dimanche 19 novembre 2017
Accueil / A la une / Le budget de la Gendarmerie sous la loupe des parlementaires (Vidéo)

Le budget de la Gendarmerie sous la loupe des parlementaires (Vidéo)

Depuis la rentrée, l’Assemblée nationale et le Sénat ont débuté le traditionnel marathon automnal de l’examen du projet de loi de finances. Dans ce budget, le programme 152 est relatif à la Gendarmerie. L’Essor a rencontré les parlementaires qui étudient sous toutes les coutures ce budget pour l’année 2018.

La députée Aude Bono-Vandorme a été désignée rapporteur pour avis sur le budget de la Gendarmerie dans le cadre du projet de loi de finances pour 2018.
La députée Aude Bono-Vandorme a été désignée rapporteur pour avis sur le budget de la Gendarmerie dans le cadre du projet de loi de finances pour 2018.

Ce jeudi 26 octobre, la député Aude Bono-Vandorme (LREM, Aisne), chargée de préparer un rapport pour avis pour la commission de la défense, présente son travail ce soir en commission élargie. Puis, la semaine prochaine, elle détaillera ses observations devant l’ensemble des députés.

Lire aussi : Aude Bono-Vandorme, une députée pour la Gendarmerie

« C’est l’aboutissement d’un travail conséquent, important, qui a duré deux mois, précise Aude Bono-Vandorme. J’ai été sur le terrain, j’ai rencontré un certain nombre d’acteurs, des auditions avec des généraux pour faire le point, et j’ai également eu la chance de passer une journée au GIGN et au Pôle judiciaire, tout cela pour connaître les spécificités et les points forts de la Gendarmerie. »

Le sénateur Yannick Vaugrenard (Crédit photo: GT/ L’Essor)

Au Sénat, Yannick Vaugrenard (Groupe socialiste, Loire-Atlantique) est l’un des deux sénateurs désigné comme rapporteur pour avis de la commission des affaires étrangères et de la défense, avec le sénateur Philippe Paul (LR, Finistère).

Le sénateur Philippe Paul (Photo/Sénat).

Lire aussi : Gendarmerie nationale : les sénateurs Paul et Vaugrenard, rapporteurs du budget

« Nous savons que nous traversons une période particulière sur le domaine de la sécurité avec les attentats, souligne-t-il. Alors que pendant une dizaine d’années, les moyens militaires en général, et de la gendarmerie en particulier, ont été diminués, il s’agit de faire un rattrapage, voire même peut-être un peu plus, pour sécuriser l’ensemble de nos concitoyens. C’est l’objet de nombreuses auditions, et ensuite nous verrons si les finances sont à la hauteur de nos ambitions légitimes de sécurisation du territoire. »

Réponse le 29 novembre prochain, avec la présentation, par le sénateur, de son rapport pour avis.

Gabriel THIERRY.

A voir également

Mort lors d’une interpellation : la CEDH condamne la France

La Cour européenne des droits de l’Homme a condamné jeudi la France pour les traitements …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *