mardi 27 juin 2017
Accueil / A la une / Le général Soubelet candidat aux législatives
Le général Bertrand Soubelet, en 2016, lors de la sortie de son livre "Tout ce qu'il ne faut pas dire" (Photo M. GUYOT/ESSOR)
Le général Bertrand Soubelet, en 2016, lors de la sortie de son livre "Tout ce qu'il ne faut pas dire" (Photo M. GUYOT/ESSOR)

Le général Soubelet candidat aux législatives

Nous avons eu la confirmation de l’information par l’intéressé lui-même: le général de corps d’armée (2S) Bertrand Soubelet sera candidat aux prochaines élections législatives.

L’ancien directeur des opérations et de l’emploi (DOE) de la Gendarmerie, se présentera dans la 10ème circonscription des Hauts-de-Seine, qui regroupe Issy-les-Moulineaux, le sud de Boulogne-Billancourt et Vanves.

Le choix de ce lieu s’est fait naturellement puisqu’il y «habite depuis une vingtaine d’années».

Après avoir rencontré Emmanuel Macron, le général Soubelet attend désormais d’être investi par «En marche».

«C’est probable, mais il n’y a rien d’officiel. Je ne veux pas aller plus vite que la musique: c’est la commission d’investiture qui doit décider», tempère-t-il.

Cette circonscription est le fief du centriste André Santini (UDI), maire d’Issy-les-Moulineaux depuis 1980 et député de la circonscription depuis 1988 -à part deux interruptions de trois ans au total.

S’il rejoint le mouvement «En marche», c’est parce que son dirigeant «se situe au delà des clivages, qu’il ne fait pas de la politique comme les autres».

Les mois à venir seront denses pour le général Soubelet puisque, en plus de la campagne électorale, il devra assurer la promotion de son prochain ouvrage.

Un nouveau livre du général Soubelet le 4 avril

Le 4 avril, un an après «Tout ce qu’il ne faut pas dire», publié chez Plon, sortira en effet son deuxième livre, dont le titre est pour l’instant tenu secret.

Il sera publié par les éditions de l’Observatoire, tout juste fondées par Muriel Beyer, spécialisée dans les best-sellers politiques, et qui a quitté le 8 décembre 2016 la direction éditoriale de Plon, avec Bertrand Soubelet dans ses bagages.

Dans son prochain livre, le général compte traiter de tout ce qu’il n’a «pu aborder la fois précédente car je ne voulais pas trahir ma fonction, et notamment  les faillites des gouvernement successifs sur un certain nombre de politiques publiques concernant l’immigration, la laïcité ou l’Islam».

Lui qui a été soupçonné de rouler pour l’extrême droite lors de la parution de «Tout ce qu’il ne faut pas dire», précise qu’il abordera ces thèmes «à (sa) manière», «car j’en ai marre de l’hypocrisie et de la bien-pensance».

Le positionnement du général Soubelet est délicat à appréhender car il aborde des thèmes clivants et que la présentation de ses interventions est souvent bien moins mesurée que les propos qu’il tient effectivement.

“Rien n’a changé”

En 2016, son livre, qui s’est vendu à 110.000 exemplaires selon les derniers chiffres, avait été vu par certains comme un prélude à une carrière politique, plutôt à la droite de l’échiquier politique.

Nous lui avions posé directement la question. «Cela n’a aucun sens», nous avait-il répondu, précisant qu’il critiquait «les milieux politiques à n’en plus finir, ce n’est pas pour aller ensuite faire la même chose, c’est impossible. Tant que l’on fait de la politique politicienne dans ce pays, ce sera sans moi. Vous savez, j’ai déjà été approché, et je leur ai gentiment dit que je n’étais ni de droite, ni de gauche ».

Aujourd’hui, il estime que «rien n’a changé dans sa manière de penser» mais qu’il est poussé par l’envie de «servir (son) pays d’une manière différente puisque j’en ai été empêché par le pouvoir politique».

Sanctionné pour sa liberté de ton

A l’été 2014, le général Soubelet avait dû quitter son poste de DOE, c’est à dire le numéro 3 de l’Institution, pour prendre le commandement de la gendarmerie d’outre-mer.

Selon lui, cette affectation constituait une sanction pour sa liberté de ton lors de son audition, le 18 décembre 2013 à l’Assemblée nationale, par la commission de lutte contre l’insécurité, présidée par le député (PS) du Val-d’Oise Jean-Pierre Blazy.

Il avait ensuite publié en avril 2016  «Tout ce qu’il ne faut pas dire», alors qu’il était en activité et avait multiplié les interventions médiatiques.

Le  directeur général de l’époque, le général d’armée Denis Favier avait regretté cette initiative en  estimant que «vendre une polémique, instrumentaliser la Gendarmerie et ceux qui la servent, c’est tout ce qu’il ne faut pas faire».

Trois semaines après la sortie en librairie, et alors qu’il multipliait les interventions médiatiques, le général Soubelet s’était donc retrouvé sans affectation ou mission pendant quelques mois, avant de demander à être placé dans la deuxième section des officiers généraux, c’est à dire la fin du service actif, ce qui fut fait au 1er octobre 2016.

Matthieu GUYOT

A lire sur le site Boulevard Voltaire, “la lettre ouverte au général Soubelet” publiée par J-P Fabre-Bernadac, officier de gendarmerie (ER).

25 Commentaires

  1. Espoir 07

    Si c’est une blague elle est de très mauvais goût !

  2. Pomeyrol

    Courage à tous “nos gardiens de la paix”

  3. Leprince

    Le général Soublet sait peut-être décrire des maux endurés par la nation mais, selon l’information de L’ESSOR, il semble pêcher sur l’origine politique de leurs causes.
    Je me permets de lui recommander de prendre encore un peu de hauteur en lisant le livre de Jean-Louis Harouel “Les droits de l’homme contre le peuple” (DDB – 2016) où les faux messies d’inspiration gnostique ou millénariste (ceux qui vous promettent le bonheur – “l’humanité mondialisée heureuse” – pour mille ans…) sont proprement démasqués, comme est dénoncé leur “progressisme” dont le principe-culte est la “non-discrimination”.

    Principe désormais primordial des droits de l’homme, il est en fait une arme d’intimidation massive des peuples servi aux groupes minoritaires revendicatifs qui obtiennent toujours gain de cause (ses sous-munitions sont les anathèmes terminant par -phobe par exemple).
    Sa formulation est beaucoup trop catégorique pour emporter l’adhésion des peuples : comme le rappelle Harouel, “il est indispensable de discriminer (…) Une discrimination ne sera injuste qu’à cause de “l’inexistence de raisons valables pour un traitement inégal”, si bien qu’il peut y avoir des discriminations justes” (ibid. p. 126).
    Or il est inscrit à l’article 2 du traité de l’Union, après qu’il ait été promu au 12ème protocole (modificatif, du 4 novembre 2000) de la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, sous une formulation peu soixante-huitarde : “Interdiction générale de la discrimination” !
    Depuis, ce principe de droit supra-national se décline dans des lois au ton comminatoire de nos partis sociaux-démocrates, de droite (pénalisation de l’homophobie en 2004 – Raffarin, Chirac) et de gauche (soi-disant “ouverture du mariage…” En 2013 – Ayraut, Hollande), depuis longtemps “en marche !”.

    Si le général aspire à devenir législateur, qu’il ne perde pas de vue cette entreprise juridique sournoise de rééducation (en France, menée depuis le traité d’Amsterdam par les pouvoirs exécutifs et législatifs et l’opposition, de connivence ; mais aussi le pouvoir judiciaire, en témoignent deux anciens députés courageux, Christian Vanneste et Christine Boutin dont les condamnations intermédiaires largement médiatisées participent directement à l’intimidation massive alors qu’ils peuvent être absous en cassation…) dont la traduction est la double métamorphose de l’amour en droit et du droit en religion d’État, obligatoire… L’intérêt du marché pour la révolution culturelle libérale n’est pas loin. A quel prix ?
    Denis Leprince

  4. lartigau

    Mon cher général je ne vous salue pas. je suis de votre corporation mais je n’ai jamais aimé les arrivistes capables de fouler aux pieds leur honneur pour quelques prébendes.

    • 13sep1949

      E. MACRON annonce la fin des régimes spéciaux pour les retraites. Que va devenir la situation des militaires soit des gendarmes. Si les nouvelles mesures défavorisent les carrières militaires, cela ne va t il pas compliquer le recrutement voire la qualité. Nous avons déjà perdu par la réforme de 2003 en ce qui concerne la revalorisation des retraites.

      • Le Pensionné de l'ÉTat

        Je suis agréablement surpris de lire le message de 13sep1949.
        J’espère que les lecteurs de l’Essor seront nombreux à lire l’article concernant le ralliement du général Soubelet à M. Macron.
        Le candidat Emmanuel Macron en matière de retraites, envisage de fusionner, dans les cinq ans, tous les régimes de retraites de tous les travailleurs.

        Tous les salariés, tous les fonctionnaires civils et militaires, tous les indépendants, seraient affiliés dans un Système universel, peu importe les statuts des intéressés, peu importe si un tel projet sera vécu, par ceux qui servent leur pays dans les forces de sécurité et dans nos armées, comme une véritable trahison de nos élites.

        Comme par hasard, ceux qui prônent ce Système universel expliquent aux électeurs qu’il s’agit d’une réforme indispensable pour, qu’à l’avenir, tous les cotisants puissent bénéficier d’une pension de retraite équivalente, 1 euro cotisé = même montant en fin de carrière quelle que soit sa profession.

        Si j’ai bien compris, pour M. Macron, l’État (l’employeur des gendarmes, des militaires, des policiers nationaux, des magistrats…), c’est fini, ça coûte trop cher l’État ne peut plus être son propre assureur.

        Sauf que le Code des Pensions Militaires et le Code des Pensions Civiles et Militaires font partie intégrante des statuts des personnels qui assurent, par tous les temps, 365 jours/an, jour et nuit, parfois hors des frontières, la défense et la sécurité de la France, avec un dévouement et une abnégation incontestés et très appréciés par nos concitoyens.

        Monsieur Macron, vous n’avez pas idée à quel point votre projet, qui sied tant à M. Madelin, va provoquer un tollé dans les rangs de celles et ceux qui ont fait le choix de servir leur pays, par vocation.

        Le Code des Pensions Civiles et Militaires c’est la reconnaissance de la Nation pour ses serviteurs actifs et retraités.

        Et que l’on vienne pas nous raconter que ce futur “Machin” sera plus économique en terme de gestion.

        Sûrement pas, parce que les règles pour le calcul des droits à pension des personnels civils et militaires de l’État sont d’une grande simplicité et que les rares fonctionnaires affectés aux services des pensions, à l’instar des gendarmes, des militaires, des policiers nationaux, perçoivent 12 mois (*) de solde (ou de traitement / an) et, comme tout le monde le sait, ils sont corvéables à merci.

        (*): les employés et les cadres des entreprises qui gèrent les retraites des salariés : 14 mois de salaire/an, Comité d’Entreprise, + primes, pour 35h00 de travail par semaine.
        les employés et les cadres des compagnies d’assurance, c’est, au minimum, 13 mois de salaire + des primes + un CE.

    • combes

      general vous etes devenu comme les autres POLITIQUES un Français GENERIQUE

  5. Agius

    Quelle déception !
    Après avoir eu une attitude remarquable face à la faiblesse du pouvoir, il rejoint le camp du candidat qui “crache sur son pays et son armée, en les accusant de “crime contre l’humanité” et pourquoi ? un éventuel poste de député dans un parti au projet fumeux!!!
    Je ne vous salue plus, opportuniste !

    • Tauleigne

      Cet ex-officier se rallie à M. Macron qui est s’est rendu en Algérie pour cracher sur notre nation et ceci dans un but bassement électoral. Ce même Macron n’a ni plus ni moins insulté gravement les français originaires de ce pays. Pire, il les a qualifiés de “criminel contre l’humanité”. C’est scandaleux.

  6. rabagliato

    je n’ai qu’un mot à dire, alors que j’estimais cet Officier : déçu !

  7. KERIBIN

    Si ce général ne sait pas qu en se ralliant a Macron , il sert le projet du Nouvel Ordre Mondial ,dirigé par la dictature de la finance , Goldman Sach , Mario Draghi , ayant pour volonté de supprimer les pays, leurs histoires , favoriser l immigration de masse , le multiculturalisme , sous couvert , de la dictature des droits de l homme , etc…….pour faire des humains des consommateurs de seconde zone , en organisant un chômage de masse et une nouvelle pauvreté, qui bénéficiera d un RSA modernisé ,appelé salaire universel , permettant d acheter la paix sociale , pour laisser les riches devenir encore plus riches , ces études et son pouvoir lui auront servi a rien , je ne peux pas croire en sa naivetée , et suis amené a penser qu il cherche un créneau pour assouvir sa soif d ambition !!!!!!! c est un fils de gendarme et un ancien militaire qui le lui dit !!!

    • Le Pensionné de l'ÉTat

      KERIBIN,

      Détruire les nations pour les dissoudre dans la future Europe Fédérale, mondialisation et globalisation aux forceps.

      Et c’est bien l’une des raisons qui poussent E. Macron et ceux qui le poussent à remettre en cause, dans son projet, les pensions allouées aux personnels de l’État, par la France en tant que nation.
      Ce n’est pas une question d’argent, c’est l’obligation de détricoter les rouages de l’État pour casser le statut des personnels qui le servent.

      Demain, les radars mobiles confiés à des entreprises, comme le furent les concessions accordées au privé pour les autoroutes à péage.
      Après-demain, les gendarmes, les militaires et les policiers nationaux auront droit à un statut bâtard, sous la forme d’un contrat de travail (même pas un contrat d’engagement à l’ancienne, qui rappellerait trop les heures glorieuses où la France était souveraine), conforme aux idéaux de Monsieur Macron.
      Quant aux fonctionnaires des collectivités territoriales, leur avenir me semble encore plus incertain.

  8. MALFIONE James

    Il a succombé à l”appel des sirènes venu d’un lointain rivage d’une ile Hollandiste perdue dans l’océan des compromissions, des tempêtes médiatiques et des volte-face, archipel dont le seul résidant est “Robinson MACRON !!

  9. MALFIONE James

    Il a succombé à l”appel des sirènes venu d’un lointain rivage d’une ile Hollandiste perdue dans l’océan des compromissions, des tempêtes médiatiques et des volte-face, archipel dont le seul résidant est “Robinson MACRON !!
    En savoir plus sur http://lessor.org/general-soubelet-legislatives/#EBXjQlo7zi3W64zV.99

  10. THIBAULT Monique

    je n’ai pas renouvelé mon abonnement à l’essor alors que mon Père, mon Beau Père, mon Mari et mon beau frère ont toujours été des fidèles abonnés même au temps où l’occupation de l’Algérie était “CRIME CONTRE L’HUMANITE. A cette époque là, mon Mari était gendarme en Algérie et je peux vous affirmer que si crimes il y a eus, ils étaient bien partagés, car les “REBELLES” ne se génaient pas pour torturer nos SOLDATS qui avaient été envoyés là par un gouvernement socialiste. Alors Monsieur Macron, UN PEU DE RESPECT POUR NOS MORTS. Mon mari avait même mis l’essor à mon nom à l’époque où ce journal était interdit dans les
    Brigades; iL N’Y A PLUS RIEN D’INTERESSANT dans votre journal concernant les informations pouvant intéresser les retraités. Pour la politique, il y a des journaux spécialisés. Notre famille a toujours respecté la gendarmerie mais là, je pense que ce général déshonore son ancienne fonction

    • cocodamour

      C’est l’ appel des sirène.
      Le Général n’était pas attaché sur son radeau ?…

  11. raufasteraufaste

    Mon général, vous êtes candidat aux législatives avec la “bénédiction” de Macron.
    Quand on sait ce que pense les français sur les hommes politiques, je suis surpris par votre décision.
    Je pensais que vous étiez en dehors de ce système, mais vous constaterez par vous même que vous êtes dans une arène où tous les coups sont permis.

  12. roro

    -Aprés la déclaratin de MACRON sur l’Algérie…..ce général me fait honte. Au secours général BIGEARD, de la haut, venez nous en aide !!!!

  13. on est jamais trahis que par les siens.Une girouette étoilée.

    • tu le dis courageux ? il ne manquait plus que ça .tu dois aussi être un Général girouette.

  14. Hugues

    Bonjour. Je suis incroyablement surpris par les critiques ici déposées. Pour moi la place de ce courageux général est bien à l’Assemblée Nationale ou il lui sera possible d’œuvrer utilement. Je lui souhaite bon vent !

  15. general soubelet; je suis surprise de votre choix pour macron après sa déclaration sur la France en Algérie, le général De Gaule doit se retourner dans sa tombe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *