jeudi 29 juin 2017
Accueil / L'actualité Île-de-France / Fusillade sur les Champs Elysées: un policier tué, un autre blessé, l’assaillant abattu

Fusillade sur les Champs Elysées: un policier tué, un autre blessé, l’assaillant abattu

L’agresseur a ouvert le feu sur un car de police (Photo d’illustration L’Essor.)

Un policier a été tué et deux autres blessés jeudi soir lors d’une fusillade sur l’avenue des Champs-Elysées à Paris, dont l’auteur a été abattu, a-t-on appris de sources concordantes.  La section antiterroriste du parquet de Paris s’est saisie de l’enquête  a annoncé le parquet.
Cette enquête en flagrance a été confiée à la Section antiterroriste (SAT) de la Brigade criminelle et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a précisé le parquet. Une  perquisition a été conduite en Seine-et-Marne au domicile présumé de
l’assaillant (source policière). Ce dernier était visé par une enquête antiterroriste.

Des policiers ont été pris pour cibles par des tirs vers 21H00. Un policier a été tué et deux autres blessés, a indiqué le ministère de l’Intérieur.
L’agresseur a été “abattu en riposte”, a expliqué le ministère. Une source judiciaire a confirmé le décès de l’assaillant.
La préfecture de police a souligné que les circonstances de l’attaque n’étaient “pas déterminées”.
“L’agresseur est arrivé en voiture, est sorti. Il a ouvert le feu sur le car de police à l’arme automatique, a tué l’un des policiers et à essayé de
s’en prendre aux autres en courant”, a rapporté une source policière.

Un hommage national sera rendu au policier

Le quartier a été bouclé et d’importantes forces de police ont été déployées. Un hélicoptère survolait la zone dans la soirée.
Choukri Chouanine, gérant d’un restaurant situé rue de Ponthieu, dans une rue adjacente, a raconté à l’AFP avoir entendu une “fusillade brêve” mais avec “beaucoup de tirs”. “On a dû cacher nos clients dans nos sous-sols”, a-t-il ajouté.

Un autre témoin, qui n’a pas voulu donner son nom, a expliqué qu’il se trouvait à “dix mètres” de la fusillade. “On a entendu des tirs comme une pétarade et on a vu une attaque sur des policiers, on est partis en courant”, a-t-il dit.
“C’était la panique au métro Franklin-Roosevelt, les gens couraient dans tous les sens”, a raconté une femme qui se trouvait aux abords des
Champs-Elysées.

François Hollande s’est dit “convaincu” jeudi que la fusillade qui a eu lieu vers 21H00 sur les Champs-Elysées à Paris était “d’ordre terroriste”, promettant d’être d’une “vigilance absolue” pour sécuriser l’élection présidentielle, dont le premier tour se tient dimanche.
Le chef de l’Etat, qui s’exprimait depuis l’Elysée après une réunion avec le Premier ministre Bernard Cazeneuve et le ministre de l’Intérieur Matthias Fekl, a annoncé qu’il réunirait vendredi à 08H00 un conseil de défense.

Un hommage national sera rendu au policier décédé sur les Champs-Elysées.

 

La déclaration de François Hollande

“A 21h précisément, sur les Champs-Élysées, une attaque est intervenue visant des policiers et le car qui les abritait. Un policier a été tué, deux autres ont été blessés. Une passante a également été touchée. L’assaillant a été neutralisé lui-même par d’autres policiers. Tout le quartier a été bouclé. Les personnes qui étaient présentes ont pu être évacuées et nous sommes convaincus que les pistes qui peuvent conduire à l’enquête et qui devront révéler toute la vérité sont d’ordre terroriste. Le parquet antiterroriste a été saisi d’ailleurs et l’enquête sera menée sous sa conduite pour connaître les motivations et les éventuelles complicités. J’ai convoqué un conseil de défense demain matin à 8h. Tout est fait pour que la mobilisation de nos forces de sécurité, policiers, gendarmes, militaires soit au plus haut niveau dans les circonstances que nous connaissons, c’est d’ailleurs le cas depuis plusieurs mois. Nous serons d’une vigilance absolue, notamment par rapport au processus électoral. Mais chacun comprendra à cette heure que mes pensées vont vers la famille du policier qui a été tué, également vers les proches des policiers blessés. Un hommage national sera rendu à ce fonctionnaire de police qui a été ainsi lâchement assassiné. Nous devons tous prendre conscience que nos forces de sécurité font un travail particulièrement difficile, qu’elles sont exposées –on le voit encore ce soir– et que le soutien de la nation est total à leur égard et que je réitère ici tous les engagements que j’ai pris à l’égard des policiers gendarmes et militaires, il en va de la protection de la nation, de la sécurité de nos concitoyens. Tout doit être fait pour que ces policiers, gendarmes et militaires, puissent exercer leur mission, bien sûr dans l’État de droit, et avec le respect des procédures mais avec la confiance de toute la Nation. C’est le message que je veux adresser ce soir, il va au-delà même des policiers, gendarmes et militaires, il s’adresse à tous nos concitoyens. Ils sont protégés, ils doivent l’être, ils le seront, mais le principe de base qui doit être à chaque fois rappelé, c’est la confiance, la solidarité et le soutien de la Nation à l’égard des forces de sécurité. Telle est ma pensée ce soir, une pensée de grande tristesse à l’égard de ce fonctionnaire qui a fait ce travail jusqu’au bout, de sa famille, des policiers blessés, mais également de notre grande détermination à tout faire pour lutter contre le terrorisme ici comme partout où nous forces sont engagées.”

AFP

Un commentaire

  1. ZIM

    Des policiers visés par des tirs à 20h50 jeudi 20 avril 2017, sur les Champs-Élysées Paris-8°.
    L’un d’entre eux est mort et deux autres ont été grièvement blessés.
    Une touriste a été légèrement touchée.
    L’organisation État Islamique a revendiqué l’attentat, et l’assaillant qui a été abattu était doublement connu des autorités, non seulement suivi par la DGSI (Direction générale de la Sécurité intérieure) pour sa radicalisation, mais aussi pour avoir déjà attaqué des policiers.

    Une voiture circule à vive allure sur les Champs, s’arrête à hauteur d’un car de police, au 102 de l’avenue, magasin Marks & Spencer. Un individu sort du véhicule et ouvre le feu, avec un fusil d’assaut, indique le procureur de la République de Paris, François Molins – Il s’agit d’un homme bien connu des services de police, d’abord pour des faits de droit commun puis pour une condamnation pour assassinat. Il a été placé très récemment en garde à vue au commissariat de Meaux (Seine-et-Marne) parce que des informateurs avaient indiqué que cet homme était à la recherche d’armes pour tuer des policiers. Faute d’éléments, il avait été relâché.

    L’auteur de l’attaque des Champs-Élysées dans le centre de Paris est Abu Yussef le Belge, et c’est un des combattants de l’État Islamique”, a écrit Amaq.
    En fait il s’agit d’un fiché multi récidiviste : Karim Cheurfi, 39 ans, né en 1977 à Livry-Gargan Seine-Saint-Denis -93 et vivant à Chelles -77.

    En 2001, au cours d’une course-poursuite en Seine-et-Marne, à bord d’une voiture volée, il avait tiré sur les policiers qui le prenaient en chasse, blessant deux d’entre eux. Puis, lors de sa garde à vue, prétextant avoir besoin d’être soigné, il aurait dérobé l’arme d’un policier avant de lui tirer dessus à cinq reprises. Pour ces faits, il a été condamné à 20 ans de prison en 2003.

    Serions-nous en 2023 : non, alors que faisait donc cet individu dehors
    et surtout : pourquoi à-t-il été relâché dernièrement?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *