dimanche 20 août 2017
Accueil / L'actualité Normandie / Saisie de café contrefait en 2015 : cinq personnes toujours en garde à vue dont trois douaniers
Vue du port du Havre (Photo d'illustration S.D L'Essor).
Vue du port du Havre (Photo d'illustration S.D L'Essor).

Saisie de café contrefait en 2015 : cinq personnes toujours en garde à vue dont trois douaniers

Cinq personnes, dont trois membres de la hiérarchie douanière, étaient toujours en garde à vue jeudi soir dans l’enquête sur les conditions de la saisie par les douanes de 43 tonnes de café contrefait en juillet 2015.

Le 12 décembre dernier, les gendarmes de la Section de recherches de Paris avaient perquisitionné le siège de la direction des opérations douanières (DOD) du Havre où ils avaient trouvé plus de 700.000 euros dans une valise, environ 50.000 dans un fauteuil ainsi que 20.000 euros au domicile d’un douanier en poste au Havre.

Mercredi, douze personnes dont six douaniers avaient été placées en garde à vue, dans le cadre de cette enquête qui s’intéresse aux conditions dans lesquelles 43 tonnes de café sont arrivées au Havre dans un conteneur de 120 tonnes et leur lien éventuel avec l’argent trouvé en perquisition.

Parmi les cinq personnes encore en garde à vue jeudi soir, figurent trois membres de la hiérarchie douanière et deux personnes présentées comme des “aviseurs” (informateurs), selon la source proche de l’enquête. Un autre supposé informateur a déjà été présenté jeudi au juge d’instruction en vue de son éventuelle mise en examen.

Les six autres garde à vue ont été levées entre mercredi et jeudi.

Ces investigations sont menées dans le cadre d’une information judiciaire ouverte au pôle financier de Paris notamment pour “contrebande de marchandise prohibée” et “importation en bande organisée de marchandise de contrefaçon“.

Une autre affaire concerne la DNRED

Le 3 juillet 2015, à la suite du contrôle sur l’autoroute A1 d’un camion embarquant quelques 9.800 paquets de café, les douaniers avaient découvert dans l’entrepôt de départ du poids-lourd, à Argenteuil (Val-d’Oise), quelques 41 tonnes de café de contrefaçon.

Au total 43 tonnes avaient été interceptées par les douanes, mais des soupçons sont venus jeter le trouble sur cette belle opération.

Les enquêteurs se demandent si la livraison de café au Havre n’a pas permis de dissimuler l’acheminement de marchandises illicites au profit de possibles informateurs tout en permettant aux douaniers de réaliser une prise dans leur lutte contre la contrefaçon, selon une source proche de l’enquête.

Parmi les protagonistes, l’un des informateurs en garde à vue est déjà mis en examen dans une autre enquête en cours à Paris sur plusieurs opérations litigieuses conduites à la DNRED en 2009 et 2010.

Dans cette affaire, plusieurs douaniers sont mis en examen, soupçonnés d’avoir puisé dans des saisies de drogue pour rémunérer des aviseurs. Cet informateur, mis en examen notamment pour trafic de stupéfiants et association de malfaiteurs, apparaît comme un informateur de la DNRED dans des dossiers de stupéfiants, ce qu’il conteste, selon une source proche du dossier.

A voir également

Section de recherches

Fusillade à Marseillan-Plage : la gendarmerie lance un appel à témoins

Dans la nuit du 13 au 14 août 2017, vers 1h30, avenue des campings à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *