lundi 23 octobre 2017
Accueil / A la une / Le colonel Saulnier officiellement à la tête de l’école de Chateaulin (Vidéo)

Le colonel Saulnier officiellement à la tête de l’école de Chateaulin (Vidéo)

Le colonel Frédéric Saulnier lors de sa prise de commandement de l’école de la gendarmerie de Chateaulin.

Le colonel Frédéric Saulnier, arrivé cet été dans le Finistère, a officiellement pris mardi 10 octobre le commandement de l’école des sous-officiers de la gendarmerie (ESOG) de Chateaulin, dans le Finistère, lors d’une cérémonie en présence du général de corps d’armée Thibault Morterol, nommé à ce poste au début du mois.

La cérémonie s’est déroulée sur la place d’armes de la caserne de la Tour d’Auvergne, sur la commune de Dinéault. Les installations couvrent au total quelque 200 hectares répartis sur les communes de Dinéault, Cast et Plomodiern.

De nombreuses personnalités civiles et militaires avaient répondu à l’invitation de l’école, dont le préfet du Finistère, Pascal Lelarge, le maire de Quimper Ludovic Jolivet, ou encore le procureur de Quimper Thierry Lescouarc’h.

Saint-cyrien, le colonel Saulnier, 50 ans, a suivi les cours de l ‘École de guerre (2003-2004), ainsi que le Stratégic command course (SCC), à Bramshill (Royaume Uni).

Il a commandé à la fin des années 1990 l’escadron blindé de la gendarmerie mobile de Satory (GBGM). Il a ensuite connu un premier séjour en Bretagne à la tête de la compagnie de Saint-Brieuc (Côtes d’Armor) avant de prendre le groupement du Tarn-et-Garonne. Son parcours en état-major a débuté à la délégation aux affaires stratégiques au début des années 2000 avant de devenir le patron de la section Crime organisé du bureau police judiciaire à la direction générale, entre 2004 et 2009.

Avant son affectation à l’école de Chateaulin, il était chef du bureau recrutement et concours. Le colonel Saulnier a également servi sous le casque bleu en ex-Yougoslavie pendant quelques mois.

Il succède à la tête de l’école de Chateaulin au général de brigade (2s) Eric Polaillon, qui a fait ses adieux aux armes cet été après 36 ans de service, dont trois au commandement de l’ESOG de Chateaulin où il a vu passer 28 promotions de sous-officier.

Son successeur entend s’inscrire dans la continuité. « Il y a deux points qui me paraissent essentiels, que je veux mettre en avant et faire passer aux élèves. Tout d’abord, le culte des valeurs socles de la gendarmerie, dont, bien sûr, la militarité. C’est ce qui fait notre identité. Ensuite, je tiens à ce qu’il y ait une ouverture à la modernité, que l’on forme des gendarmes en phase avec les outils et le monde d’aujourd’hui », a expliqué le colonel Saulnier dans une interview au Télégramme.

 

 

 

 

 

A voir également

Un scientifique à la tête de la section de recherches de Dijon

Le 17 octobre 2017, le général Olivier Kim, commandant la région de gendarmerie de Bourgogne-Franche-Comté …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *