lundi 21 août 2017
Accueil / A la une / Coupes budgétaires: les associations professionnelles inquiètes
Logos d'associations de gendarmerie
Logos d'associations de gendarmerie

Coupes budgétaires: les associations professionnelles inquiètes

Les coupes budgétaires dans le budget de la Gendarmerie inquiètent. L’annonce, par Richard Lizurey, de l’annulation de 90 millions d’euros de crédits de paiement, fait réagir les associations professionnelles nationales de militaires.

Diète budgétaire : des économies attendues de 90 millions pour la Gendarmerie

Gendarmes et citoyens déclare ainsi avoir relayé, auprès du directeur général, « l’inquiétude naissante sur les coupes budgétaires envisagées ». « L’association sera particulièrement vigilante, les Gendarmes étant particulièrement sensibles au sous effectif chronique, entamant fortement le moral des troupes », souligne cette association.

De même, à propos de la démission du chef d’état-major Pierre de Villiers, Gendarmes et citoyens déclare saluer « ce grand soldat » et s’inquiéter « d’une dérive budgétaire où ceux qui ont pour culture de ne jamais contester les ordres, fassent les frais, régulièrement, d’une politique d’austérité les privant de moyens financiers pour maintenir à niveau leurs conditions opérationnelles ».

Pour GendXXI, une perte sèche énorme

De son côté, GendXXI estime que « la décision d’annulation des crédits pour 2017 aura un impact très fort sur le budget de la gendarmerie ». « La perte sèche est énorme », déplore l’association, qui estime que « plusieurs millions d’euros de loyers seront impayés en 2017 ». De même, Gend XXI regrette que « la montée en puissance de la garde nationale est stoppée » et que « la cible finale de 40.000 réservistes ne sera pas atteinte ».

« Rien n’indique que le budget 2018 sera en mesure d’absorber les retards de commandes et de paiement », ajoute l’association, qui craint que cette année ne soit « la pire ». Pour GendXXI, les coupes budgétaires vont retarder, « au mieux », les achats de matériels. Et l’association de demander si « la sécurité des personnels n’est déjà plus une priorité ? ».

A voir également

Le premier numéro de Libération (1941) exposé au Musée de l’Ordre de la Libération

Le premier numéro du journal clandestin Libération, sorti en juillet 1941 durant l’Occupation, est désormais …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *