lundi 21 août 2017
Accueil / Edito / Edito du numéro 508 : Oui au retour de la proximité en Gendarmerie

Edito du numéro 508 : Oui au retour de la proximité en Gendarmerie

La proximité, oubliée et considérée sans doute comme un peu ringarde, fait son retour en Gendarmerie. Un retour par la petite porte, puisque qu’il ne s’agit pour le moment que d’une expérimentation portant sur trente «  brigades de contact  » de six gendarmes chacune depuis le 1er février. Près de deux cents gendarmes chargés de parler et échanger avec les Français.

L’idée avait été lancée, quelques mois après son arrivée à la DGGN, par le nouveau patron des gendarmes, Richard Lizurey, soucieux de «  retrouver l’ADN de la Gendarmerie, celui de la proximité  ».  Avec le but de «  renouer ou de raffermir le lien  » entre les 65  000 gendarmes départementaux et la population.

Il est vrai que, ces dernières années, la Gendarmerie s’est de plus en plus impliquée dans l’intervention et la «  production de sécurité  »,  thème cher au général Denis Favier.

Son successeur, le général Lizurey, est parti d’un constat  : la suppression, ces dix dernières années, de 500 brigades territoriales sur 3  500 aboutit à des «  déserts de sécurité  ». De fait, dans certains endroits, la brigade de Gendarmerie reste le dernier symbole de la présence de l’Etat.

L’expérimentation de ces trente «  brigades de contact  » pour «  redonner de l’humanité  » à la fonction des gendarmes a déjà provoqué, selon le général Lizurey, de «  bons retours  » des élus et de la population.

Reste maintenant à décider de la multiplication de ces «  brigades de contact  » et/ou de la création de «  groupes de contact  » dans les unités importantes.

Ce retour de la proximité et du contact a déjà permis de faire remonter des cas de radicalisation dans la chaîne du renseignement. La menace terroriste reste à un niveau toujours aussi élevé. S’il n’était besoin que d’un argument pour poursuivre et amplifier l’expérimentation des «  brigades de contact  », il n’est pas besoin d’aller en chercher d’autres  !

Pierre-Marie Giraud

A voir également

Essor entraînement commun chasseurs alpins et PGHM

Chamonix : la colère du patron du PGHM contre l’inconscience des ascensionnistes

Le mardi 15 août dernier, un père de famille partait à l’assaut du Mont-Blanc sans l’équipement minimum …