samedi 23 septembre 2017
Accueil / A la une / La brigade numérique de la Gendarmerie s’installera à Rennes
Le centre-ville de Rennes. Photo
Le centre-ville de Rennes. Photo Paolo Trabattoni

La brigade numérique de la Gendarmerie s’installera à Rennes

Le projet de brigade numérique prend forme. Attendue pour le début de l’année 2018, la future brigade numérique de la Gendarmerie nationale a trouvé un point de chute. Ce sera Rennes, la préfecture d’Ille-et-Vilaine. Une ville déjà très marquée par le numérique régalien : la cyberdéfense française s’est installée à Bruz dans la banlieue rennaise avec une de ses composantes essentielles, la Direction générale de l’armement – Maîtrise de l’information (DGA-MI).

La future brigade numérique de la Gendarmerie, qui aura une compétence nationale, doit répondre, sur internet, aux demandes du public. Elle orientera les usagers, mais sans toutefois se substituer aux plateformes d’appel d’urgence comme le 17. Accessible à tout moment de la journée, elle devrait répondre aux questionnements des usagers à travers un site web mais également via d’autres canaux, comme les réseaux sociaux, par exemple.

Fluidifier la relation entre gendarmes et usagers

Dans une interview à Alliancy, un magazine spécialisé, le colonel Eric Freyssinet, à la tête de la Mission numérique de la Gendarmerie, précise notamment que des réflexions sont en cours « pour disposer de bornes interactives multiservices [préfectures, lieux publics très fréquentés…]. Nous comptons faire un gros effort de disponibilité de ce service. Et toutes les initiatives possibles en ce sens seront mises en œuvre pour éviter l’exclusion numérique de quelque population que ce soit ».

Cette unité digitale doit faciliter le contact avec ceux qui n’ont plus le temps ou la possibilité de franchir la porte des brigades territoriales, et donc de fluidifier la relation entre les gendarmes et les usagers. Tout en conservant le contrôle, en interne, de cet espace d’information. L’objectif est « d’avoir des vrais gendarmes, des professionnels qui répondent aux questions de la population », soulignait ainsi Richard Lizurey, le directeur général de la Gendarmerie nationale, en juillet devant l’Association des journalistes de défense (AJD). En tout, la brigade numérique devrait compter plus d’une vingtaine d’agents, en cours de recrutement. Selon nos informations, la direction générale a d’ailleurs lancé en interne un appel à volontaires ainsi qu’un appel pour créer son futur « logo »!

Gabriel THIERRY.

A voir également

Incendie à la gendarmerie de Grenoble : des scellés et plusieurs dizaines de véhicules détruits

Un violent incendie revendiqué par la mouvance d’extrême gauche a ravagé dans la nuit de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *