mardi 23 mai 2017
Accueil / Edito / Edito du numéro 505 : « L’Essor » éclaire le choix des gendarmes

Edito du numéro 505 : « L’Essor » éclaire le choix des gendarmes

Depuis le mercredi 19 avril, 17 h, le sondage effectué pour notre compte par l’Ifop sur les intentions de vote des gendarmes (actifs et réservistes) au premier tour de l’élection présidentielle est en ligne sur  lessor.org.

L’actualité ne nous permettait pas de réserver la primeur de cette étude aux abonnés de ce magazine. C’est d’ailleurs pour cette raison que nous sommes devenus multimédia : nos abonnés (pour le même prix depuis 2012…) ont aussi gratuitement accès à notre site (mis à jour en temps réel), à notre Newsletter (une semaine sur deux) et à nos suppléments régionaux (tous les trois mois, dans chaque région).

Pourquoi ce sondage   ? Notre indépendance, notre connaissance de l’Arme, mais surtout l’audience de ce site (414  676 pages vues en mars) nous le permettaient. Or, l’une des fonctions de «  L’Essor  » est de toujours œuvrer à mieux connaître et faire connaître les spécificités de toute nature de cette communauté.

Le travail de l’Ifop est honnête : les marges d’erreur sont évaluées et la dimension de l’échantillon, modeste mais suffisant, est indiquée.

Un conseil : regardez bien les détails de l’étude. Comme le rappelle Jérôme Fourquet, directeur à l’Ifop, du fait de leur activité professionnelle, les gendarmes n’accordent pas, en général, le même poids aux questions de sécurité, dans leurs préoccupations, que l’ensemble de la population. Et les causes qu’ils prêtent à cette insécurité ne sont pas les mêmes non plus. Ajoutez à cela une grande diversité d’intentions de vote entre officiers et sous-officiers, entre GM et GD, et vous conviendrez qu’il est toujours difficile de résumer une enquête d’opinion par un seul chiffre !

En tout cas, ce sondage est de nature à éclairer non seulement les 125  000 gendarmes et réservistes. Mais aussi les prochains responsables issus de cette élection présidentielle, puis des législatives qui suivront.

Alain Dumait, directeur de “L’Essor”