lundi 21 août 2017
Accueil / L'actualité Île-de-France / Affaire Traoré : les expertises confirment la mise hors de cause des gendarmes selon l’un des avocats

Affaire Traoré : les expertises confirment la mise hors de cause des gendarmes selon l’un des avocats

(Photo d’illustration S.D/L’Essor).

Après Me Caty Richard qui s’est exprimé dernièrement dans l’Essor de la Gendarmerie et qui estime le non lieu très probable, c’est un  avocat de l’un des trois gendarmes ayant participé à l’interpellation d’Adama Traoré, Me Rodolphe Bosselut, qui donne son point de vue sur le dossier.

Confirmant des informations parues dans le Parisien selon lequel les différents rapports d’expertises et surtout l’autopsie correspondent aux déclarations des gendarmes, M° Bosselut qui défend un gradé a accepté de réagir à ces révélations pour L’Essor.  “A l’heure actuelle, les gendarmes, traînés dans la boue depuis un an, ont été entendus comme simples témoins et rien ne permet à ce stade de prétendre à leur mise en cause” estime sobrement l’avocat parisien qui considère “que les révélations faites par la presse confortent la mise hors de cause des militaires”. 

Dans son article, le Parisien s’appuie sur un rapport adressé ces derniers jours à sa hiérarchie par le chef de patrouille et qu’il a pu consulter. Dans ce rapport “le chef de patrouille écarte catégoriquement que le jeune homme aurait eu à supporter le poids des trois militaires sur son corps” .

Il conteste la thèse défendue par la famille d’Adama Traoré, pour qui cela aurait entraîné une mécanique fatale au jeune homme, dénonçant ainsi depuis un an une bavure des gendarmes.” poursuit le quotidien.

Rappelons qu’une marche pour “rendre justice à Adama” a été émaillée d’incidents le 22 juillet avec des tirs de mortiers d’artifice contre une caserne de gendarmerie.

L’affaire Adama Traoré a vu dernièrement Christiane Taubira prendre  position sur twitter dernièrement en réclamant “justice pour Adama”.

D.C

A voir également

Le premier numéro de Libération (1941) exposé au Musée de l’Ordre de la Libération

Le premier numéro du journal clandestin Libération, sorti en juillet 1941 durant l’Occupation, est désormais …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *