mardi 22 août 2017
Accueil / A la une / DIAPORAMA – Avec les élèves de l’Ecole de Gendarmerie de Dijon
La formation des sous-officier s'appuie majoritairement sur la pratique. Quant à la partie théorique, elle est évaluée en continue à l'aide d'un logiciel appelé "hyperplanning". Ce logiciel facilite également la gestion des salles de cours et des emplois du temps. Crédit : M.Guyot/Essor.
La formation des sous-officier s'appuie majoritairement sur la pratique. Quant à la partie théorique, elle est évaluée en continue à l'aide d'un logiciel appelé "hyperplanning". Ce logiciel facilite également la gestion des salles de cours et des emplois du temps. Crédit : M.Guyot/Essor.

DIAPORAMA – Avec les élèves de l’Ecole de Gendarmerie de Dijon

Reportage photo de « L’Essor » aux côtés des deux compagnies d’élèves gendarmes ayant rejoint l’école de Gendarmerie de Dijon entre le 17 octobre et début novembre. Une troisième compagnie devait compléter les effectifs dès le 14 novembre, portant à 375 le nombre d’élèves gendarmes accueillis par ce tout nouvel établissement de la Gendarmerie.

L’école de Gendarmerie de Dijon, établi sur la base aérienne 102 de Dijon-Longvic, a en effet ouvert ses portes le 1er septembre 2016. Il s’agit de la cinquième école de formation initiale des sous-officiers de Gendarmerie (Esog), avec Châteaulin, Chaumont, Montluçon et Tulle.

Une école pilote

Cette nouvelle école concentre les dernières avancées en matière d’instruction, de pédagogie et de matériel.

Davantage axées sur le numérique et l’apprentissage à distance, les formations sont réduites, passant de neuf à huit mois pour les promotions externes, et de neuf à six mois pour les promotions internes.

De même, l’encadrement des compagnies diminue, passant de 12 à sept cadres. La charge des cours est désormais répartie sur deux sections : la Section enseignement fondamentaux et intervention (Sefi) et la Section sécurité territoriale et flux (SESTF).

Objectif : absorber une partie de la hausse des effectifs

L’ouverture de l’école de Gendarmerie de Dijon doit permettre aux autres écoles, déjà surchargées, d’encaisser le choc de la hausse des effectifs prévue après les attentats de 2015. Ainsi, en 2016, les effectifs de la Gendarmerie auront augmenté de plus de 2.300 postes.

La première promotion sortira en juin 2017 et sera installée solennellement fin novembre par le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

D’ici à fin 2017, les effectifs de l’école de Gendarmerie de Dijon seront portés à 750 élèves répartis sur six compagnies.

—————-

Retrouvez également notre vidéo réalisée lors de la visite du général de corps d’armée Alain Giorgis, alors commandant des écoles de la Gendarmerie, à l’École de Gendarmerie de Dijon le 1er juin 2016. Voir.

A voir également

Véhicule de la gendarmerie (Photo d'illustration/Essor).

Corse : il brise une vitre de la voiture de patrouille et crache sur un gendarme

Dans la nuit du samedi 19 au dimanche 20 août, les gendarmes sont intervenus sur …

4 Commentaires

  1. Marcaire

    Bonsoir,
    j’espère que ces gendarmes seront sous la coupe du Ministre des armées,et non de l’intérieur.Ils travaillent avec du personnel de la police qui ont le droit de faire grève.Nous sommes des militaires. Notre budget nous est réservé et, ne doit pas être employé pour payer les heures sup.des policiers.Un ancien de la gendarmerie qui autrefois était la grande famille.
    La Gendarmerie se doit d’être respectée.

    • Marcaire

      Je ne reviens pas sur mes précédents commentaires.La vérité se doit d’être dite.

  2. BELLENGER

    APPRENNENT ILS COMMENT RECHERCHER LE RENSEIGNEMENT EN ALLANT AU CONTACT DES
    ELUS ET DE LA POPULATION ?………..
    UN RETRAITE DE LA BT ET MAIRE AJOINT DEPUIS UN CERTAIN NOMBRE D ANNEES

  3. claudia colonius

    Augmenter les effectifs est une chose, augmenter le nombre de fonctionnaires armés et enseignés à l’arme à feu en est une autre. Pourquoi ne pas installer une pratique d’art martiaux par exemple, aussi convaincant et contenant mais moins meurtrier ? Le terrorisme ne devrait pas devenir un terrorisme d’Etat. Est-il besoin de rappeler que les gendarmes et policiers n’ont pas les armes à feu les plus performantes et s’en plaignent. Soyons sérieux, assez de mascarades macabres. L’arme à feu n’est pas un atout pour parvenir au respect citoyen. Choquée par ce diaporama, je me demande comment se font les recrutements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *