jeudi 21 septembre 2017
Accueil / A la une / La Gendarmerie remporte le concours photos international d’Europol
Photo F.Balsamo/Gendarmerie

La Gendarmerie remporte le concours photos international d’Europol

C’est le major Fabrice Balsamo affecté au SIRPA-G (Service d’informations et de relations publiques des armées-gendarmerie) qui a remporté le concours photo international lancé par Europol en 2017 avec ce cliché d’un gendarme du GIGN  à bord d’un hélicoptère EC145 en surveillance sur le départ du Tour de France depuis le Mont-Saint-Michel (Manche) en 2016.

Il est suivi sur le podium par les photographes espagnol et autrichien.

Fabrice Balsamo : l’œil de la Gendarmerie

Dans le numéro 505 de L’Essor de la Gendarmerie paru en mai dernier, nous avons consacré un dossier de quatre pages au major, photographe officiel du Sirpa depuis 26 ans. L’occasion de rappeler qu’au delà “de ses reportages pour “Gend’Info”, ses photos ont été publiées dans les plus grands magazines français et internationaux.

Extraits : A l’Essor, nous avons, au fil des ans, sollicité à de nombreuses reprises la Gendarmerie pour obtenir des photos afin d’illustrer tel ou tel sujet. Bien souvent, celles que nous recevons sont signées “F. Balsamo/Gendarmerie” (…).

Comme beaucoup de photographes, le major Balsamo, 56 ans, s’abrite en effet derrière son boîtier et ses objectifs, préférant que la lumière porte sur ses sujets. Ces derniers sont nombreux, et il y a peu de pans de la Gendarmerie qu’il n’a pas couverts lors de ses reportages. En binôme avec un rédacteur, généralement recruté sous le statut d’officier sous contrat, il se rend dans les unités en civil. En effet, “cela facilite le contact avec les gendarmes sur le terrain“.

(…) Les manifestations constituent également des moments risqués pour un photographe de l’Institution. Pour réaliser des clichés intéressants, Fabrice Balsamo doit en effet travailler tantôt côté manifestants et tantôt côté gendarmes mobiles. Lorsqu’il est questionné par des curieux ou des militants méfiants, il répond qu’il est photographe de presse indépendant. Mais cela ne fonctionne pas toujours : “A Notre- Dame-des-Landes, j’ai commis une erreur en m’identifiant avec mon brassard. Je me suis retrouvé en photo sur un site de zadistes, et j’ai reçu des menaces de mort.

A voir également

Le gendarme Yves Hamon n’est plus

Plusieurs de ses camarades de la brigade du Croisic où il a servi 20 ans …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *