vendredi 21 juillet 2017
Accueil / L'actualité Corse / Il avait fait mine de braquer un gendarme : quatre ans de prison pour l’ancien fugitif corse
palais de justice de Caen 2016.
Photo d'illustration (S.D L'Essor).

Il avait fait mine de braquer un gendarme : quatre ans de prison pour l’ancien fugitif corse

Le Corse Jean-Luc Germani, ancien fugitif le plus recherché de France, a été condamné vendredi à 4 ans de prison pour un “coup de poker” qui lui avait permis, en pleine cavale, d’échapper miraculeusement aux gendarmes.

La chambre spécialisée dans la grande criminalité du tribunal correctionnel de Marseille l’a condamné notamment pour “violences volontaires” sur un gendarme, qu’il a fait mine de braquer pour s’enfuir.

La procureur Audrey Jouaneton avait requis 5 à 6 ans de prison contre Jean-Luc Germani, également condamné pour détention de faux papiers, d’engins explosifs artisanaux et de fusils de chasse. Fin juin 2011, Jean-Luc Germani, aujourd’hui âgé de 52 ans et présenté comme un “parrain” du milieu corse, était terré dans un camping-car à San Giuliano (Haute-Corse) avec Stéphane Luciani, considéré comme son fidèle homme de main.

Celui-ci, jugé à ses côtés, a écopé de 3 ans de prison. Fuyant à pied à travers le maquis un contrôle de gendarmerie, Jean-Luc Germani avait tenté le tout pour le tout, et fait mine de braquer le militaire qui le coursait.

Il a affirmé devant le tribunal qu’il bluffait et n’avait pas d’arme mais seulement un inoffensif viseur laser destiné au tir dans la pénombre. La procureur a mis en doute cette version, tout en reconnaissant que l’enquête n’avait pu apporter la preuve du contraire.

Après cette occasion manquée, la traque de Jean-Luc Germani durera plus de trois ans, jusqu’à son arrestation le 27 novembre 2014, à La Défense (Hauts-de-Seine). Jean-Luc Germani a déjà été condamné deux fois à six ans de prison, en 2015 pour l’affaire du “cercle Wagram“, et en 2016 pour association de malfaiteurs en vue de la préparation du meurtre d’un cousin de l’ancien parrain de l’île de Beauté “Jean-Jé” Colonna.

Le tribunal a ordonné que la peine prononcée vendredi soit confondue avec les précédentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *