lundi 21 août 2017
Accueil / L'actualité Outre-mer / Disparition de Mathieu Caizergues : la garde à vue des accompagnateurs levée
Capture d'écran de la page Facebook des gendarmes de La Réunion.

Disparition de Mathieu Caizergues : la garde à vue des accompagnateurs levée

La garde à vue des deux hommes qui accompagnaient Mathieu Caizergues avant sa disparition a été levée après quelques heures d’audition, ce mercredi 26 juillet. Ils étaient entendus depuis ce mardi à la caserne Vérines, à Saint-Denis par les enquêteurs de la section de recherches de la Réunion. Cela fait plus d’un mois qu’on ignore le sort du jeune gendarme mobile.

Selon Ipreunion.com, une information judiciaire pour « non assistance à personne en danger » a été ouverte par le procureur de Saint-Denis, Éric Tuffery, suite à leur audition, une information confirmée par l’AFP. L’enquête sera donc désormais menée par un juge d’instruction. Les enquêteurs cherchent à comprendre pour les deux hommes ont tardé à prévenir les secours. Ils pourraient être reconvoqués prochainement pour s’expliquer à nouveau sur la disparition de leur ami, selon une source judiciaire.

Plainte contre X

Les parents du jeune gendarme originaire de Montpellier ont déposé plainte contre X pour « non assistance à personne en danger ». « C’est difficile d’imaginer qu’on a peut être fait du mal à notre enfant, confie la mère de Mathieu Caizergues, gendarme mobile détaché à la brigade de la Possession, à linfo.re. Maintenant, il faut que l’on sache ce qu’il s’est passé. »

Les deux compagnons de randonnée de Mathieu Caizergues sont un gendarme local de la compagnie de Saint-Paul et le compagnon d’une femme gendarme également en poste dans l’ouest de l’île. Le vendredi 23 juin 2017, le duo se trouvait en compagnie de Mathieu. Tous les trois remontaient depuis Mafate vers le Maïdo.

De retour au point de départ, peu après 17 heures, le gendarme mobile manquait à l’appel. Ses deux compagnons donnaient l’alerte peu après 20 h 30. Selon les déclarations de ses deux compagnons, chacun marchait à son rythme. Le point de rendez-vous avait été fixé sur un parking situé à une demi-heure marche du lieu où Mathieu Caizergues a été vu pour la dernière fois par ses amis. Depuis, aucune nouvelle, ni aucune trace de Mathieu malgré d’importants moyens déployés y compris un chien Saint-Hubert envoyé depuis la métropole et l’emploi d’un drone.

L’un de ses deux compagnons de randonnée affirme que le jeune homme lui a téléphoné, toujours en fin d’après-midi, pour lui dire que tout allait bien. Les deux amis n’auraient pu alerter les secours qu’en début de soirée, une fois de retour en ville, car la batterie de leurs téléphones portables était déchargée.

La trace de Mathieu Caizergues s’est perdue ce 23 juin, après qu’il a selon le site E-Metropolitain envoyé une photo, sa dernière à 17h39 à ses parents, ses frères et sa petite amie, avec ce curieux message : « Ce n’est pas une bosse d’enfoiré ». Sur la photo prise de très près se trouve un détail intriguant : une bosse grosse comme une balle de tennis et une petite plaie rouge sur son front au dessus de l’œil droit détaille le site Montpelliérain.

(Avec AFP)

A voir également

Véhicule de la gendarmerie (Photo d'illustration/Essor).

Corse : il brise une vitre de la voiture de patrouille et crache sur un gendarme

Dans la nuit du samedi 19 au dimanche 20 août, les gendarmes sont intervenus sur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *