vendredi 20 octobre 2017
Accueil / A la une / La gendarmerie de Guadeloupe réprime une tentative de mutinerie à la prison
La prison de Fond Sarail à Baie-Mahault Photo d'illustration (D.C/L'Essor).

La gendarmerie de Guadeloupe réprime une tentative de mutinerie à la prison

La prison de Fond Sarrail est située à Baie-Mahault Photo d’illustration (D.C/L’Essor).

Les velléités de mutinerie ont fait long feu et ce qui est qualifié par les gendarmes d’outre-mer de “mouvement d’humeur” a été vite réprimé, notamment par l’efficace action de l’antenne GIGN de Guadeloupe.

Des prisonniers du centre pénitentiaire de Baie-Mahault en Guadeloupe ont tenté de se mutiner mercredi matin pour protester contre les fouilles qui ont eu lieu les deux jours précédents, a-t-on appris du procureur de la République de Pointe-à-Pitre, Loïc Guérin, confirmant une information des médias locaux.
Le début de mutinerie, déclenché vers 9h30 ce matin (15H30 en métropole) “a été maîtrisé aux alentours de 12h15”, a précisé le procureur à l’AFP.


Devant l’expression de la force” déployée par “60 gendarmes du GIGN, ( Antenne GIGN n.d.l.r) les mutins ont cédé à l’injonction de s’allonger devant leur cellule qu’ils ont fini par réintégrer“, a-t-il ajouté, saluant une crise gérée “pacifiquement”.
Les mutins, parfois armés de pics ont dégradé un local ainsi que du matériel”, a ajouté le procureur Guérin. Ils ont également mis le feu à unmatelas, obligeant les pompiers à intervenir.

Le mouvement a concerné une vingtaine de détenus , dont 5 à 7 meneurs. Les détenus impliqués ont été isolés les uns des autres précise le journal France Antilles.
Une enquête a été ouverte et confiée à la gendarmerie de Baie-Mahault pour des faits de dégradation en réunion, qui “constituent une infraction pénale” d’après le procureur de la République.
Les détenus protestaient contre les fouilles de cellules réalisées le 31 juillet et le 1er août durant lesquelles 75 armes ont été trouvées, ainsi que divers objets interdits en détention, comme des téléphones portables ou des substances illicites.
Cette opération de fouille “faisait suite à celles du mois d’octobre 2016 et du mois de mars 2017” comme prévu par le “plan de lutte contre la délinquance arrêté par le préfet en septembre 2016, en totale coordination avec la justice”, a indiqué la préfecture dans un communiqué.

Ce n’est pas le premier événement au centre pénitentiaire de Baie-Mahault : en juillet dernier
une double évasion de prisonniers de la maison d’arrêt et un meurtre de détenu au centre de détention avaient eu lieu.
Avec AFP 

A voir également

Paris, le 18 octobre 2017, discours aux forces de sécurité intérieure d'Emmanuel Macron à l'Elysée (M. GUYOT/ESSOR)

Les gendarmes dans l’expectative après l’annonce sur le temps de travail

Inquiétude, colère et attentisme après le discours du Président Macron assurant que la Gendarmerie ne ne sera pas concerné par la directive européenne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *