mardi 17 octobre 2017
Accueil / A la une / Gendarme disparu à la Réunion : un gendarme et le mari d’une gendarme en garde à vue
Capture d'écran de la page Facebook des gendarmes de La Réunion.

Gendarme disparu à la Réunion : un gendarme et le mari d’une gendarme en garde à vue

L’enquête sur la disparition le 23 juin dernier de Mathieu Caizergues, un gendarme mobile de Saint-Amand-Montrond (Cher) en détachement à la Réunion pour trois mois depuis avril  s’accélère :  ses deux compagnons de randonnée, un gendarme local de la compagnie de Saint-Paul et le compagnon d’une femme gendarme également en poste dans l’ouest de l’île,  ont été placés en garde à vue. La direction générale de la Gendarmerie a confirmé à l’Essor cette information révélée par le site Clicanoo en précisant “que cette mesure de garde à vue ne  préjuge en rien de la suite de l’enquête”.

Rappelons que les parents du jeune gendarme originaire de Montpellier ont déposé plainte contre X pour ” non assistance à personne en danger”.

 

En effet, les deux hommes qui accompagnaient Mathieu Caizergues lors d’un entraînement de trail à Mafate sont entendus depuis ce mardi  à la caserne Vérines, à Saint-Denis par les enquêteurs de la section de recherches de la Réunion.

Une étrange bosse sur son front

Ils sont interrogés sur la chronologie des événements et leur réaction lors de cette funeste journée après qu’ils se sont rendus compte de l’absence de leur ami.

La trace de Mathieu Caizergues s’est perdue ce 23 juin, après qu’il a selon le site E-Metropolitain envoyé une photo, sa dernière à 17h39 à ses parents, ses frères et sa petite amie, avec ce curieux message : «Ce n’est pas une bosse d’enfoiré».  Sur la photo prise de très près se trouve  un  détail intriguant :  une bosse grosse comme une balle de tennis et une petite plaie rouge  sur son front au dessus de l’œil droit détaille le site Montpelliérain.

Depuis, aucune nouvelle, ni aucune trace de Mathieu malgré d’importants moyens déployés y compris un chien Saint-Hubert envoyé depuis la métropole et l’emploi d’un drône.

 

 

A voir également

Comment la Gendarmerie s’empare du numérique

Cet article a été publié initialement dans le numéro 510 de notre magazine d’octobre 2017, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *