mardi 22 août 2017
Accueil / A la une / Cannes : la défense et l’intérieur font leur festival
Devant la photo du Caracal utilisé pour Mission Impossible 6 , Mickael Molinie, adjoint à la mission cinéma, Marielle Fieurgant, du ministère de l'intérieur et Gilles Ciment, directeur adjoint due l'ECPAD (Photo D.C).

Cannes : la défense et l’intérieur font leur festival

Devant la photo du Caracal utilisé pour Mission Impossible 6 , Mickael Molinie, adjoint à la mission cinéma, Marielle Fieurgant, du ministère de l'intérieur et Gilles Ciment, directeur adjoint due l'ECPAD (Photo D.C).
Devant la photo du Caracal utilisé pour Mission Impossible 6 , Mickael Molinie, adjoint à la mission cinéma, Marielle Fieurgant, du ministère de l’intérieur et Gilles Ciment, directeur adjoint due l’ECPAD (Photo D.C).

Que peut bien faire le ministère de la défense au festival de Cannes dans ce monde à l’opposé du quotidien des soldats où se côtoient sur le tapis rouge et sous les sunlight des stars, des producteurs, des cinéphiles?
Tout simplement son travail, ou plutôt sa « mission cinéma », dont la création au sein de la DICOD (délégation à l’information et à la communication de la défense) a été annoncée par l’ancien ministre de la défense Jean-Yves Le Drian en mai 2016 à l’occasion de l’avant-première de la deuxième saison de la série télévisée devenue culte « Le bureau des légendes ». (lire encadré ci dessous)
Mais la défense n’a pas attendu la création de cette mission – opérationnelle depuis février dernier- pour participer à cet événement cinématographique en mondovision.
En fait, à quelques encablures du tapis rouge, elle y tient un stand depuis 2007 dans le village international, l’endroit où il faut être et où se rencontrent les professionnels du cinéma.
Engagé depuis plusieurs années sur une politique d’ouverture à l’accueil de tournages, le ministère de la Défense présente à nouveau cette année son dispositif d’accompagnement des projets audiovisuels aux professionnels du Marché. Elle partage son stand avec le ministère de l’intérieur dont le bureau d’accueil des tournages est lui aussi mis à contribution pour des films ou des séries télé en rapport avec la police ou la gendarmerie.
” Nous avons gagné en maturité et en crédibilité avec la nomination à la tête de la mission cinéma d’ Olivier-René Veillon, qui dirigeait la commission du film d’Ile de France et l’arrivée de Gilles Ciment, également un professionnel du cinéma, comme directeur adjoint de l’ECPAD (*) estime Mickael Molinié, adjoint au chef de la mission cinéma.

La triple mission des images

« Les professionnels du cinéma ont recours à nos images d’archives et désormais à celles relatives aux opérations extérieures tournées par nos soldats de l’image » explique ce dernier.
Ces images exclusives tournées en condition opérationnelle par des militaires qui peuvent filmer là où des journalistes ou des équipes civiles ne peuvent pas accéder sont utilisées à titre de documentaire, d’inspiration ou sont insérées détaille Gilles Ciment en précisant la triple mission des « soldats de l’image » qui arpentent les théâtres de guerre depuis 1915, à l’instar Pierre Schoendorffer en Indochine. Ces trois missions sont la communication, la mémoire, et ce qu’on appelle les images preuve, destinées à la justice si besoin.
De nombreux réalisateurs ont utilisé ces images de l’agence d’images de la défense tel Rachid Bouchareb, pour « Hors la Loi » , mais aussi Laurent Cantet pour « L’atelier ».


La mission cinéma c’est aussi louer du matériel comme l’Airbus A 320 dans « Quai d’Orsay » ou plus récemment un hélicoptère Caracal pour Mission Impossible 6 tourné à Paris.
L’ECPAD s’adapte à la demande et réalise désormais des images par drônes. « La prochaine étape, ce sont des images à 360 °, des images immersives, de nouvelles écritures » annonce Gilles Ciment.
« Nous sommes aussi sollicités pour accompagner les équipes, conseiller les réalisateurs sur les scénari, les uniformes, les armes, et nous travaillons avec le service historique de la défense ».
Ainsi, le film « Forces spéciales » a été réalisé avec des conseillers militaires, tout comme l’Assaut, le film sur l’opération conduite par le GIGN à Marignane.

Un film “Panique sur la base” sur la gendarmerie maritime est ainsi en préparation et la mission cinéma va être sollicitée en liaison avec le SIRPA Gendarmerie qui a assure aussi un rôle de conseil comme dans “Une Femme d’Honneur” et “Section de recherches”.
Le meilleur exemple est « Le Bureau des Légendes » où le souci du détail, la crédibilité des personnages et des scénarii est saisissante.
« Avec les attentats, la mission Sentinelle, le regard des Français a changé et la mission doit incarner au mieux la défense, et nous cherchons à montrer à travers le cinéma les réalités du ministère” précise encore Gilles Ciment.

Didier CHALUMEAU

(*) L’ECPAD est dirigée par le contrôleur général des Armées Christophe Jacquot, Saint-Cyrien et ancien officier de gendarmerie.

 

 

L’ECPAD, qui existe depuis 1915 dispose de 12 millions de clichés et de 31000 titres de films , dont une grande partie est numérisée a aussi une école des métiers de l’image. Elle forme des militaires et des civils des trois armées et de la gendarmerie aux techniques des métiers de l’image adaptées aux exigences opérationnelles du ministère de la défense.

 

La Mission Cinéma

Intégrée à la Délégation à l’information et à la communication de Défense (DICoD), son objectif est de « permettre aux professionnels de l’audiovisuel de mieux appréhender et connaître l’action des femmes et des hommes du ministère de la Défense pour favoriser la création de nouveaux contenus audiovisuels et cinématographiques traitant de la Défense ». Olivier-René Veillon, qui dirigeait la commission du film d’Ile de France, pilote cette mission. La « Mission Cinéma » garantit la poursuite de l’action de soutien (tournage, conseil, mise à disposition de lieux et/ou de matériels, préparation et participation aux comités ministériels culturels, pilotage des projets audiovisuels sur des sujets liés à la Défense, etc.) menée à l’heure actuelle par le bureau de la politique d’accueil des tournages vers les professionnels de l’audiovisuel et du cinéma.

A voir également

Sans permis depuis 12 ans, le sexagénaire cumulait les infractions!

Un Marseillais, âgé de 65 ans, qui conduisait depuis 12 ans malgré l’annulation de son permis …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *