dimanche 23 avril 2017
Accueil / Opérationnel / La Cour des Comptes plaide pour une réforme de la police technique et scientifique
Issy-les-Moulineaux, le 13 fevrier 2012 lors de l'inauguration de la Direction générale de la Gendarmerie (Photo d'illustration M.G/L'Essor).

La Cour des Comptes plaide pour une réforme de la police technique et scientifique

La Cour des Comptes plaide pour une grande réforme de la police technique et scientifique, en recommandant en particulier d’unifier sa gouvernance et de mutualiser davantage les moyens entre policiers et gendarmes, selon un rapport rendu public mercredi.

Régulièrement mis en avant dans l’élucidation de “cold case” à fort retentissement médiatique, les “experts” de la police nationale et de la gendarmerie sont également toujours davantage sollicités pour aider à résoudre des délits du quotidien comme les cambriolages: une police technique et scientifique (PTS) “de masse”, selon les magistrats financiers qui demandent à en “maîtriser” les coûts.

IRCGN ADN Photo d'illustration (M.G/L'Essor).
Photo d’illustration (M.G/L’Essor).

La Cour recommande notamment la création d’une direction centrale de la police technique et scientifique auprès de la direction générale de la police nationale mais surtout exprime, sous forme d’orientation” à l’Etat, “un objectif ambitieux” à défaut d’être inédit: “la création à moyen terme d’une direction de la PTS commune aux deux forces de police et de gendarmerie nationales”.

La Cour salue le travail des techniciens mais…

Cet objectif d’une “PTS unifiée”, délicat à mettre en oeuvre compte tenu des rivalités entre policiers et gendarmes, a déjà été, à plusieurs reprises, abordé dans divers rapports. Là encore, si la Cour des Comptes prend soin de saluer la qualité du travail de tous les personnels de police technique et scientifique, elle n’en relève pas moins des défauts qu’elle estime structurels, en particulier l’inexistence de “mutualisations” que police et gendarmerie nationales seraient en mesure de développer.

“Un foisonnement de structures déconcentrées”

Police et gendarmerie agissent “côte à côte sans chercher à développer de réelles synergies”, regrette-t-elle. Elle déplore par exemple “un foisonnement de structures déconcentrées”, avec l’existence, au niveau départemental, de “300 plateaux techniques au total pour les deux forces de sécurité, qui exercent une activité de révélation de traces” laissées par des malfaiteurs.

Elle demande à “moyen terme” de les réduire à une centaine et d’en assurer “l’interopérabilité au profit des deux forces”.

La Cour appelle aussi à réduire le nombre de laboratoires publics de la police et de la gendarmerie. Parmi d’autres recommandations, les magistrats souhaitent “que soient généralisées “les bonnes pratiques et harmoniser les règles concernant notamment la limitation du nombre de prélèvements génétiques analysés” en privilégiant la qualité plutôt que la quantité.

A voir également

L'affiche

Forum des métiers de la sécurité à Nantes le 26 avril

Vous êtes à la recherche d’un emploi, d’une carrière ? Vous êtes lycéen, étudiants ? Simplement curieux ? …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *