mercredi 24 janvier 2018
Accueil / A la une / La bonne fortune du capitaine Fabrice Solohub aux “douze coups de midi”
Fabrice Solohub
Le capitaine Fabrice Solohub, aux côtés de l'animateur Jean-Luc Reichmann (Crédits photo: DR).

La bonne fortune du capitaine Fabrice Solohub aux “douze coups de midi”

Il a été le maître incontesté des « douze coups de midi » pendant trente-deux émissions. Le capitaine Fabrice Solohub, 47 ans, le commandant en second la compagnie de Sélestat (Alsace), a remporté le gros lot dans un show télé de TF1 animé par Jean-Luc Reichmann.


Installé dans le petit écran depuis le 20 octobre, l’officier de gendarmerie a finalement quitté le jeu avec un gros chèque de 140.000 euros de gains !


Afficher une carte plus grande

Une superbe performance qui a même fait de lui “l’Alsacien de la semaine“, le 10 novembre, un titre honorifique décerné par nos confrères du journal régional l’Alsace. Deux questions de culture générale auront scellé son destin. La première, qui a ouvert la voie à sa belle épopée, était relative au nom du héros du roman de la Chartreuse de Parme, de Stendhal. La réponse ferme et rapide du gendarme impressionnera son adversaire du jour. La seconde, relative à la région d’origine de la communauté religieuse anabaptiste Amish, poussera Fabrice Solohub vers la sortie. C’est, ironie du sort, l’Alsace !

Dans le top 20

Ce capitaine découvre cette émission bien installée dans le PAF (sept ans d’existence) lors de déjeuners avec sa mère, une passionnée du jeu télévisé. Il s’inscrit, puis un an plus tard, son téléphone sonne. “Au départ, j’étais un peu stressé, et les cinq premières émissions, j’étais assez nerveux”, se souvient-il. Au fil des émissions – la société de production en enregistre cinq par jour -, Fabrice Solohub se rode, prend le temps de souffler entre les prises…

Son parcours le classe désormais dans le top 20 des candidats de cette émission – le plus gros gagnant a lui empoché plus de 800.000 euros. Les points forts du capitaine ? Sa curiosité, et sa passion pour la géographie, l’histoire, le sport, ou le cinéma. Il pêche par contre dans les infos “People“, un manque qu’il comblera en lisant des magazines spécialisés…

Rentré dans la Gendarmerie en 1993, Fabrice Solohub a exercé en départementale, avant en 2007, de revenir sur les bancs de l’école des officiers par la voie interne. Il est d’abord nommé à Lunel (Hérault), puis en Alsace. De retour à Sélestat, l’officier, qui a “de nombreux retours positifs, en interne et en externe”, eu n’a qu’un seul conseil à donner aux gendarmes qui seraient tentés de s’inscrire au jeu : “Qu’ils n’hésitent pas !”.

G.T

A voir également

Un gendarme du Centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N) (Crédit photo: GT/L'Essor).

Comment les gendarmes font face à une cybercriminalité toujours plus massive

Entre les forces de l’ordre spécialisées sur le numérique et leurs cousins des stupéfiants, il …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *