vendredi 20 octobre 2017
Accueil / A la une / Effectifs, matériel, sécurité des casernes… Les attentes des associations de gendarmes pour le prochain budget
Richard Lizurey, auditionné le 18 juillet 2017 par la Commission des finances de l'Assemblée nationale .

Effectifs, matériel, sécurité des casernes… Les attentes des associations de gendarmes pour le prochain budget

Elles attendent avec impatience la présentation du prochain budget. Les associations de gendarmes vont lire avec attention, ce mercredi 27 septembre, le compte-rendu du Conseil des ministres. Le gouvernement va y détailler son projet de loi de finances 2018, un texte budgétaire crucial pour l’avenir de l’Arme.

Les premières précisions sur le budget qui ont fuité calment et inquiètent à la fois. « Ce qui est rassurant, c’est que le budget annoncé n’est pas en baisse », souligne ainsi Thierry Guerrero, le président de l’association professionnelle nationale militaire (APNM) Gendarmes et citoyens.

Après la douche froide des économies budgétaires demandées cet été – 90 millions d’euros pour la Gendarmerie – le projet de loi de finances devrait donc être synonyme d’une hausse de 1% des crédits pour l’Arme, hors dépenses de personnel. Une augmentation bienvenue qui reste cependant décevante pour GendXXI, comparée aux autres hausses de crédits de la Place Beauvau.

Des hausses de crédits plus fortes au ministère

Gérard Collomb, le ministre de l’Intérieur, a déjà en effet annoncé que le budget de la sécurité intérieure va augmenter, hors dépenses de personnel toujours, de 1,9%, pour s’établir à 2,9 milliards d’euros. Globalement, la hausse pour le ministère de l’Intérieur sera de 6,8%.

 

GendXXI craint également que les budgets dévolus à l’équipement ne soient pas augmentés au prorata des hausses de personnel dans l’Arme, 500 chaque année du quinquennat. « Le matériel n’est pas notre préoccupation première : ce qui nous inquiète, ce sont les effectifs », commente pour sa part Gendarmes et citoyens.

La question des effectifs

La future répartition des hausses d’effectifs dans la sécurité intérieure entre Police et Gendarmerie nationale fait grincer des dents du côté des deux APNM. Les 10.000 personnels en plus sur la durée du quinquennat vont se traduire par 7.500 nouveaux policiers et seulement 2.500 gendarmes.

Des gendarmes mobiles à l'entraînement à Saint-Astier (Photo D.C/L'Essor).
Des gendarmes mobiles à l’entraînement à Saint-Astier (Photo D.C/L’Essor).

« Aucun effort n’est fait pour les forces mobiles », dénonce Frédéric Le Louette. « Or avec vingt-cinq escadrons déployés Outre-mer et la perspective d’un référendum sur l’indépendance en Nouvelle-Calédonie, nous voyons bien que cela sera intenable », estime-t-il.

« Il y a un réel déséquilibre, sur cette question des effectifs, entre la Police et la Gendarmerie nationale », regrette Thierry Guerrero. Le président de Gendarmes et citoyens estime qu’à travers cette répartition des hausses d’effectifs, la Police nationale se taille la part du lion sur des sujets actuellement centraux comme le renseignement et la lutte contre le terrorisme et la sécurisation des frontières.

Un effort pour la sécurité des casernes

Autre motif d’inquiétude : le boulet des loyers non-payés à temps, évalués par GendXXI à 60 millions d’euros en 2017. L’association estime que cette dette provisoire atteindra environ 95 millions d’euros en « début d’année 2018 ». « Cela nous inquiète beaucoup car c’est l’avenir du budget de la Gendarmerie », souligne Frédéric Le Louette, le président de GendXXI.

Quelques précisions sur le futur budget ont déjà été dévoilées, comme par exemple 70 millions d’euros pour le renouvellement du parc automobile de l’Institution ou encore une dotation de 105 millions d’euros pour la gestion du patrimoine immobilier de la Gendarmerie. Dans cette dernière enveloppe, cinq millions d’euros de crédits seraient prévus pour la sécurité des casernes selon GendXXI. « C’est peut-être encore insuffisant, mais l’effort est accentué », salue Frédéric Le Louette. Une décision d’augmentation prise avant les deux incendies criminels de Limoges et de Grenoble, et qui apparaît aujourd’hui, après ces deux attaques, prioritaire.

Gabriel THIERRY.

A voir également

Paris, le 18 octobre 2017, discours aux forces de sécurité intérieure d'Emmanuel Macron à l'Elysée (M. GUYOT/ESSOR)

Pour des forces de l’ordre plus efficaces : Macron expose ses ambitions

Devant les 500 plus hauts responsables de la police et de la gendarmerie, Emmanuel Macron …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *