sert à rien…mais, il ne faut surtout pas le dire…..comme j’écrivais dans le commentaire du Général SOUBLET : “on nait chef, on ne le devient pas 3 et un chef a les attributs que je ne citerais pas pour dire “en avant”…joignez vous à ma banière….je suivrai le Général SOUBELET, et je suis déçu que vous ne le suiviez pas, Vous, Mon Général…..respectueusement

  23. HERENT-RESTUIT

    e viens de lire les deux articles de l’essor sur les commentaires du général FAVIER et du Général SOUBELET concernant le livre de ce dernier. Une conclusion s’impose à moi l’un est un patriote plus soucieux de l’intérêt collectif que de l’intérêt personnel et l’autre un général carriériste à l’instar de beaucoup d’officiers et de sous officiers, à l’image de ces professionnels de la politique que sont la grande majorité des élus actuels. Devinez lequel est le patriote et lequel n’est qu’un instrument du pouvoir.

  24. VAUTRIN

    Bien sûr Général FAVIER, au dessus de vous, il y a les politiciens. Auriez-vous des comptes à rendre ?

  25. BUVET Daniel

    chef d’escadron honoraire (sorti du rang), j’acheterai le livre du Gal SOUBELETpour me faire mon opinion personnelle.La gendarmerie est en danger la” fusion” avec la police est une catastrophe pour notre Arme. Il est
    temps de dire toute la vérité

  26. Bouvet P

    Ayant travaillé sous les ordres du General Favier je me suis trouvé élu président comme Adjt/c représentant les sous off dit supérieur – Durant la gronde des gendarmes en 2001 je peux vous dire que le colonel Favier cdt le Grpt d’Annecy a fait beaucoup de réunions , des groupes de travail avec ses gendarmes ts grades confondus PGHM y compris (qui était en danger de disparition) , a écouté leurs doléances , est même monté à Paris avec ces doléances – Ce fut un grand cdt de Groupement qui laisse encore aujourd’hui que de très bons souvenirs et de nostalgie de son passage – La gendarmerie est en danger face aux syndicats puissants de la police – Le Général Sublet a surement raison mais ne polémiquons pas !! Restons soudés!!!! De plus l’essor est là pour écouter toutes vos doléances et croyez , à la direction ce journal est lu!!!

  27. SANCHEZ

    Je ne pense pas une minute que le Général Soubelet n’ait pas préparé son intervention devant la commission avec documents et statistiques à l’appui. J’ai suivi avec attention toutes les réponses aux questions qui lui ont été posées par les membres de cette commission. Il me semblait être encore sur le terrain tant les explications fournies étaient criantes de vérité. Le Général Favier a la possibilité de s’entretenir avec le personnel de terrain pour vérifier la situation décrite devant cette commission. Et s’il a les preuves du contraire, qu’il nous en fournisse la preuve.
    Pour ma part, j’essaie de comprendre ce directeur qui a été nommé à ce poste par le pouvoir en place et qui voulait calmer la colère de Valls face aux réalités du terrain. Mais je ne l’excuse pas d’avoir proposé à son subordonné de quitter la Gendarmerie pour avoir dit la triste réalité des choses.

  28. Henrigolant

    Ce monsieur FAVIER, veut encore des étoiles. Le Général SOUBELET, mériterait la distinction suprême de Maréchal de France./.

  29. SHAKO 40

    Je ne vais pas être long. Je suis déçu, très déçu. Cette déclaration est une dégringolade en bas du podium. Dommage.

  30. Bouvet P

    Mr Henrigolant vous êtes de ceux qui aime la polémique! Avez vous travaillé avec lui ??? Moi oui!! Demander également aux gendarmes du GIGN lorsqu’il était patron de ce corps prestigieux – Savez vous que le fonction de préfet lui a été proposé et il a refusé pensant qu’il était plus utile dans la gendarmerie!! A ce poste il aurait été certainement plus tranquille !!J’ai eu des patrons comme lui prestigieux qui ont tous été critiqués par des polémiqueurs : Abiven – Granchamps-Cavalier – Parayre ect.. Heureusement qu’il y a ou avait encore des gens comme eux pour garder la tête de la Gendarmerie hors de l’eau !!!

  31. DANTHEZ, Jean-Marie

    Ayant eu l’honneur de servir sous les ordres du Générale Christian SOUBELET, alors Cdt de Gpt du Vaucluse, en tant que PSO et CB, lors de la crise de 2001, ce Chef nous a soutenu, défendu auprès des Institutions et des Médias, avec franchise, loyauté et objectivité.
    Son intervention devant la Commission est à l’image de ses valeurs.
    Il est regrettable, mon Général, que vous ne l’ayez pas d’avantage soutenu “publiquement” à ce moment-là.

  32. Patrice PAILLERET

    Hélas rien ne change!
    Retraité de l’ Arme, je n’ai bien entendu aucun doute sur les qualités professionnelles des Généraux FAVIER et SOUBELET mais je constate que pour rester à son poste, ou progresser dans l’institution, il faut toujours accepter de se “démunir de ses parties génitales”.
    Hélas rien ne change!
    Je me souviens des rapports sur le moral, où tout ce qui dérangeait, ou risquait de déranger, ne figurait pas au rapport, les commandants de groupement ayant pour premier souci, de caresser la hiérarchie dans le sens du poil, les yeux rivés sur leurs manches, pensant plus à la couleur de leurs barrettes, qu’à l’avenir de l’institution. Alors: pas de vague pas de vague, tout va bien, je vais bien…
    Hélas rien ne change!
    Je suis révolté de savoir que des élus de la République puissent demander à un haut responsable, de donner son avis, et de le “virer” avec lâcheté quand ses propos deviennent embarrassants. Aurait il eu besoin d’écrire un livre, si ses propos avaient été pris en compte?
    Hélas rien ne change!
    Nos forces de l’ordre, sans doute mal défendues par ses élites et fortement diminuées par des élus de la République qui flatulent dans la soie, corrompus pour certains, pourront elles faire face à d’éventuels mouvements sociaux d’envergure?
    Hélas tout peut changer!
    Bien que non agrégé en histoire, je sais qu’un peuple qui n’a plus confiance ni en ses dirigeant, ni en ses élites, ni en l’avenir de son pays est prêt à tout…
    Mais près tout, n’avons nous pas les Chefs que l’on mérite?

  33. MALFIONE James

    Mon Général,

    Retraité de la G.M depuis 1984 et ancien fonctionnaire de la DDE 26, j’ai comme beaucoup de mes camarades retraités également, une grande considération et un profond respect à votre égard, tant par votre charisme que par votre pragmatisme.

    J’avais admiré et apprécié votre action au sein du GIGN, notamment lors de cette prise d’otage sur l’aéroport de Marignane.

    Lorsque vous aviez été désigné pour prendre la tête de notre « vieille et grande maison », je m’étais dit que nous avions enfin un grand patron.

    Cependant, je pense sincèrement que vous n’auriez pas du intervenir sur les propos du Général Soubelet et donner votre avis au sujet de son livre, car c’est une personne d’une grande valeur et d’une probité exemplaire.

    Cet Officier Général émérite et foncièrement honnête, m’a conforté dans mon opinion lors de son passage au JT de France 3 le 23/03/2016 et je reste persuadé que son livre doit bien refléter le malaise actuel de notre société.

    Votre prise de position mon Général, est de mon avis personnel un « blanc seing » donné au Gouvernement actuel, lequel est complètement déconnecté de la réalité du terrain, mais se complait à baigner encore dans une insouciance incompréhensible.

    Le malaise soulevé par le Général Soubelet est bien réel et la dérive sécuritaire, associée aux crimes et délits graves, n’a fait qu’empirer ces dernières années.

    Je suis père de deux garçons qui ont fait chacun deux séjours OPEX en Afghanistan, l’un dans l’Armée de l’Air et l’autre dans l’Armée de Terre (13ème Génie – déminage) pour combattre le régime totalitaire des talibans et permettre d’instaurer dans ce pays, la Démocratie et la Liberté, surtout de la femme musulmane.

    Avec le recul, je me dis qu’ ils auraient pu y laisser leur vie pour une idéologie qui paraissait noble au départ mais qui s’est révélée inutile, voire même inefficace puisque les mœurs et coutumes n’ont pas évolué par la suite.

    Sans vouloir dresser un tableau noir de la situation, ce qui se passe en Afghanistan (et dans d’autres pays d’Asie et d’Afrique) est en train de se produire en France avec la perte de nos valeurs, le prosélytisme exacerbé et le refus des Lois de la République, autant d’éléments qui font monter en puissance l’insécurité.

    Il est vrai qu’un laxisme évident, instauré par certains édiles (pour soit disant maintenir la paix sociale), est un terreau fertile à toute forme de dérives communautaristes.

    Qu’on le veuille ou non, le « politiquement correct » n’est pas une panacée à tous ces problèmes et il serait utopiste de croire que « tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes » comme l’on tend à nous le faire croire.

  34. PLAUZET

    Mon Général, je suis moi aussi retraité depuis 2005; comme je l’écrivais en commentaire concernant le Gal SOUBELET, il n’a jamais été de bon ton (et encore moins à un tel niveau de fonctions!) de s’exprimer aussi librement, bien que de nombreuses commissions aient été créées en Gie (Présidence de S/Officiers, Commission de Participation, etc….). Je pense qu’il est malgré tout possible de reconnaître (ou d’admettre, je vous laisse le choix du verbe!) que le monde est loin d’être parfait …. Je pense qu’une parfaite entente et cohésion serait préférable, sous peine de régression immédiate dont saurait profiter une institution “associée”, par syndicats interposés et toujours aussi dangereux, méprisants et ne rêvant qu’à la disparition pure et simple de l’institution que j’ai eu l’honneur et le bonheur de servir durant 26 ans mais je maintiens que toutes les vérités n’y sont pas bonnes à dire et le jeu politicien ne doit pas y prévaloir….

  35. burvingt

    Quand on est dans l armee on ferme sa gueule sinon on demissionne ce general avait bien du la fermer pour avoir 4 etoiles , seulement il a une mission politique avant de prendre sa retraite ,une mission orchestree par le F N qui a noyaute une grande partie de la gendarmerie ,la police et l’armee .

  36. STEMMELEN Eric

    Mon général: il faudrait quand même savoir si ce qu’a dit le général Soubelet aux parlementaires est vrai ou faux. Si c’est vrai, votre devoir était de le soutenir et donc le cas échéant de démissionner car vous devez la vérité au peuple et à ses représentants. Si c’est faux il faut le dire publiquement et demander une sanction ( pas une mutation). Donc un peu d cohérence ne ferait pas de mal quand même.

  37. Damien l'endormi qui s'est réveillé

    Mon Général, deux questions vous concernant : avez-vous encore une confiance absolue envers les politiques, de tous les politiques sans distinction ? et pensez-vous qu’une carrière est plus importante à vos yeux qu’une Nation, un Pays à sauver ?

  38. Fabienne

    Vous me donnez très envie de lire ce livre. Merci d’être sorti de votre devoir de réserve pour le critiquer.

  39. CINGAL Sylvestre

    Retraité de l’Arme j’ai suivi intégralement l’intervention du général SOUBELET devant la commission et son comportement digne et exemplaire face à un “politique” tordu comme Noël Mamère puis j’ai acheté et dévoré le livre qui est d’actualité et criant de vérité du général SOUBELET, j’ai tweeté chapeau bas mon général et respect. Le général FAVIER un grand patron comme on aurait aimé en avoir dans notre carrière avec actuellement un rôle ingrat et délicat dans ce marasme politique innommable, soit, mais de là à lâcher un soldat comme le général SOUBELET en public, il y en a chez certains de nos “amis syndicalistes de la Police “qui doivent boire du petit lait!!., c’est triste. Que doit penser l’ensemble de cette grande famille qu’est la GENDAREMERIE ??.

  40. Monsieur , je crois qu’après votre réaction ,je vais lire le livre du general Soubelet Je suis petite fille de militaire et l’on m’appris que l’honneur de son pays ne souffrait pas de demi -mesure ,et je pense que ce monsieur est dans cette vision pour notre pays qui dans un grand danger .Je vis dans une toute petite ville ou la délinquance est très élevée depuis peu (nous sommes la chicago d’Auvergne ) notre gendarmerie fait de son mieux , mais la magistrature règne ! Alors , il faut soutenir ces hommes d’honneur trop souvent conspués

  41. FOURNIER

    Apparement personne n’a encore dit que le général SOUBELET avait menti sur un point quelconque , a priori c’est donc la vérité et je vais m’empresser d’aller l’acheter ( sans aucun intéret financier )

  42. Dupuy

    Bonsoir,
    Je signe des deux mains,et soutiens le General Soubelet.

  43. LALLIER Serge

    Mon général,
    ‘ai terminé il y a deux jours la lecture du livre du général Soubelet dont la teneur m’a rassuré sur l’analyse que je me faisais de l’évolution des politiques mises en œuvre depuis des années. Le “politiquement correct” a interdit d’aborder des problèmes sociétaux de fond : nous en faisons aujourd’hui les frais et le spectacle que nous promettent les prochaines élections présidentielles illustrera de façon navrante l’aboutissement de ces coupables attitudes.
    Le livre du général Soubelet illustre de façon à la fois sobre factuelle ce que j’évoquais ci-avant. A l’évidence, on comprend que ce qui est très gênant est bien évidemment l’approche non partisane de ce travail qui le rend difficilement attaquable. Ne reste donc qu’à attaquer son auteur pour fait de manquement au devoir de réserve. Ce qui vient d’être fait une fois de plus par une hiérarchie qui n’avait d’autre alternative…si ce n’est que de prendre la même voie que le général Soubelet ! ! !
    Ma vison de modeste républicain (de la vieille école !) que je suis me dit que formellement, il y a bien eu manquement au devoir de réserve tel qu’il est institué. Il me dit aussi qu’il fallait un réel courage pour assumer cette transgression et ce faisant, je pense que le général Soubelet à fait, au travers de ce document, beaucoup plus pour la l’honneur République que nombre de ceux qui sont mandatés pour en assurer son parfait fonctionnement au quotidien…
    Enfin je souhaite ajouter que je la lecture de “tout ce qu’il ne faut pas dire ” ne m’a, à aucun moment, laissé l’impression de porter atteinte à l’honneur de la gendarmerie.
    Avec mes très respectueuses salutations,
    Serge Lallier

  44. Landreau Patrick

    Bonjour à tous et merci pour tous vos commentaires ! Je connais la famille Gendarmerie depuis 65 ans … comme fils de garde mobile puis de gendarme. J’avais alors 3 ans …
    Sachez mon général que tous vos personnels et leurs familles sont viscéralement attachés à l’Institution et sont toujours concernés par ce qui s’y passe. Alors mon cher général prenez toujours leur défense en public et sanctionnez si besoin en privé. Aujourd’hui les Français aiment de nouveau l’Armée et la Gendarmerie ne leur gâchez pas leurs espoirs et leur engouement !
    Comme je l’ai appris autrefois enfant je vous dit au revoir mon général et écoutez les avis desur membres, de tous les membres de votre famille. Mes respects mon général.

  45. Henrigolant.

    M. BOUVET, je ne cherche pas la polémique mais je suis fier de ne pas avoir bossé sous les ordres du général FAVIER, car dans cette grande famille nous devions faire preuve de solidarité envers ses camarades. Pour lui ce n’est pas le cas. J’ai toujours préféré travailler avec des personnes qui ne sortaient pas des grandes écoles. Pour moi tout est dit.

  46. Joseph Goigoux

    J’ai lu le livre du Général Soubelet, et je suis en train de le relire pour bien le saisir, y compris dans des domaines qui dépassent mes compétences.
    J’y souscris pleinement. Il est effectivement désastreux de demander au général Soubelet de venir devant l’Assemblée Nationale pour lui demander son avis, si ce n’est pour avoir un avis franc et sincère, et immédiatement après de le “sanctionner” en l’envoyant à un site soit-disant de “prestige”. Personne n’est dupe. Nos élus politiques ne supportent pas la contradiction, et se débarrassent comme ils le peuvent d’un gêneur, en espérant sauver leur siège, car il est vrai que la place est bonne. Mais ce qu’on leur demande, c’est d’œuvrer pour la France et pour les citoyens, c’est également le vœu du Général Soubelet.

  47. Jean-michel Dubourg

    Le General Soublet a la courage de dires les vérités. Le Directeur de la Gendarmerie ne pense qu’a sa carrière. Il doit plaire au pouvoir en place, il sera éjecté en 2017.

  48. TIPHINEAUD fabrice

    Après avoir lu le livre du général, je suis fier de son courage et enfin une personne qui ose; Le général à raison servir ce n’est pas mentir.
    Merci général pour votre vérité.

  49. Le normand

    Un général qui démissionne et écrit un livre justifié sur l’institution qu’il a servie loyalement. Le Directeur de la Gendarmerie qui s’en va (?). Rien de bien rassurant pour notre arme qui après être passée sous la tutelle du ministère de l’intérieur risque tout simplement d’être intégrée à la police. Mais après tout elle ne va plus mal que la France. J’ai beaucoup d’inquiétudes pour l’avenir de cette si belle arme qui défilait en d’autres temps à la tête des troupes. Respects à ses deux grands serviteurs de l’état .

  50. IMBERT

    Mon Général,

    Le général SOUBELET s’est -il invité à la commission parlementaire?

    Vous aviez dans ce cas toute latitude pour le lui interdire. S’il ne s’est pas

    invité il a dû prêter serment de dire toute la vérité et je ne vois donc pas

    ce que vous que vous êtes fondé à lui reprocher.

    Dans l’armée il n’y a pas de syndicat parce que les chefs défendent leurs

    subordonnés surtout face à des petits cons prétentieux.

    Respectueusement.

    Colonel honoraire Guy IMBERT

  51. AVENIR

    Je vais réagir et témoigner en tant que conjoint de Gendarme, l’institution ne doit plus être une institution militaire, BRUXELLES doit mettre le nez dans ce dossier pour modifier cette corporation et la transformer en service de sécurité du milieu rural. En tant que Gendarme ou conjoint si vous critiquez intensément soit peu ce qui ne va pas, vous subissez des pressions et intimidations comme cela se fait dans certains départements identitaires ou autres institutions ou corporations représentant un nombre important de membres appartenant à ces règles et pensées collectives permettant de former un groupe donc appeler plus clairement le communautarisme !!! De plus, le Colonel FAVIER a trouvé une très très bonne place après sa carrière de gendarmerie en faisant des ronds de jambes à tous les élites, c’est plus facile, sans pour autant le critiquer dans la fonction qu’il a pu mener au sein de la Gendarmerie. Tous les citoyens confondus et les gendarmes ou autres fonctions représentant l’Etat doivent pour le bien des générations futures d’avoir le courage et de ne plus avoir de dire ce qui ne va pas afin d’améliorer et de faire avancer les choses dans le positif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *