mardi 22 août 2017
Accueil / A la une / Taux de disponibilité des hélicoptères : la gendarmerie, le bon élève
Velizy-Villacoublay, le 10 juin 2015, un hélicoptère Ecureuil de la Gendarmerie posé devant le bâtiment du commandement des forces aériennes de la Gendarmerie, sur la base aérienne 107. Photo: M. GUYOT/ESSOR
Photo d'illustration : M. GUYOT/ESSOR

Taux de disponibilité des hélicoptères : la gendarmerie, le bon élève

La Gendarmerie peut-elle être un exemple en matière de gestion de flotte d’hélicoptères pour le ministère de la Défense ? C’est tout le sens d’une des questions écrites du député François Cornut-Gentille (Haute-Marne, UMP). Le 16 mai dernier, le député recevait la réponse d’une demande sur le taux de disponibilité des hélicoptères du ministère de l’Intérieur. Un bon cru : environ 75% pour les 55 appareils de la Gendarmerie nationale, 83% pour les 35 hélicoptères de la sécurité civile.

Pourquoi ce député spécialiste des questions de défense s’intéresse tant aux appareils du ministère de l’Intérieur ? C’est qu’il s’inquiète du taux de disponibilité des hélicoptères de la maison voisine, le ministère de la Défense. Et cherche donc des bonnes pratiques à mettre en exergue. « La Gendarmerie n’est pas forcément l’exemple à suivre à la lettre, mais ne pas s’y intéresser serait une erreur », explique l’entourage du député.

 

En tout, en 2016, 20,78 millions d’euros de crédits de paiement ont été affectés au maintien en condition opérationnelle des hélicoptères de la Gendarmerie. « L’indisponibilité des appareils est fonction des pannes et de la fréquence des entretiens majeurs dont ils doivent faire l’objet », précise le ministère de l’Intérieur. Les visites périodiques immobilisent les hélicoptères durant « six à sept semaines ». Tandis que les « grandes visites » bloquent elles « les appareils trois à quatre mois ».

Le drame de Cauterets

Pour le ministère de l’Intérieur, les évolutions du taux de disponibilité des appareils s’expliquent par deux raisons principales. D’un part la « rapidité à remettre en service les appareils faisant l’objet d’une panne ». Et d’autre part le « nombre d’appareils devant subir la même année un entretien majeur ». L’année 2016 a été marquée par la tragédie de Cauterets (Hautes-Pyrénées). Quatre gendarmes étaient morts dans le crash d’un hélicoptère de la Gendarmerie dans les Hautes-Pyrénées au dessus de Cauterets, le 20 mai 2016.

Coutumier des questions écrites sur la disponibilité des matériels militaires, François Cornut-Gentille ne compte pas en rester là. En cas de réélection le 18 juin prochain aux élections législatives de la deuxième circonscription de la Haute-Marne, il prévoit de renouveler ce genre de demande auprès du ministère de l’Intérieur « chaque année ». Les gendarmes sont prévenus !

A voir également

Véhicule de la gendarmerie (Photo d'illustration/Essor).

Corse : il brise une vitre de la voiture de patrouille et crache sur un gendarme

Dans la nuit du samedi 19 au dimanche 20 août, les gendarmes sont intervenus sur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *